06-11-2017  ACTUASSO LIBRE

Mobilisation associative contre l'arrêt des contrats aidés

Un plan social silencieux se met gentiment en place dans l'indifférence générale. Il faut dire qu'il y en a beaucoup en ce moment. Et rendre le licenciement plus facile ne devrait pas, contrairement au discours officiel, tarir la source. Celui qui nous intéresse se déroule dans le secteur associatif, structure par structure, avec la puissance d'un bulldozer et le silence d'un chat. Et pourtant, mettre fin au "traitement social du chômage" aurait pu être une bonne chose.

Inventé en 1984 par les socialistes, le "traitement social du chômage" avait pour vocation première d'occuper les jeunes de 16 à 25 ans en leur confiant des activités dans le secteur public et le monde associatif.

En 1990, les mêmes socialistes rajoutent les pauvres dans le dispositif via les contrats emploi solidarité. La droite se plaignait régulièrement de leur inefficacité et promettait systématiquement leur suppression. Mais faire baisser les chiffres du chômage en période électorale est une vertu qu'un homme politique ne peut négliger...

Car la question de l'efficacité des contrats aidés a toujours été posée et les réponses apportées rarement convaincantes. A partir de 2010, le secteur marchand a sauté sur l'effet d'aubaine des CUI et CAE en sachant pertinemment que les embauches réalisées auraient eu lieu, même sans les aides publiques, mais que c'est tout de même mieux avec.

En revanche, dans le secteur non marchand, l'utilisation de ces contrats débouche beaucoup plus souvent sur une embauche, la subvention permettant le luxe d'un financement de la période d'essai. L'étude de la Dares (1) est sur ce point très précise : "les contrats aidés, particulièrement ceux du secteur non marchand, permettent de soutenir efficacement l'emploi."

L'étude démontre que 21 000 emplois ont été créés en 2015 grâce à l'augmentation du nombre de contrats aidés dont 13 000 dans le secteur non marchand et seulement 4 000 dans le secteur marchand (et 4 000 dans les structures de l'insertion par l'activité économique).

Sur la période 2013-2015, selon le cinquième rapport annuel du comité de suivi du CICE (2) paru le 3 octobre 2017, 100 000 emplois auraient été créés ou sauvegardés (pour 62,2 milliards de créances au total à ce jour contre 2.4 milliards pour les contrats aidés) grâce au dispositif CICE. Sortez vos cahiers : combien coûte un emploi sauvegardé ou créé pour chacun des dispositifs ? Vous avez deux minutes.

De fait, un contrat aidé est par nature beaucoup plus précaire. Et une fois la subvention dépensée, la case Pôle emploi clignote de nouveau. Mais, comme le dit l'adage, "Fautes de grives on mange des merles." Et en attendant une proposition plus professionnelle, un contrat aidé permet à une association de survivre et à des exclus du marché de l'emploi de remettre le pied à l'étrier.

C'est cette équation que le gouvernement a oublié dans sa volonté affichée de supprimer cette "horrible subvention déguisée". Et surtout, il n'a jamais eu l'intention de mettre en place une politique de remplacement. Cette politique du "marche ou crève", que l'on retrouve dans la quasi totalité des décisions prises par ce gouvernement se retournera tôt ou tard contre lui. Mais en attendant, combien de laissés-pour-compte abandonnés par le "premier de cordée" ? (3)

Le vendredi 10 Novembre prochain, partout en France, auront lieu des manifestations et mobilisations contre la suppression des contrats aidés. Pour en savoir plus, le site du Collectif des associations citoyennes (CAC) en partenariat avec de nombreuses autres organisations dont le syndicat ASSO, propose de rendre visibles vos mobilisations (manif, grève, pétition, etc.).

En savoir plus
La pétition : "Non à l'immense plan social sur les emplois aidés et Les associations sont à notre service, défendons les contrats aidés!

(1) L'étude de la Dares

(2) Rapport 2017 du comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi

(3) L'histoire du dernier de cordée et de la lettre de licenciement à télécharger

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Mobilisation associative contre l'arrêt des contrats aidés 
Un plan social silencieux se met gentiment en place dans l'indifférence générale. Il faut dire qu'il y en a beaucoup en ce moment. Et rendre le licenciement plus facile ne devrait pas, contrairement au discours <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=1111" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : ACTUASSO

Le rapport Borello : entre bons points et non-dits

La semaine dernière, notre article "Le parcours emploi compétence remplace le contrat aidé" vous présentait les conclusions du Rapport Borello (1). Nous revenons cette semaine sur deux des dix neuf points traités dans le document remis à Muriel Pénicaud, ministre du Travail, le 16 janvier dernier. "Donnons-nous les moyens de l'inclusion" est le titre le rapport. "Cachons les

Lire la suite...

L'initiative French Impact : une couche de plus sur le mille-feuille social et solidaire

On avait déjà eu la loi ESS qui ouvrait les portes aux entreprises, qui même "solidaires", ne jouaient pas vraiment dans la même cour. On a eu droit ensuite à la "France s'engage", un programme de soutien à l'innovation sociale qui est devenu depuis une fondation poussiéreuse. Voici qu'arrive, évidemment en référence à la "French Tech", l'initiative "French Impact" dotée d'un

Lire la suite...
Si les brèves suivantes ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]