Les petites miettes 2016 pour les pauvres

01-02-2016 SOCIETE LIBRE
Après les cadeaux royaux faits aux entreprises durant les années 2013, 2014 et 2015, cadeaux qui n'ont pas empêché le chômage d'atteindre des profondeurs inquiétantes, il semble qu'il reste quelques miettes pour ceux qui occupent l'autre extrémité de l'échiquier. Certes, il ne s'agit pas de baisses d'impôts, ils n'ont même plus les moyens d'en payer. On assiste plutôt à un colmatage en règle de la coque d'un bateau qui coule dans le silence...

On commence par un nouveau service en ligne de cautionnement des loyers du parc privé (actif depuis le 20 janvier 2016), "totalement gratuit" précise même Sylvia Pinel la ministre du Logement. Visale (1) est son nom. Il remplace la garantie des risques locatifs (GRL) déjà dépassée par l'ampleur du désastre.

La ministre précise : "Visale est un dispositif de sécurisation des loyers immédiatement opérationnel, simple à mettre en oeuvre, et ciblé de façon juste pour faciliter l'accès au logement des ménages modestes ou aux revenus irréguliers.".

Financé et géré par Action Logement (2) à hauteur de 130 millions d'euros, le dispositif concerne :
' tous les salariés précaires du secteur privé (3), dès lors que l'entrée dans l'emploi et dans le logement s'effectuent dans des délais rapprochés (ce qui ne concerne pas beaucoup de monde),
' les jeunes salariés de moins de 30 ans, en CDD ou CDI, sous certaines conditions dérogatoires par rapport aux autres publics de Visale (impossible d'obtenir une explication cohérente),
' les ménages accompagnés dans le cadre d'une intermédiation locative, salariés ou non.

Un dispositif (4) qui ne concerne qu'environ 200 000 personnes alors que plus de 5 000 000 de personnes ne sont pas ou mal logées. De plus, la plupart des professionnels assurent que les propriétaires refuseront d'utiliser Visale et préféreront poursuivre leur collaboration avec les assureurs privés qui offrent des garanties plus "sérieuses". Bref, un coup pour rien...

Une fois logé, il faut pouvoir payer les factures d'énergie
Le 29 janvier 2016, le ministère de l'écologie a annoncé la prochaine mise en place expérimentale du "chèque énergie" dans trois départements (Ardèche, Aveyron et Côtes'd'Armor). Ce chèque pourra servir à régler en totalité ou en partie les dépenses d'énergie du logement (électricité, gaz, fioul, bois...).

Son montant moyen variera en fonction du revenu fiscal de référence et du nombre de personnes composant le foyer, (valeur moyenne de 150 euros par an selon la ministre qui ne doit pas payer personnellement ses factures énergétiques...). Il s'agit d'une (toute petite) aide distribuée au compte-gouttes... pour ceux qui sont en "précarité énergétique" (5).

Ne vous précipitez pas avec vos factures impayées à la main, il faut encore attendre la parution du décret qui lancera l'opération. D'ici là, l'hiver sera terminé...

En savoir plus
(1) Le site Visale sur lequel il faut s'inscrire pour obtenir le "visa"

(2) Action Logement (ex 1% Logement) gère depuis plus de 60 ans la Participation des Employeurs à l'Effort de Construction (PEEC).

(3) CDD, sous promesse d'embauche, CDI en période d'essai, intérimaires, intermittents, apprentis, contrats aidés, etc.

(4) En cas d'impayés de loyer, c'est Action logement qui paye les bailleurs, les locataires devant ensuite rembourser toutes les sommes versées. Si les locataires ne respectent pas l'échéancier de leurs remboursements, Action logement peut demander la résiliation de leurs baux en justice...

(5) La "précarité énergétique" fait partie de l'article 1 de la loi 2015'992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte.



Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]