Sos telephone

15-11-2001  LIBRE
Selon une enquête menée par le CREDOC, les deux tiers des Français seraient prêts à faire appel à la téléphonie sociale.
Les lignes d'écoute (du type SOS suicide, SOS amitié…) répondent à un besoin réel. D'après les résultats de l'étude, les trois quarts des personnes interrogées ont été confrontées, elles-mêmes ou un de leurs proches, à une situation nécessitant l'appel d'un numéro d'écoute.
Toutefois, seulement 6% ont effectivement appelé. Les ”non appelants” invoquent une aide suffisante de l'entourage ou des professionnels ou encore un manque d'informations sur ces services. En effet, la notoriété des lignes d'écoute est très variable : les plus connues le sont par les trois quarts de la population, alors que d'autres ne sont identifiées que par une personne sur dix. En France, la première expérience remonte au début des années 60 avec la création de SOS amitié. De nombreuses autres lignes d'écoute et d'information à caractère sanitaire et social se sont développées par la suite (maltraitance, drogue, SIDA, cancer…) en complément de l'intervention traditionnelle des travailleurs sociaux et des professionnels de santé. Inquiétant, non ?

Source : CREDOC. Enquête réalisée auprès de 2059 individus de 12 ans et plus.




Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique