IUT : un pavé dans la mare de la réforme liberté et responsabilité des universités

16-03-2010  LIBRE
Attention, cet article ne concerne pas directement les associations. Mais, nous avons parmi nos lecteurs de très nombreux professeurs qui sont eux-mêmes membres actifs de très nombreuses associations. Il nous semble important de traiter d'un problème qui risque à terme, d'entraîner la disparition ou en tout cas la dilution d'un des joyaux de l'éducation nationale. En effet, si notre système scolaire peut être fier d'une réussite, c'est bien celle de l'IUT.

Ces instituts universitaires de technologie dispensent depuis plus de 40 ans un enseignement de qualité fondé sur un encadrement pédagogique suivi de leurs étudiants et sur des liens étroits avec l'environnement professionnel. Or, il semble bien que cette belle machine soit victime de la globalisation des moyens prévue dans la réforme liberté et responsabilité des universités, réforme qui ne permet pas la prise en compte de l'organisation en réseau qui constitue la spécificité des IUT.

En reconnaissance de ce problème, une circulaire réglementaire en date du 12 mars 2009 a encouragé la préparation de contrats d'objectifs et de moyens garantissant une certaine autonomie aux IUT.

Toutefois, force est de constater que moins d'une université sur deux a accepté de se soumettre à cet exercice et que, même lorsqu'ils existent, ces contrats sans base législative demeurent souvent de portée déclaratoire.

Devant l'insuffisance de cette première intervention et afin de relayer la demande des responsables d'IUT qui s'apparente à une "dernière sonnette d'alarme", de très nombreux députés demandent à Mme la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche un avis quant aux propositions suivantes :
1. l'adoption d'une disposition législative prévoyant un contrat d'objectifs et de moyens entre les universités et les IUT, intégré au contrat d'établissement afin d'assurer le droit de regard de l'État quant à son respect ;
2. l'ouverture d'une réflexion sur le renforcement de l'autonomie des IUT, avec notamment la possibilité de regroupements régionaux, de façon fédérative et sur la base des associations régionales actuelles, qui seraient dotés de la personnalité juridique ;
3. la mise en oeuvre d'une première mesure concrète d'urgence qui prévoirait l'indication explicite au sein des dotations globales des universités de la part générée par les IUT, tant en financement qu'en termes d'emplois.

Réponse du ministère publiée au JO le 09/03/2010
La loi LRU, qui ne remet en cause ni la qualité d'ordonnateur secondaire de droit des directeurs d'IUT, ni leur autorité sur les personnels, conduira les établissements d'enseignement supérieur à valoriser celles de leurs composantes qui sont les plus performantes, au premier rang desquelles figurent naturellement les IUT.

Le caractère national du diplôme universitaire de technologie a été également réaffirmé. Depuis plusieurs mois, un dialogue s'est engagé, au sein d'un comité de suivi sous l'égide du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, au sujet des nouvelles relations entre les universités et leurs composantes IUT dans le cadre de la loi sur les libertés et responsabilités des universités.

Une charte, à valeur réglementaire, définissant les principes de bonnes relations entre les universités et leurs IUT a été établie en décembre dernier.

Elle définit la répartition des rôles en matière budgétaire et d'autorité vis-à-vis des personnels entre le président d'université et le directeur d'IUT, préconise la rédaction d'un contrat interne d'objectifs et de moyens et prévoit la consolidation nationale des moyens dédiés aux IUT.

À ce jour, la DGESIP dispose d'une soixantaine de COM qui ont été signés par les universités et un IUT.

Lorsque cela s'est avéré nécessaire, elle a organisé une réunion avec les établissements qui ont rencontré des difficultés dans la conclusion des contrats. Par ailleurs, deux réunions regroupant les présidents d'université, les directeurs d'IUT et les présidents des conseils de gestion des IUT ont été organisées afin notamment de répondre aux interrogations techniques soulevées par l'application de l'instruction codificatrice M9-3 qui porte sur l'exécution des dépenses et des recettes des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel.

Ces réunions ont été l'occasion de réaffirmer la nécessité de renforcer le dialogue de gestion entre la présidence et chacune des composantes de l'établissement, dans le respect des dispositions spécifiques aux instituts.

À la demande de la Ministre, les présidents d'université se sont engagés, comme ils l'ont fait en 2009, à au moins maintenir en 2010, à périmètre constant, les moyens dédiés à leurs IUT.

Dans le cadre du plan "réussir en licence", 5 MEUR supplémentaires ont été attribués en 2008 aux IUT pour l'accueil des bacheliers technologiques, et, dans le cadre du plan de relance, 10 M EUR ont été consacrés à l'équipement des départements d'IUT.

Les activités et les performances des IUT sont pleinement prises en compte pour l'avenir dans l'allocation des moyens et les contrats pluriannuels qui lieront les universités à l'État.

En savoir plus
Les sites Web des IUT -La plupart des liens sont coupés... Un début ou une fin !
Idem...
Sauvons les IUT … et au delà … Le blog de la coordination nationale
Le blog de Pierre Dubois - Histoires d'Universités

Publicité


Partenaire

Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 059 associations inscrites

L'annuaire des 29 059 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 260 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]