Ils nous empêchent de rêver, empêchons les de dormir

08-11-2011  LIBRE
Ce très beau titre n'est pas de nous, mais d'un collectif qui depuis le 4 novembre occupe l'esplanade de la Défense. De très nombreuses associations nous ont demandé de relayer cette information. C'est donc chose faite.

Sur le modèle de leurs cousins grecs, espagnols, portugais ou américains, ces indignés français se sont installés sur le parvis du quartier d'affaires des Hauts-de-Seine, symbole d'une finance folle qu'ils dénoncent.

Leur objectif est de rester le plus longtemps possible. Ils ont eu l'autorisation préfectorale de se rassembler mais pas de camper sur place. Ce qu'ils s'empressent de faire naturellement.

Aussitôt les gendarmes se précipitent, et repartent, les tentes sous le bras. Et aussi sec de redéployer les Quechuas (petites tentes qui se montent en quelques secondes). Ce va et vient entre les indignés et la police est un numéro aujourd'hui bien rôdé.

Alors que dans les autres pays démocratiques, la place des indignés est respectée par la police, la France empêche très rapidement tout rassemblement de s'installer. Sur le parvis de la défense, le déploiement des forces de l'ordre aboutira à deux blessés transportés à l´hôpital dont un jeune homme de 21 ans dans un état très grave.

Ce lundi matin 7 novembre, les indignés sont toujours là. Pour les soutenir, #OCCUPYDEFENSE sur Twitter ou www.occuponsladefense.net

Parallèlement à ce mouvement, dans des rames de métro de la RATP, les schémas indiquant l'itinéraire de la ligne 3 ont été détournés par des indignés, qui, à la place de la station Bourse, ont collé des autocollants à la manière de ceux apposés par la RATP pour annoncer des travaux.

Exemple de messages (photo ci-dessous) :



Il semble bien que "quelque chose se passe". On ne sait pas si cela prendra en France. La proximité de l'élection présidentielle ne facilite pas l'implantation de ces mouvements.

En savoir plus
Occupons la Défense s'inspire très largement du mouvement de contestation contre les inégalités économiques et la cupidité du capitalisme "Occupons Wall Street" de New York. Depuis, les manifestations ont fait des émules dans plus d'une centaine de villes américaines et aux quatre coins du pays. On comprend la peur du gouvernement français...



Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]