La participation associative au regard des temps sociaux

02-01-2003
Comparés à la population totale des plus de 15 ans, les adhérents aux associations sont plus diplômés, plus aisés et plus souvent des hommes. Résider dans une zone rurale ou une petite ville, mais aussi dans l’Ouest et l’Est de la France incite à l’adhésion. Les associations sportives et culturelles sont de loin les plus représentées.

Pour les salariés, travailler dans le secteur public prédispose à s’adonner à une activité associative. La maîtrise de son emploi du temps et la pratique d’horaires variables sont également des situations qui sont favorables, au contraire de l’exercice d’un métier pénible et fatigant. La fréquentation des associations est plus forte chez les salariés qui choisissent un temps partiel et chez les salariés à temps plein dont les horaires hebdomadaires sont inférieurs à 35 heures. En revanche, elle pâtit d’une activité professionnelle exigeant des durées beaucoup plus longues. Au regard du contexte domestique, c’est l’âge des enfants et non leur nombre qui importe : avoir un enfant très jeune fait obstacle à la participation. Celle-ci est néanmoins encouragée lorsque des aides à la réalisation de certaines tâches sont reçues en provenance de tiers. La propension à fréquenter les associations apparaît fortement liée à la pratique d’autres activités à forte sociabilité, comme rendre des services informels ou recevoir chez soi. Entre conjoints, un effet d’entraînement de l’adhésion est manifeste. De même, la participation des parents encourage sensiblement la participation de leurs enfants qui vivent au foyer.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 352-353 - sep 2002
(Format PDF : 158 ko)
de Lionel Prouteau et François-Charles Wolff



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]