Inquiétude des associations de consommateurs

18-06-2007  LIBRE
Même si cela ne semble pas être une information spécifique en direction des associations, l'ouverture des marchés de l'énergie à la concurrence le 1er juillet nous concerne tous. De très nombreuses associations de consommateurs s'inquiètent des dérives (tarifs en hausse / rupture de contrats sans autorisation, etc..) qui ne vont pas manquer de suivre cette nouvelle ”dérégulation” du marché de l'énergie, pompeusement baptisé ouverture à la concurrence...

Donc, à partir du 1er juillet 2007, tous les consommateurs particuliers auront la possibilité, s'ils le souhaitent, de choisir leur fournisseur d'électricité ou de gaz naturel.

L'ouverture à la concurrence des marchés de l'énergie a été engagée dès 1996, avec l'adoption d'une première directive européenne concernant l'électricité, suivie en 1998 d'une directive sur le gaz. Les dernières directives, aujourd'hui en vigueur, sont les directives du 26 juin 2003.

Ces directives ont pour objectif de construire un ”marché intérieur de l'énergie” à l'échelle de l'Union européenne. Cela consiste à passer de plusieurs marchés nationaux fonctionnant indépendamment les uns des autres à un seul marché européen intégré. Pour y parvenir, les directives organisent l'ouverture à la concurrence du marché de l'énergie en prévoyant pour les consommateurs, le libre choix du fournisseur, et pour les producteurs, la liberté d'établissement.

En France, de 2000 à 2006, plusieurs lois ont transposé par étapes, en droit national, les directives européennes. Aujourd'hui, les marchés de l'électricité et du gaz sont ouverts à la concurrence pour l'ensemble des clients.

Réactions : Vous avez dit concurrence ?
l'UFC souhaite de son côté alerter l'opinion sur la « fausse concurrence » induite par la libéralisation du marché de l'énergie à compter du 1er juillet 2007. « En théorie, le consommateur pourra choisir librement son fournisseur et faire jouer la concurrence. Dans la pratique, il sera pris au piège par un marché où les prix libres ne lui permettront plus de bénéficier du tarif régulé du gaz et de l'électricité », explique Alain Bazot, président de l'association de consommateurs.

En clair, le consommateur qui aura choisi de quitter le tarif régulé pour une offre concurrente sur le marché dérégulé ne pourra pas revenir sur son choix. Conséquence : il ne pourra pas réagir en cas de dérive des prix libres, tandis que le marché n'aura plus face à lui le prix de référence du tarif régulé…

En effet, si le consommateur ne peut pas revenir librement au prix régulé, ce prix perd tout pouvoir d'orientation sur le marché. « Sans choix réversible, la concurrence ne joue plus, analyse Alain Bazot. ”Il ne peut y avoir de prix optimal pour le consommateur comme le laisse espérer, en théorie, le principe du marché libre ». Pour l'UFC, le gouvernement tend un piège aux consommateurs, comme il l'a tendu aux entreprises deux ans plus tôt en leur ouvrant le marché en 2005.

En savoir plus
www.energie-info.fr
Vous trouverez ici les principales informations sur vos démarches et vos droits, pour exercer votre choix dans les meilleures conditions.

www.quechoisir.org
L'UFC-Que Choisir qui appelle les consommateurs à conserver leurs contrats actuels, lance une campagne d'information et met à la disposition des consommateurs un serveur vocal d'information : 0 811 88 10 88 facturé au coût d'une communication locale.



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]