Comment les jeunes des quartiers prioritaires perçoivent les entreprises ?

17-05-2016 ESS LIBRE
En France, depuis la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine, promulguée le 21 février 2014 (1), le nombre de quartiers prioritaires a diminué. De 2 600 QP situés dans 900 communes, nous sommes passés à 1 500 quartiers situés dans 700 communes. Ces quartiers se situent majoritairement dans le Nord ou en banlieue parisienne avec quelques "entrants" situés en zone rurale. Cette diminution ne correspond pas à une baisse des besoins, mais à un changement de critères basés sur le revenu des habitants.

Etudier le rapport qu'entretient cette population avec le monde de l'entreprise est une bonne idée lorsque l'on sait combien les problèmes d'intégration sont souvent liés à un problème de perception entre les deux "mondes". L'échantillon retenu pour cette enquête, concerne un public plutôt diplômé et issu d’un parcours universitaire.

A la lecture de cette étude, on peut être étonné des réponses. En effet, elles sont très "positives", les chiffres frisent les résultats de certaines élections en républiques bananières...

A vous de juger :
- 97.6 % des jeunes ont déjà une première expérience professionnelle,
- 65 % ont un regard positif sur l'entreprise,
- 12.7 % seulement pensent être stigmatisés en fonction de leur lieu de résidence,
- 44 % souhaitent travailler en grandes entreprises pour seulement 1.6 % en associations,
- et j'en passe ....

L'enquête précise que le questionnaire a été envoyé à 824 jeunes, ils ne sont que 125 à avoir répondu soit 15,2 % des jeunes interrogés. Ces jeunes ont été "recrutés" à partir de leur inscription sur le site TalentUniverCité, une plateforme gratuite de recrutement par CV anonyme.

En quoi cette enquête est-elle représentative de la jeunesse des quartiers prioritaires ? Sur 824 jeunes a priori motivés, seuls 125 répondent. Ce premier résultat à lui seul pourrait poser question. Sur les répondants, la grande majorité (63%) est post-Bac ce qui biaise nécessairement le point de vue et tous sont originaires de l'Ile-de-France.

Bref, que le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) soutienne ce type de travail laisse songeur sur les politiques qu'il entend mener par la suite... On comprend mieux la baisse du nombre de quartiers prioritaires... Tout va très bien Madame la marquise puisque les jeunes sont satisfaits.

En savoir plus
(1) LOI n° 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Regards des jeunes issus des quartiers prioritaires de la Politique de la Ville sur l’entreprise - Etude de l'IMS-Entreprendre pour la Cité

Pour une vision plus sérieuse : lire le rapport de l'observatoire national de la politique de la ville 2015.



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]