Associations : connaissez-vous EPIDE ?

02-03-2010  LIBRE
Créé par l'ordonnance du 2 août 2005, l'Etablissement Public d'Insertion de la Défense, EPIDE, est placé sous la triple tutelle des ministères chargés de la Défense, de l'Emploi et de la Ville. En effet, les journées d'appel de préparation pour la défense (JAPD) permettent d'identifier chaque année environ 60 000 jeunes en difficulté sur 800 000. Pour réaliser cette mission, l'EPIDE crée et gère des centres de formation civils, organise les programmes pédagogiques dispensés dans ces centres et accueille et héberge les jeunes en internat dans le cadre de ces parcours qui peuvent durer de 8 mois à 2 ans.

M. Bernard Carayon (député UMP - Tarn) demande à Mme la secrétaire d'État chargée de la politique de la ville de bien vouloir lui faire le bilan du dispositif Epide.

Réponse du ministère publiée au JO le 09/02/2010
Les résultats de l'Epide, fin 2009, sont dans l'ensemble en ligne avec les objectifs du contrat d'objectifs et de moyens (COM) de l'établissement signé avec l'État le 2 février 2009. Le budget de l'Epide établi à hauteur de 90 MEUR en 2009 contribue ainsi à la gestion de 20 centres qui accueillent plus de 2 000 jeunes, dont 30 % résident dans les quartiers de la politique de la ville.

En 2009, le taux d'attribution a été ramené à 21 % (contre 28 % par le passé) ; les retards anticipés ont été sensiblement réduits (36 % en 2009 contre 42 % en 2007) ; les sorties sans solution ont été contenues (13 %), alors que les sorties positives à 12 mois progressent (34 % en 2009) dans un contexte économique dégradé qui affecte tout particulièrement l'emploi des jeunes.

Le COM a fixé des objectifs stratégiques pour mieux insérer l'établissement dans les politiques territorialisées de l'emploi et de la ville en développant une meilleure coordination entre les différents acteurs de l'insertion sociale et professionnelle des jeunes.

L'Epide va améliorer encore le ciblage des jeunes accueillis en se mobilisant spécifiquement sur les jeunes les plus en difficulté avec une pédagogie la plus adaptée à leurs besoins de formation et d'orientation professionnelle.

Enfin, l'établissement s'attachera à faire connaître ce dispositif par des actions de communication ciblées : réseau des missions locales et partenaires - institutions publiques ou entreprises privées.

Un groupe de travail associe les tutelles (ministères chargés de la ville, de l'emploi et de la défense) au suivi de la mise en oeuvre des conclusions de l'audit de l'établissement diligenté par le Premier ministre.

L'Epide devra ainsi accroître encore ses capacités d'accueil et simultanément, réduire le coût unitaire par volontaire sur la base d'une enveloppe annuelle constante de subventions en provenance des tutelles de 85 MEUR ; les objectifs sont de passer à 2 125 volontaires pour un coût unitaire de 40 000 EUR en 2009 à 2 430 pour un coût unitaire de 35 000 EUR en 2011.

Les coûts de fonctionnement du siège devront baisser de 15 % en 2 ans. L'établissement devra aussi porter de 30 à 50 %, la part des jeunes issus de la géographie prioritaire.

Une évaluation de l'impact du dispositif sur le devenir des jeunes bénéficiaires de 1'Epide est mise en oeuvre et pilotée par le SG CIV (Onzus) et la Dares ; elle sera financée pour l'essentiel par le Haut commissariat à la jeunesse (HCJ).



Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]