Les intermittents au Rmi

12-02-2007
Les dégâts occasionnés par le protocole de 2003 sur l’assurance chômage des artistes et des techniciens du spectacle, du cinéma et de l’audiovisuel engagés par intermittence ne sont plus à démontrer. A ce jour, ce n’est que grâce aux mobilisations des intermittents, que l’État a été contraint de mettre en place et de financer un fonds transitoire qui a permis de « repêcher » plus de 35 000 professionnels.

Et, bien plus grave, la prétendue « professionnalisation » revendiquée par les signataires se traduit tout particulièrement pour les artistes par une crise de l’emploi sans précédent.

Au mépris de tous les rapports et des engagements pris alors par le gouvernement, et parce qu’il ne corrige en rien l’essentiel de la réforme de juin 2003, le protocole d’accord du 18 avril 2006, signé en catimini à la veille de Noël par 3 organisations syndicales minoritaires, se traduira par l’exclusion de milliers de professionnels.

Très en retrait par rapport au fonds transitoire, le fonds dit de « professionnalisation » annoncé par le gouvernement, adopté tout récemment à l’occasion de la loi de finances 2007 - qui n’a fait l’objet d’aucune discussion avec les organisations représentatives des secteurs d’activité - va nourrir et aggraver la crise de l’emploi des artistes, des réalisateurs, des techniciens et des ouvriers du spectacle vivant et enregistré, ce qui tournerait résolument le dos au légitime combat pour la diversité culturelle.

En savoir plus
Pétition contre l’agrément du protocole du 18 avril 2006 modifiant les annexes 8 et 10, à l’attention de Monsieur Jean-Louis BORLOO, Ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement.



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif