La grenouille UDES se prend pour le boeuf MEDEF

20-06-2016 ESS LIBRE
L'UDES, union des employeurs de l'économie sociale et solidaire, regroupe 25 groupements et syndicats d'employeurs (associations, mutuelles, coopératives, etc.) et 14 branches et secteurs professionnels, soit plus de 70 000 entreprises, employant plus d'un million de salariés. Comme elle l'explique sur son site, l'UDES est la seule organisation multi-professionnelle de l'ESS, ce qui est bien dommage...

Si le fait de rassembler 80% des employeurs fédérés de l'ESS lui donne du poids, cela ne lui donne pas le droit de dévoyer une idée qui : "donne la primauté du projet humain sur sa seule rentabilité financière".

Les français, dans leur majorité, sont toujours opposés à la loi Travail après plus de trois mois de conflit. De même ils n'admettent pas, dans leur ensemble, que le "mode casseur" devienne la seule façon de se faire entendre et cette violence leur est insupportable. Enfin, ils sont également aussi choqués que nous lorsqu'ils découvrent des provocations comme celle qui consiste à prôner la mort des policiers.

Mais, notre pays en est là parce que la testostérone tient lieu de cerveau à un premier ministre qui ne sait plus à quel groupe social s'en prendre pour masquer son incurie. Lorsque l'on prépare un projet de loi qui va concerner l'ensemble des salariés avec pour seul interlocuteur un syndicat patronal, il faut être profondément incompétent ou totalement cynique ou les deux pour être étonné que la rue soit occupée par ceux qui n'étaient pas invités à la table des négociations.

Que la CGPME, la FNSEA, le Medef, l'UNAPL et l'UPA signent un communiqué de presse en commun pour accuser les grévistes "d'impacter l'activité économique dans notre pays" ne doit surprendre personne (1). Mais que l'UDES qui est, je le répète, l'union des employeurs de l'économie sociale et solidaire, se joigne à tous ces syndicats patronaux pour hurler avec les loups doit être incompréhensible pour beaucoup. Pour notre part, sa position ne nous étonne absolument pas.

Nous ne rajouterons donc rien d'autre, nous qui sommes depuis la parution de la loi ESS (2), opposés à ce que les associations fassent partie de ce fourre-tout législatif et qui n'a jamais été à nos yeux autre chose qu'une économie maquillée comme une voiture volée.

En savoir plus
(1) Le communiqué de presse signés par la CGPME, la FNSEA, le Medef, l'UNAPL, l'UPA et... l'UDES

Appel des employeuses ou employeurs, salarié-e-s ou ancien-ne-s salarié-e-s de l'économie sociale et solidaire : "nous sommes en désaccord avec les positions de l'UDES. Le projet de loi sur le travail qui suscite la contestation désapprouvée par l'UDES, ne peut que favoriser la dégradation des conditions de travail en privilégiant entre autre des négociations locales déséquilibrées et en précarisant les salariés." Lire les réactions au communiqué qu'a signé l'Udes avec les autres syndicats patronaux et signer la pétition attenante.

(2) Nous avons écrit une trentaine d'articles sur cette loi ESS qui va si mal servir les associations.
ESS et CAC40 : la différence est parfois mince

Le Haut Conseil à la Vie Associative à la sauce ESS

ESS l'Economie Sans Suite

L'ESS a hérité d'une ex-ministre reléguée

Les associations devraient d'avantage s'intéresser à la prochaine loi sur l'ESS



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]