Vers une autre définition de l'intérêt général ?

15-02-2016 ACTUASSO LIBRE
Dans son Contrat social, Rousseau estimait que l'intérêt général ne pouvait pas être la somme des intérêts particuliers. De cette définition est née la conception française de l'Etat. Le modèle anglo-saxon, prôné par Adam Smith, propose l'inverse juste et additionne les carottes et les navets dans une marmite où bouillonne par simple logique, le communautarisme. Deux visions du monde que tout oppose. Et même si notre modèle s'essouffle, il conserve encore la richesse de l'idée originelle et un certain sens de l'équilibre.

Alors, lorsque l'on tombe en arrêt sur une telle phrase, on s'interroge : "L'intérêt général a longtemps été considéré comme une réponse, il est aujourd'hui devenu une question."

Elle ouvre l'exposé des motifs du rapport collectif sur l'intérêt général, fruit du travail d'une quinzaine de personnalités venus du monde associatif, de l'entreprise, des institutions ou de l'université. Rédigé par Le Rameau (1) et piloté par Hubert Allier (2), ce rapport invite à la réflexion avec une tendance affirmée à l'inflexion voire à l'itinéraire obligatoire.

Passons sur les nouveaux enjeux, les nouvelles alliances et la fatigante nouvelle gouvernance que propose le titre pour aller très vite à l'essentiel. Selon les auteurs du rapport, si l'intérêt général "connait le même scepticisme et questionnement que les autres valeurs, il revêt une place particulière. Il est à la fois le fondement de notre système politique démocratique, il est le "contrat social" de régulation entre l'individu et le collectif, et il est même le socle commun qui depuis 200 ans en France permet de transcender les différences autour d'une valeur de projet commun."

Rien à dire sauf peut-être sur un prétendu "questionnement" voire un "scepticisme" que nous ne relevons pas dans le secteur associatif en tout cas...

Mais ce n'était qu'une entrée en matière chargée de présenter le plat de résistance (dans tous les sens du terme). Partant du constat ci-dessus, les auteurs se lâchent : "Le fait même qu'il puisse être aujourd'hui questionné est un "signal faible" qui démontre qu'il ne s'agit pas seulement de surmonter une série de crises successives – financières, économiques, sociales et politiques – mais bien de refonder les bases d'une Société soumise à une transformation en profondeur. "

Nous y voilà : la Refondation sera le maître mot !
Il ne s'agit pas pour nous, d'empêcher toute réflexion autour de l'intérêt général qui n'est pas de toute façon "gravé dans le marbre". Mais rapprocher la gestion des crises d'une nécessaire refondation des bases, des fondements, de notre République pour que notre perception de l'intérêt général se rapproche du modèle anglo-saxon est une roublardise.

Employer les termes et les idées de la Fondation Terra Nova (3) n'est certainement pas à nos yeux un gage de modernisme et encore moins celui d'une ouverture philosophique. Le débat oui, la refondation non ! Est-ce pour préparer les esprits à l'acceptation de la signature prochaine du TAFTA (4) qui sera pour notre pays, la défaite de tous nos principes communs ?

Si la Révolution française voit éclore le règne de l'individu, sa perception de l'émancipation du moi d'un nous religieux pesant, l'a très vite amenée à organiser cette naissance en s'appuyant sur les Lumières pour que "moi plus moi plus moi" ne soit pas le socle fondateur du "vivre ensemble". Du "bien public" Romain (res publica) à l'approche Rousseauiste pour qui "la loi est l'expression de la volonté générale", l'intérêt général peut s'appuyer sur un tropisme à la fois simple et évident : "Plus on a conscience de sa fragilité, plus on est frère" (François d'Assise).

En savoir plus
Rapport collectif sur l'intérêt général

(1) Le Rameau (mais que diable allait-il faire dans cette galère...). Créé en 2006 sous statut associatif d'intérêt général, ce laboratoire de recherche appliquée (Merci Terra Nova) se veut radicalement innovant.
Le Rameau

(2) Hubert ALLIER

(3) Faites une recherche sur le site de Terra Nova sur le terme intérêt général pour comprendre les enjeux en cause.

(4) Comprendre le TAFTA en 8 étapes



Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 065 associations inscrites

L'annuaire des 29 065 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 262 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]