Il y a trop de bla-bla dans la philanthropie et pas assez d'actes

10-09-2013  LIBRE
Qui a bien pu prononcer cette phrase : Il y a trop de bla-bla dans la philanthropie et pas assez d'actes. Ce qui n'est pas faux d'ailleurs. C'est sans aucun doute une personne qui se bat depuis des années pour faire avancer des causes qui lui tiennent à coeur. Une personne de coeur en quelque sorte.

Est-ce Martin Hirsch, l'inventeur du RSA, ce petit pécule mensuel qui ne s'use que si l'on s'en sert ? Non, ce n'est pas lui et encore moins l'Abbé Pierre ou Coluche qui sont morts trop pudiques tous les deux.

Mais alors qui est-ce ?

Un indice pour vous mettre sur la piste : il s'agit d'une femme, d'une femme engagée même...

Cela vous donne une idée ? Non ? Je poursuis donc . Cette femme a créé une fondation en 2009 dont les actions s'adressent à une grande variété de publics, de l'enfant placé en crèche sociale à l'adulte touché par l'illettrisme.

Cette fondation fait d'ailleurs partie du comité consultatif de l'ANLCI (Agence Nationale de Lutte Contre l'Illettrisme), c'est dire son importance...

Sa fondatrice est donc tout à fait habilitée à dire au journal Macadam, "il y a trop de bla-bla dans la philanthropie et pas assez d'actes". Vous l'avez reconnue ? Oui, Madame Carla Bruni-Sarkozy.

Sa fondation oeuvre donc contre l'illettrisme. C'est une bonne chose car dans notre pays, ce phénomène touche 9 % de la population active (18-65 ans). Ce sont près de 3,1 millions de personnes qui éprouvent des difficultés, voire une incapacité, à accomplir des actions du quotidien : composer un numéro de téléphone, retirer de l'argent à un distributeur, déchiffrer un plan de métro, lire la posologie d'un médicament, un bulletin scolaire… selon les propres termes de la fondation.

La fondation est financée par quatre mécènes : Carla Bruni-Sarkozy à hauteur de 200 000 euros, la richissime Américaine Sheila Johnson, qui a fait fortune dans la télévision et s'occupe aujourd'hui de sport, a versé 150 000 euros, Lancôme a ensuite promis 500 000 euros par an pendant trois ans et enfin, un financier new-yorkais, John Paulson (1), 45ème fortune mondiale (12 milliards de dollars), a donné la même somme.

Les caisses ne sont donc pas vides et des actions concrètes (loin du bla-bla), dont les associations sur le terrain ont tant besoin, peuvent démarrer.

Nous sommes en 2010 et rien ne se passe malgré le fait que la fondation se dise prête depuis octobre 2010. Il faut attendre novembre 2011 pour qu'un appel à projets soit lancé. 150 projets sont arrivés dans les locaux de la fondation et 60 sont retenus.

De nombreuses associations de lutte contre l'illettrisme, têtes de pont régionales reconnues, ont été étonnées de la sélection dans la mesure ou aucune n'a été contactée à propos de cet appel à projets. C'est d'ailleurs, suite à cet appel sans relais sur le terrain, que ces associations ont commencé à avoir des doutes sur l'intérêt de cette fondation dans la lutte contre l'illettrisme. Elles nous avaient déjà contacté à l'époque à ce sujet...

En 2012, nouvel appel à projets. Enfin nouveau... Le site de la fondation fait bien la différence entre les deux appels. Mais, à l'examen des projets retenus pour 2011 / 2012 et 2012 / 2013, on découvre qu'il s'agit des mêmes associations pour les mêmes projets.

La différence réside dans la présentation. La liste des projets retenus pour 2011 / 2012 est directement consultable sur le site alors que ceux (les mêmes) de 2012 / 2013 sont sur un joli PDF à télécharger avec de très nombreux témoignages (toujours anonymes) et de très nombreuses photos qui masquent l'absence totale du montant des financements accordés à chaque projet.

Pour 2013 / 2014, rien, plus d'appel car officiellement la fondation cherche de l'argent pour continuer à financer sa philanthropie sans bla-bla.

Mais il y a malgré tout une actualité à consulter de toute urgence, histoire de rire un peu en cette rentrée maussade.

Certes, l'illettrisme ne semble plus avoir la côte dans la fondation à l'avantage de la mode et de la culture.

