Les associations souffrent de la concurrence déloyale dans le secteur de l'aide à domicile

06-10-2009  LIBRE
La volonté de professionnaliser les intervenants dans le domaine de l'aide à domicile est une vieille lune que les associations, par habitude, ont enfourché sans sourciller. En effet, comme souvent, le secteur associatif a fait beaucoup d'effort dans la formation et la reconnaissance de ces professions difficiles. Or, la loi Borloo, promulguée en 2005, a encouragé le développement des emplois de services en autorisant l'ouverture de ce créneau aux nombreuses entreprises du secteur marchand.

Aujourd'hui, un simple agrément permet l'ouverture d'un service à domicile. L'exécution de certaines tâches auprès des personnes dépendantes ne devait être autorisée que par un agrément qualité ; or ces dossiers d'agrément sont déclaratifs et aucun contrôle sur le terrain n'a lieu.

En conséquence, une libéralisation des services apparaît et elle entraîne des tarifs différenciés d'une structure à l'autre, selon la formation du personnel et la convention collective en vigueur.

Les professionnels observent aussi le développement du CESU, une précarisation des emplois, l'absence de formation professionnelle et d'encadrement ainsi qu'une baisse de la qualité de la prise en charge des personnes âgées et/ou handicapées.

Le secteur associatif subit à nouveau cette forme de concurrence pour le moins déloyale.

M. Damien Meslot (député UMP - Territoire-de-Belfort) demande au ministre du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville quelles mesures il entend prendre pour que les acteurs privés soient soumis aux mêmes règles que le secteur associatif dans le domaine de l'aide à domicile.

Réponse du ministère publiée au JO le 08/09/2009
Les activités de services à la personne concernant les personnes dépendantes et fragiles sont encadrées très strictement par le code du travail.

L'article R. 7232-5 indique que lorsque les services portent partiellement ou essentiellement sur la garde des enfants de moins de trois ans ou l'assistance aux personnes âgées, handicapées ou dépendantes, l'agrément est délivré par le préfet après avis du président du conseil général sur la capacité des associations et des entreprises demandant l'agrément à assurer une prestation de qualité et sur l'affectation de moyens humains, matériels et financiers proportionnés à cette exigence.

L'article R. 7232-7(5°) précise en outre que, pour ces publics, le demandeur de l'agrément s'engage à respecter un cahier des charges assurant l'exigence de qualité mentionnée à l'article L. 7232-5.

Le secteur associatif est soumis à sa propre réglementation, fixée par le code de l'action sanitaire et sociale.

Les établissements médico-sociaux (secteur marchand NLDR) bénéficiant dans ce cadre d'une autorisation et dont certaines activités à domicile rentrent dans le champ des activités des services à la personne obtiennent un agrément par équivalence.

Ainsi, l'exercice des acteurs privés vis-à-vis de publics dépendants est rigoureusement encadré sans qu'il y ait ni distorsion de concurrence ni discrimination par rapport aux établissements ou associations qui exercent sur un secteur plus large.

Le nombre grandissant de personnes faisant appel à l'un ou l'autre système dément la baisse de qualité du secteur.



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]