Si ça continue, il faudra que ça cESSe

19-04-2016 ESS LIBRE
Dans la série, les associations se prennent pour des entreprises, la Croix-rouge fait fort. Il faut dire qu'avec 18 000 salariés et 600 établissements en France, la structure associative craque de toute part. Comment contenir dans le giron de la "loi1901", ce mastodonte ? La sous-traitance voire la cession d'activités semble devenir une règle de gestion dans ce que la direction appelle un "projet d’optimisation de l’organisation". Du coup, à se prendre pour une entreprise, la Croix-rouge en reçoit également le contrecoup et ses plus grosses grèves...

Tout a commencé le 30 mars 2016. Dans tous les établissements Croix-rouge de France, des débrayages, des grèves, des AG et des pétitions s'enchaînent pour lutter contre les orientations stratégiques complètement floues de leur direction générale.

Après les 3.800 infractions à la durée du travail épinglées par l’Inspection du travail en 2015 et "une détérioration certaine de la santé mentale" des salariés notée par le rapport commandé au cabinet Syndex par le comité d’hygiène de sécurité et de condition de travail (CHSCT), le "projet d’optimisation de l’organisation" fait déborder le vase.

Les 17 millions de déficit pour 2016 ne représentent que 1% du chiffre d’affaires. Ce chiffre provient d'un audit interne (rapport Secafi commandé par les élus du personnel). Il contredit la direction qui claironne de tous côtés être confrontée à une véritable "hémorragie financière". Hémorragie qui justifie une réorganisation à marche forcée, des licenciements à tous les étages et les premières cessions d'actifs (1).

Entre mai 2014 et mai 2015, une quinzaine de cadres dirigeants du siège ont été poussés vers la sortie via des ruptures conventionnelles. Sans compter le départ forcé du directeur général Stéphane Mantion (2) puis le licenciement du DRH et plus récemment celui du directeur informatique. Une réelle hémorragie parmi le personnel qui conduisent certains secteurs clés comme celui de l’action sociale à n'avoir plus de salariés pour s’occuper des dossiers. Une préparation à une cession prochaine ?

En savoir plus
(1) Exemple de cession avec le "Nid Marin", un établissement de la Croix-rouge situé à Hendaye spécialisé dans la prise en charge des enfants et adultes autistes. L'activité de cet institut médico éducatif (IME) devrait être confiée d’ici fin mai à l’association Agir, Soigner, Eduquer, Insérer (ASEI), la Croix Rouge n’en conservant que le terrain et les murs.

(2) Il a été remplacé depuis par Annie Burlot-Bourdil. Elle était directrice d’un petit établissement Croix-Rouge d’Indre et Loire et avait été promue au siège par Stéphane Mantion, sympa l'ambiance...

Publicité



Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 059 associations inscrites

L'annuaire des 29 059 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 260 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]