Survol de drones : vol au dessus d'un nid de coucou

27-04-2015 SOCIETE LIBRE
Ce ne sont pas moins de 13 centrales nucléaires qui ont été survolées par des drones ces dernières semaines. Et à la surprise générale, la police ignore tout des opérateurs de ces étranges missions de survol. On ne peut pas dire que cela soit rassurant... Surtout que Greenpeace, qui est habituée à des actions coups de poing, assure qu'elle n'y est pour rien. Pire, elle dit être très inquiète à ce sujet et elle n'est pas la seule.

Il faut savoir, et on s'en doutait, que le fait de survoler des installations nucléaires (centrales, centres de recherche, centres de tri des déchets, etc.) est formellement interdit par la loi qui prévoit une peine d'un an de prison et 75 000 euros d'amende.

Or, les drones ont été aperçus, alors qu'ils survolaient le périmètre le mieux surveillé de France, à moins de 1000 mètres d'altitude pendant de longs moments et ils semblaient exercer un quadrillage précis sur un périmètre de cinq kilomètres environ et rien n'a été fait.

Certes la tâche est compliquée. C'est en principe l'armée de l'air qui est chargée de la surveillance aérienne autour des centrales. Mais que peut faire un Rafale contre un drone ? L'abattre bien sûr, mais comment être sûr qu'il n'est pas chargé d'explosifs ? Et puis utiliser un missile de plusieurs centaines de milliers d'euros pour abattre un drone que l'on trouve dans le commerce à partir de 500 euros, c'est une opération qui risque d'alourdir considérablement notre dette qui n'en demande pas tant...

Suite au survol de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux dans le Loir-et-Cher, l'Etat a réagi. Il faut savoir que le contrôle de la sécurité des installations nucléaires repose sur une répartition claire des rôles et des responsabilités de l'État et des exploitants nucléaires.

Ainsi, le rôle de l'État est de définir les menaces de référence auxquelles les installations peuvent faire face, via des directives nationales de sécurité qui sont des documents classifiés, et de les notifier aux exploitants. Ce sont ensuite les exploitants qui sont tenus de démontrer, dans des études de sécurité remises aux services du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, comment ils s'organisent pour assurer y résister.

Or ni l'Etat ni les exploitants n'avaient prévu le survol des drones. Il a cependant été indiqué que la menace présentée par les drones était couverte par les menaces de référence auxquelles doivent faire face les installations, notamment dans le cas d'une chute d'aéronefs. Comparer le survol d'un drone à la chute d'un avion laisse pantois... Mais le traitement de la menace aérienne vis-à-vis des installations nucléaires relève d'une logique que la raison peut ignorer...

Aujourd'hui, la seule réponse apportée est la mise en place d'un groupe de travail chargé d'expliciter les besoins prioritaires en recherche et développement dans les domaines de la sécurité des installations d'importance vitale dont bien évidemment le nucléaire fait partie.

De fait, des appels à projets pilotés par l'Agence nationale de la recherche (ANR) ont été lancés dont l'appel à projets Flash lancé le 18 décembre 2014 et intitulé : "Protection de zones sensibles vis-à-vis des drones aériens".

L'objectif de cet appel est de financer des projets dont les activités de recherche aboutiront, à brève échéance (18 mois au maximum) à des "démonstrateurs en environnements opérationnels, permettant le déploiement d'une réponse technique et technologique sur un site réel. Les scénarios opérationnels et les conditions d'emplois devront illustrer de façon prospective mais réaliste les risques associés au survol de drones aériens de moins de 150 kg."

Le nucléaire n'avait déjà pas bonne presse. Le survol des drones et l'incapacité de répondre à cette menace ne va pas arranger son image.

En savoir plus
La liste des projets sélectionnés par l'Agence nationale de la recherche lors de l'appel Flash du 18-12-2014



Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]