La Trumpette d'or est décernée à...

13-03-2017 SOCIETE LIBRE
En ces temps de fausses nouvelles, il semble difficile de désigner un vainqueur même si certains se détachent du peloton. Pour le moment, nous nous intéresserons à un possible gagnant : le sondage. Comme propagateur de fausses nouvelles, il se pose un peu là : jamais Trump ne sera élu, Juppé va exploser sa primaire, Valls la sienne, le PSG est qualifié et Macron va gagner la présidentielle.

Comme aurait pu dire un président de la République : "Il n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c'est le sondage..."

Ainsi Emmanuel Macron sera le 8ème président de notre République. C'est dit, c'est répété et déformé. On le donne à 22% là, à 24% ici, au coude à coude là-bas et en tête partout. Cette allégorie cycliste s'étale sur tous les médias. Il VA gagner. Et le président qui en rajoute une couche pour les sourds et malentendants : "François Hollande met en garde avec insistance contre une victoire possible du Front national."

L'inquiétude du chef de l'Etat est sans doute sincère et beaucoup d'élus de terrain pensent que le vote FN est sous-estimé dans les sondages. Mais dénoncer ce danger, c'est par contrecoup favoriser le vote utile anti-Front. C'est-à-dire, dans la circonstance présente, le vote Macron. "Tous aux urnes camarades, le Front ne passera pas par moi !"

Obsessionnellement centré sur le centre du centre, E.M. pour En marche, tel un caméléon olympien, capte les insectes qui viennent de la droite ou de la gauche à grands coups de langue sirupeuse à souhait. Il abuse pour ce faire de l'idiome guimauve des centristes, que l'immense Edgar Faure a gravé pour l'éternité dans le marbre de l'Histoire : "Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent..."

Ainsi paré, E. M. pour Emanuel Macron, applique à la lettre le concept giscardien : "Le changement dans la continuité." Ou autrement dit, un coup affirmatif à gauche, un coup négatif à droite.
- Oui, il veut ouvrir mieux la naturalisation aux étrangers, mais sans leur donner le droit de vote.
- Oui, il veut garder l'ISF, mais le supprimer pour les détenteurs d'actions.
- Oui, il veut garder les frontières ouvertes, mais renvoyer sans faiblesse les sans-papiers.
- Oui, il veut une société plurielle, mais combattre l'insécurité culturelle.
- Oui, il veut rendre du pouvoir d'achat aux salariés modestes, mais aussi aider les entreprises.
- Oui, il aime les pauvres, mais...comprend les riches.
- Oui, la colonisation est un crime contre l'humanité, mais aussi un élément de civilisation.

Ainsi, pour la droite, Macron est un socialiste déguisé, pour la gauche, un Fillon sans les sourcils et pour les sondages et les médias LE bon client. Car tous ces tirs croisés tendent à s'annuler. Et ça glisse, ça glisse...

Avec son fusil à tirer dans les deux coins, le chasseur Macron aligne un tableau de chasse qui ferait rugir de plaisir un Sarkozy modeste ou un Hollande regonflé : tous les jours une nouvelle tête. Et nos médias s'en délectent... Bayrou, Bartolone, Delanoë, Patrick Drahi, Robert Hue, Xavier Niel, Pierre Bergé, Kouchner, Renaud Dutreil, Cohn-Bendit, Alain Minc, Jacques Attali, LeDrian, Sapin...STOP ! N'en jetez plus !

Ce n'est plus un mouvement, c'est la Star'Ac. De la horde de centristes aux gaullistes abandonnés en passant par un troupeau d'éléphants socialistes, le jeune loup compte les douilles et les financiers. Le modernisme de Macron, c'est de faire du neuf avec des vieux.

La philosophie du papillon Macron tient dans cette phrase : "Je veux une économie humaine, c'est à dire une économie ouverte qui s'adapte à un monde qui bouge." Essayez donc de le rattraper avec ça. Deux sourires plus loin, vous voilà converti, vous le vieux socialo de base. Et pourtant, prenez le temps de vous asseoir, de fumer une cigarette s'il le faut et réfléchissez...

"Je veux une économie humaine" ! Tout le monde est d'accord avec ça. Mais, qu'est-ce qu'une "économie ouverte" ? Celle du plombier Polonais, du dumping social et de l'Uberisation ? "S'adapter à un monde qui bouge" ! Oui il bouge... et alors... comment adopter un pas de danse qui risque de finir dans la fosse d'orchestre ? Quand on écoute penser Emmanuel Macron, on a envie de crier : sort de ce corps Uber !

Le programme de Macron, c'est d'adapter les idées du 19 ème siècle aux 140 signes de Twitter et de contraindre le droit du travail aux besoins des plateformes numériques. Tout comme la classe dirigeante, politique et médiatique était pour le oui au référendum de 2005, elle est aujourd'hui pour Emmanuel Macron. Cet unanimisme devrait nous faire réfléchir au sens du "vote utile"...

En marche ! Pas seul par Les Goguettes







Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 065 associations inscrites

L'annuaire des 29 065 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 262 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]