Pour nourrir son action, la fondation doit même reprendre à son compte (en tout cas, c'est ainsi que nous l'avons compris) ce que d'autres ont fait. Elle annonce donc le lancement de "L'illettrisme déclaré grande cause nationale", c'est gentil de sa part. Puis, le "Lion d'or pour la campagne du collectif Agir contre l'illettrisme, mené par l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme". Les illettrés apprécieront...

Nous n'aurions rien eu à dire sur le fonctionnement de cette fondation sans l'affaire de son site Internet. Après tout, Carla Bruni-Sarkozy peut dépenser son argent comme elle l'entend et se faire plaisir avec une fondation.

Le site internet de cette fondation qui se trouve être aussi celui qui présentait l'actualité de la dame lorsqu'elle était "première dame" a coûté, selon la Cours des Comptes, sur la période janvier 2011 à mai 2012, 410.000 euros aux contribuables.

Créer un site Internet pour 410 000 euros, de mémoire de développeur, cela ne s'est jamais vu. Le plus étonnant, c'est que ce site a été créé à partir d'un CMS (Content Management System ou système de gestion de contenu) WORD PRESS qui est téléchargeable gratuitement ! Sans compter une facturation généreuse de 3 000 euros par mois imputables à l'hébergement dudit site. Là aussi, la somme est extravagante.

L'agence qui a développé le site est inconnue (2) et ne figure même pas dans les infos légales du site. Un peu comme un joueur de loto qui souhaite garder l'anonymat après avoir gagné le gros lot.

Carla Bruni-Sarkozy a raison, "il y a trop de bla-bla dans la philanthropie et pas assez d'actes". Une question légitime subsiste tout de même : puisqu'en 2009, le site était déjà "dédié à sa fonction de première dame", combien d'argent public a t-il absorbé pour les années 2009 et 2010 ?

Les associations de lutte contre l'illettrisme qui se battent tous les jours pour parvenir à boucler des budgets rendus exsangues par des coupes successives apprécieront certainement beaucoup.

Une pétition est à signer pour exiger que Carla Bruni-Sarkozy fasse don de tout cet argent dépensé (à des associations de lutte contre l'illettrisme ?). Déjà 119 716 personnes ont signé. #CarlaFaitesUnDon

En savoir plus
(1) John Paulson est surnommé le "sultan des subprimes". Il est le patron de l'un des plus gros fonds spéculatifs américains. Il est l'homme que tous les financiers de la planète vénéraient pour avoir anticipé la crise et parié sur la dégringolade de l'immobilier avec pour résultat net pour son fonds : 15 milliards de dollars, (dont 6 pour lui tout seul) en 2008 au moment où le monde entier plongeait dans la crise. Il est aujourd'hui, au coeur du scandale Goldman Sachs, la banque américaine accusée d'avoir sciemment vendu des actifs pourris à ses clients et favorisé, notamment, l'enrichissement de philanthropes comme John Paulson. On a les amis que l'on mérite...

(2) L'agence qui a réalisé le site ne figure effectivement pas dans la page "mentions légales". Mais après quelques recherches, nous avons trouvé l'heureux prestataire : www.lafabriquedunet.fr. Bien sûr, cette agence n'a pas répondu à un appel d'offres comme la loi oblige toute demande de l'Etat. Le gérant de la Fabrique du Net n'est autre que... Jérôme Blouin, l'homme qui travaillait pour Julien Civange (le meilleur ami de Carla Bruni-Sarkozy) en free-lance à l'Elysée. La Fabrique du Net a déjà oeuvré pour Carla Bruni-Sarkozy via Julien Civange. C'était à l'occasion de l'opération "Born HIV free" qui a défrayé la chronique en 2010 pour de sombres histoires d'argent versé par le Fonds mondial de lutte contre le Sida. Bref, le site de la Fondation est une belle histoire d'amitié...

Nous vous invitons à consulter le site web.archive.org qui est LA mémoire du web. Il conserve tout depuis les débuts du web, ce qui dans le cas du site de Carla Bruni-Sarkozy, peut se révéler très utile pour voir ce qui a été et ce qui n'est plus par exemple...

Le site de Carla Bruni-Sarkozy qui abrite aujourd'hui sa fondation

La fondation SNCF qui lutte aussi contre l'illettrisme pour vous permettre d'avoir un point de comparaison

Illettrisme grande cause nationale et abandon local - Lettrasso du 16-04-2013

Illettrisme : et si on se donnait les moyens enfin ? - Lettrasso du 23-04-2013



Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]