La VAE un succès mitigé pour un dispositif nécessaire

11-05-2015 BENEVOLAT LIBRE
La validation des acquis de l'expérience est un dispositif dont le succès, hélas, peine à se traduire dans les faits. Certes, cet outil dès sa mise en place, a été soumis à un handicap difficile à surmonter. Ce nouveau dispositif ne s'inscrivait en effet pas dans la tradition bien française pour qui une vraie formation est toujours de nature académique. Pauvre VAE dont la validation s'effectue prioritairement et quasi exclusivement sur des connaissances issues d'une expérience de terrain.

Comparaison difficilement soutenable dont souffre également un parent proche : l'apprentissage devenu alternance sans rien gagner au changement de nom, alors même qu'il ne cesse de croître, y compris pour des formations supérieures.

Dans un cas comme dans l'autre, on voit bien que les directions des ressources humaines privilégient toujours les mêmes cursus, sans doute parce qu'elles en sont issues elles-mêmes...

Mais revenons à notre bénévole associatif, qui fier à juste titre de son parcours, souhaite lui donner la valeur méritée par une VAE compensatrice. Il va transmettre à l'autorité certificatrice un dossier décrivant son expérience accompagné soit de son Passeport Bénévole, soit de son Portefeuille de Compétences. Ensuite, selon la certification, il sera mis en situation professionnelle devant un jury ou il présentera son dossier.

Dans les deux cas, le jury s'entretiendra avec lui et prendra une décision de validation totale, partielle ou d'un refus de validation. L'ensemble de la démarche durera entre huit et douze mois, de la définition du projet jusqu'aux épreuves de validation devant le jury.

Mais quel avenir aura sa VAE toute fraîche auprès des services RH auxquels il fera parvenir son CV ? Quel sérieux donnera-t-on à son parcours de bénévole associatif ? Car, il y a une raison supplémentaire à la faible acceptation de ces cursus atypiques, et cette raison est culturelle. En effet, le concept de bénévolat a toujours été considéré comme antinomique de l'idée de gratification ou de bénéfices liés à l'engagement.

Et ce "choc culturel" n'a pas encore atteint l'ensemble des parties prenantes ce qu'atteste le vocabulaire attaché au bénévolat, où l'on parle d'activité, alors que c'est le travail qui caractérise le salariat.

Enfin, il ne faut pas se cacher que le bénévolat fait partie de ces mots enchaînés à des images et à un contexte historique, qui portent en eux une lourde charge idéologique et affective... Le bénévole est la victime d'un certain nombre d'idées reçues, notamment chez ceux qui ne le voient qu'au travers du prisme bénévole = amateur, c'est-à-dire un être, certes généreux et disponible, mais à l'opposé du professionnel.

Dommage pour nos entreprises qui se privent ainsi de ressources "humaines", dans tout le sens du terme.

En savoir plus
Les fiches outil de la VAE

Portefeuille de compétences

Passeport Bénévole



Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 065 associations inscrites

L'annuaire des 29 065 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 261 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations