Elections : votons plaisir, votons inutile

18-04-2017 SOCIETE LIBRE
A moins d'une semaine du premier tour, on ne peut que répéter que le vote utile a vécu, qu'il est temps de se faire enfin plaisir et voter pour le candidat de notre coeur. Et si ce dernier n'a pas trouvé l'âme soeur dans ce défilé de louables intentions, l'abstention, en attendant la reconnaissance du vote blanc, est aussi un vote plaisir. De toute façon, on le sait bien, le vainqueur "ira à Canossa" taper la bise à Dame Merkel.

Vous ne me croyez pas ? Vous pensez que l'élu(e) de votre coeur entamera un bras de fer avec notre "cousine germaine" et qu'il (elle) lui fera rendre gorge ? Autant croire au Père Noël... ou mieux, jouer au loto.

Pour étayer cette thèse, faisons un détour par nos associations. Le questionnaire que le Mouvement associatif a adressé aux 11 candidats à la Présidentielle a reçu cinq réponses de Nathalie Artaud, François Fillon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

Autant vous le dire tout de suite, ces réponses sont un festival de langues de bois digne de la fête des "Soufflaculs" de Nontron ou de Saint-Claude. Notre synthèse succincte vous évitera une lecture fastidieuse : "Encourager le bénévolat associatif, reconnaissance dans la constitution du statut de bénévole associatif, mieux valoriser et reconnaître cet apport du tissu associatif à la préparation de notre avenir, améliorer le régime fiscal des dons et de développer les financements participatifs privés..." Mais le plus intéressant n'est pas ce qui est dit, mais ce qui est caché...

En effet, ces professions de (mauvaises) foi font l'impasse sur l'essentiel : la privatisation des financements. Pas un mot sur "l'investissement à impact social" plus connu sous le nom de SIB ou Social Impact Bonds (pourtant initié sous le quinquennat Hollande), rien non plus sur l'ESS (l'économie sociale et solidaire n'est citée que quatre fois dont deux fois dans les questions posées aux candidats). Même le candidat Benoit Hamon, pourtant initiateur de la loi ESS, effleure le sujet.

En 2012, le même exercice avait été proposé aux six candidats à l'élection présidentielle François Bayrou, François Hollande, Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon, Hervé Morin et Nicolas Sarkozy. Au mot près les mêmes réponses creuses et bien sûr aucun n'avait abordé le financement privé (pourtant déjà préconisé par la commission européenne) et la baisse des subventions (fortement encouragée par les mêmes). Dernière remarque au passage : en 2012, la CPCA (l'ancêtre du Mouvement associatif) avait refusé de soumettre Marine Lepen à l'exercice. En 2017, la même semble être devenue fréquentable...

Au bal des faux-culs, on y danse, on y danse, au bal des faux-culs, on y danse tous en rond. Reconnaissons à Nathalie Artaud, l'honnêteté de sa réponse : "On ne peut malheureusement pas construire un îlot vraiment social et solidaire dans un monde où règne la compétitivité, la concurrence et le marché." Qu'en termes galants, ces choses là sont dites... merci Madame.

En conclusion, je vous propose un autre sujet mais qui n'est pas totalement éloigné de cette élection présidentielle. Il s'agit du concours The DNA Journey. L'idée est simple : il faut raconter, en 250 caractères, comment vous allez "ouvrir le monde tout en voyageant". Si votre "ouverture" est sélectionnée, vous gagnerez un Kit ADN qui vous permettra de connaître votre héritage génétique.

A la réception de vos résultats ADN, faites-vous filmer en train de les découvrir dans une courte vidéo. Cette vidéo sera votre ticket pour participer à la phase suivante du concours : gagner un voyage d'un montant de 1500 euros à la découverte de votre véritable pays d'origine.

La vidéo ci-dessous vous aidera à comprendre ce que l'ADN peut révéler sur nos origines. L'islandais ou l'anglais, qui semblent très fiers de ce qu'ils sont, tombent de très haut lorsqu'ils découvrent un héritage génétique inattendu. Le blanc de peau fier et "de souche" n'est pas forcement là où on l'attend... Très intéressant.






En savoir plus
Vous êtes abstentionnistes pour 2017 ? Un collectif de citoyens déçus du système actuel se propose pour la première fois en France de fédérer les abstentionnistes. Nous sommes une trop grande majorité à ne pas être entendue, unissons-nous par le biais de cette démarche. www.bureau-abstentions.fr

Voter autrement pour 2017
Il s'agit de tester des modes de scrutin différents. Cette expérimentation est proposée par un collectif de chercheurs du CNRS (Université de Caen, CREM. de Paris School of Economics. Université Jean-Monnet Saint-Étienne, GATE. Université de Strasbourg, BETA. Université Grenoble-Alpes, Grenoble-INP, LIG)




Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique