Accompagner l'engagement associatif des salariés

25-07-2016 ESS LIBRE
La RSE est à la mode. Comment, vous ne savez pas encore ce que cache cet acronyme ? RSE veut dire Responsabilité Sociétale des Entreprises. Le patronat aime bien se gargariser de mots nouveaux, fussent-ils des acronymes. Bosser à la RH, c'est mieux que de travailler au service du personnel, alors même que la dénomination "Ressources Humaines" est abominable. Réduire l'humanité à un adjectif pour en définir les ressources m'a toujours fait froid dans le dos...

Du coup, on peut retourner l'idée pour en montrer la philosophie toute nue : celui qui n'est plus une ressource n'est plus humain. Le patronat sait se montrer prudent avec toutes les autres ressources, et pour cause, elles sont limitées par nature. Le gisement humain, quant à lui, reste pour le moment inépuisable...

Bref, je m'égare. Je m'étais promis, lorsque la rédaction de Lettrasso m'a confié l'info, de ne pas digresser. Objectif, vous présenter le guide "Construire ensemble l'engagement associatif des salariés". Avec un sujet pareil, j'allais faire un "tout-droit", comme bon nombre de mes confrères qui traitent toutes les infos sur le même modèle : intro de 3 lignes pour attirer le gogo lecteur, développement autour du produit, conclusion "pousse-à-l'achat" avec le lien qui va bien.

Un exemple ? Bon, ce sont les vacances, on peut se lâcher un peu. Mais, vous ne le répéterez pas, promis ? Voici par exemple, cette info (Construire ensemble l'engagement associatif des salariés) traitée par le site Association mode d'emploi :

1. L'intro :"Le Medef et le Rameau ont réalisé le guide Construire ensemble l'engagement associatif des salariés, en partenariat avec le ministère en charge de la Vie Associative et la Fondation EDF.

2. Le développement : A partir de 25 études de cas, ce guide illustre les cinq stratégies d'engagement des entreprises auprès des associations : articulation du temps professionnel et des autres temps sociaux ; mobilisation de la ressource humaine ; mise à disposition de compétences ; partenariat associatif ; démarche « recherche et développement » sociétale.

3. La conclusion : Ce guide est complété d'un centre de ressources en ligne sur le même thème.
"

C'est pro, non ? Rien à dire, le journaliste nous fait son intro sur les commanditaires du guide (Medef et Rameau), le partenaire institutionnel (le ministère en charge de la Vie Associative) et le partenaire financier (Fondation EDF).

Ensuite, dans le développement, on sent bien l'homme scrupuleux qui a lu le guide de bout en bout puisqu'il est capable de nous en expliquer le coeur un peu comme un médecin légiste après l'autopsie. Rien à dire, très pro.

Et naturellement, la conclusion attire le gogo lecteur qui ne peut pas faire autrement que de cliquer pour prendre connaissance du "centre de ressources en ligne". Le jour où je pourrais écrire comme lui, je serais enfin un vrai journaliste.

Le traîne crayon que je suis a, pour écrire son article, voulu lire le guide. Assis devant une bonne bière, j'ai chargé le PDF sur mon écran et j'ai commencé ma lecture. Je n'ai pas pu dépasser la page 9 (sur 66). C'est le début de l'avant-propos qui m'a bloqué. Le voici, tel quel : "La Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est devenue un pilier incontournable des entreprises, associant à la performance économique les performances sociale, sociétale et environnementale."

Je ne peux pas. Je ne peux pas parce que je ne crois pas un seul de ces mots qui, enfermés dans cette phrase parfaite, perdent tout leur sens, n'ont plus de gout, donnent même l'impression d'être étrangers, de l'anglais peut-être ou bien du chinois.

Comment est-il possible de lire ces mots là, cette phrase là, sans réagir ?

Nous savons tous que la performance économique ne va JAMAIS avec la performance sociale (et les 65 suicidés de France telecom en sont les témoins à jamais muets). Nous devinons sans peine qu'une entreprise comme Total ne possède aucun sens de la responsabilité environnementale. Quant à la responsabilité sociétale, comment croire un seul instant qu'EDF ne pense qu'à cela alors que tout un chacun peut lire dans la presse l'état désastreux de ses centrales et de ses finances pour les entretenir...

Alors tant pis, vous n'aurez pas votre bel article avec de belles phrases toutes lisses et bien faites et qui donnent envie de cliquer sur tout plein de liens. Mais je ne peux pas, vraiment pas. Et je pense même que les entreprises qui souhaitent "accompagner l'engagement associatif de leurs salariés" ne le font que pour une fiscalité très avantageuse et avec ceux qu'elles jugent inadaptés à la "performance économique".



Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]