Associations : le système de facturation de la SACEM est non conforme au code du commerce

14-02-2012  LIBRE
Nous avons écrit de nombreux articles sur le sujet. Mais il semble que pour la première fois, les choses bougent enfin dans les relations entre les associations et la sacem. Une pétition vient d'être mise en ligne. Elle est à remplir et à envoyer à votre député.

En effet, les relations entre les associations et la SACEM au sujet de la perception des droits d'auteurs pour la musique diffusée pendant les manifestations sont devenues délicates et souvent très mal vécues sur le terrain.(1)

Les associations, animées par les bénévoles, ne pourront plus tenir ce fragile équilibre si un certain nombre d'éclaircissements ne leur sont pas apportés :
- amélioration des relations notamment en revoyant le système de facturation de la SACEM non conforme au code du commerce et à la réglementation économique et fiscale,
- l'opacité dans les barèmes de facturation et dans la répartition des droits d'auteurs,
- les facturations sur article de presse,
- les facturations des manifestations déficitaires,
- les termes des conventions signées entre les différentes fédérations et la SACEM,
- les rémunérations abusives des administrateurs de la Sacem relevées par le dernier rapport de la Cour des comptes.

Les associations demandent donc l'ouverture d'une enquète parlementaire sur les comptes et pratiques SACEM, ainsi que la suspension des contacts entre la SACEM et les associations dans l'attente des conclusions de cette enquète. Il est enfin rappelé d'autre part que les subventions accordées par les mairies sont des subventions de fonctionnement pour les associations, et que cet argent public n'est pas destiné à satisfaire les exigences de la SACEM.

Réponse du ministère publiée au JO le 07/02/2012 (2)
Le code de la propriété intellectuelle reconnaît aux titulaires de droits de la musique que sont les auteurs, les artistes-interprètes et les producteurs, des droits patrimoniaux sur leurs œuvres, prestations ou phonogrammes.

Dans le cas des auteurs, des compositeurs et des éditeurs de musique, la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM) gère la perception et la répartition des rémunérations pour leur permettre de poursuivre leurs activités de façon durable et, dès lors, de faire bénéficier le public d'un répertoire élargi et renouvelé.

En application de l'article L. 131-4 du code de la propriété intellectuelle, la rémunération des auteurs doit être proportionnelle à la vente ou à l'exploitation de son œuvre.

Lorsqu'une manifestation est organisée, la musique participe au succès de l'événement. De la même manière que les autres fournisseurs et prestataires qui concourent à la réalisation de la manifestation sont payés, les auteurs, compositeurs et éditeurs de musique doivent être rémunérés pour la diffusion publique de leurs œuvres.

Les pouvoirs publics ne sont pas compétents pour intervenir dans la fixation de la rémunération des titulaires de droits, qui ne constitue en aucun cas une redevance de nature fiscale ou une ressource publique.

La spécificité des associations qui utilisent les œuvres culturelles dans un but d'intérêt général, notamment dans le domaine social, est cependant prise en compte dans notre législation, puisque l'article L. 321-8 du code de la propriété intellectuelle leur réserve un traitement préférentiel lorsqu'elles organisent des manifestations qui ne donnent pas lieu à entrée payante.

La SACEM se réfère à cette règle dans l'article 9 de ses statuts. Pour les manifestations qui s'inscrivent dans le cadre de la Fête de la Musique ou dans celui d'une grande opération de solidarité nationale comme le Téléthon, les auteurs, compositeurs et éditeurs de musique représentés par la SACEM ont volontairement décidé d'abandonner leur rémunération ; la totalité de leur répertoire est donc utilisable gratuitement.

La SACEM délivre également, de façon régulière, une autorisation gratuite lorsque des manifestations sont organisées bénévolement et que l'intégralité de leurs recettes est versée à des associations comme les « Restos du cœur » ou l'Association française contre les myopathies.

Le ministère de la Culture et de la Communication a, néanmoins, demandé à la SACEM, ainsi qu'aux autres sociétés de gestion collective des droits d'auteur et des droits voisins, de poursuivre et d'intensifier leurs efforts de simplification des modalités d'accès aux œuvres et de modération des rémunérations demandées.

Le 5 octobre 2011, sous le haut patronage du ministre de la Culture et de la Communication et de la secrétaire d'État à la Jeunesse et à la Vie associative, la SACEM et 67 fédérations associatives ainsi que l'Association des Maires de France (AMF) ont signé plusieurs accords qui marquent une avancée importante dans la démarche de simplification et d'adaptation des barèmes de droits d'auteur applicables au secteur associatif d'une part, et aux petites municipalités d'autre part, pour la diffusion de musique.

Grâce à l'application de forfaits, les associations organisant bals, concerts, repas en musique, peuvent en une seule démarche déclarer l'événement, connaître immédiatement le montant de la redevance d'auteur, s'en acquitter et éviter des démarches ultérieures, comme par exemple la remise d'un bordereau de recettes.

Le tarif de droits d'auteur appliqué aux petites associations a été adapté en tenant compte de la spécificité économique des associations et de leurs attentes. Il repose maintenant sur seulement deux critères : il s'agit du budget des dépenses et du prix d'entrée pour les bals et les concerts, du nombre prévisionnel de convives et du prix du repas pour les repas en musique.

La mise en œuvre de ce système garantit aux associations une complète transparence quant aux montants des droits d'auteur à acquitter, ce qui leur permet de les intégrer dans leur budget prévisionnel.

La démarche de simplification et d'adaptation des barèmes et procédures sera poursuivie prochainement par la SACEM, afin de satisfaire au mieux les attentes des associations et communes utilisatrices de son répertoire.

En savoir plus
Lettre à télécharger, à remplir et à envoyer à votre député - Format PDF

(1) Lire nos différents articles sur ce sujet :
Accords entre la Sacem et le secteur associatif pour le paiement des droits d'auteur - Lettrasso du 18-12-2011

Tout baisse sauf les droits de la sacem - Lettrasso du 06-12-2011

(2) Question posée par M. Christophe Priou (député UMP), M. Dominique Raimbourg (député PS).

Publicité

Partenaire

Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]