Et l'intelligence peut bien aller se brosser

24-01-2017 SOCIETE LIBRE
On en trouve déjà trace chez les premiers hommes, plus de 1 500 000 ans avant notre ère. Elle a été en os, en bois, en piquants de porc-épic, en coquilles, en silex, bref elle existait avant que l'homme ne maîtrise le feu. C'est dire son utilité... De quoi s'agit-il ? De la brosse à cheveux. Mais pourquoi parler d'un objet aussi courant et inchangé qu'une brosse à cheveux ? Parce que celle que nous connaissons tous va disparaître. D'objet indispensable mais un peu bête, il faut bien le dire, elle va devenir une machine intelligente.

Ah bon... mais on pourra quand même se brosser les cheveux avec ? Oui bien sûr, mais encore mieux que cela, on analysera sa chevelure à chaque passage de ses capteurs. Ah...

C'est à L'Oréal que l'on doit ce chef-d'oeuvre de l'art conceptuel connecté. Cette, je n'ose l'appeler brosse, ce "concept-capillaire" donc, sera dans toutes nos salles de bains courant 2017 sous la marque Kérastase. Forte du prix international de l'innovation obtenu au dernier Consumer Electronics Show de Las Vegas, la France peut s'enorgueillir d'être le pays qui, après la photographie, le cinéma et l'aviation, invente le "concept-capillaire" du 21ème siècle. C'est la marque des grandes nations que d'être toujours fidèles au rendez-vous de l'Histoire.

Et que possède-t-elle d'extraordinaire cette brosse ? Tout d'abord, elle est connectée. A quoi ? Mais au grand tout, à l'avaleur de nos exploits, au nettoyeur de nos angoisses, au sani-broyeur de l'espérance, je veux dire à nous tous. Elle est ouverte sur le monde. Ensuite, elle est bourrée de capteurs qui permettent une évaluation au millionième de seconde près de l'état de notre chevelure. Enfin, elle est sonorisée et offrira à l'auditeur médusé, la mélodie soyeuse d'un brossage régulier.

Reliée à notre smartphone, elle nous dira, via une appli, quels produits et shampoings sont indispensables à la santé de nos cheveux. Cerise sur le gâteau, c'est dans l'offre L'Oréal que l'appli trouvera le must capillaire. Comment remercier tous ces chercheurs qui ont cherché à faire de notre brossage quotidien, l'apothéose numérique de la supériorité incontestable de l'Homme sur le singe ? Et pourtant, certains babouins en auraient bien besoin de ce "concept-capillaire". Comment peut-on, au 21ème siècle, poursuivre l'épouillage à la main ?

Et nos hommes politiques ne s'y sont pas trompés, qui tous de Macron à Sapin en passant par Fillon, ont salué l'exploit par un vibrant "Le combat contre le chômage passe par l'économie du numérique". Ah.... les braves gens connectés.

On peut tout de même avoir quelques doutes sur l'avenir de la connexion tout azimut quand on sait que le piratage des données de Yahoo a été lancé à partir d'un frigo connecté. On n'ose imaginer que le déclenchement de la guerre nucléaire se fasse à partir d'une brosse à cheveux... On craint la bêtise de Donald Trump et sa perruque blonde, mais ne devrions-nous pas d'avantage nous méfier d'un "concept-capillaire" qui risque un jour d'appuyer à distance sur le bouton rouge ?

Il faut écouter les poètes qui savent trouver les mots qui illustrent si bien nos impuissances à analyser, perdus que nous sommes dans ce grand tout.

Victor Hugo, toujours lui :

Ce n'est pas en améliorant une absurdité qu'on prouve une certaine intelligence : c'est en la supprimant.



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif