09-01-2017  BENEVOLAT LIBRE

Le congé d'engagement associatif pour les actifs bénévoles

Le 22 décembre 2016, le projet de loi Egalité et Citoyenneté a été adopté par l'Assemblée nationale. Certes, le Conseil constitutionnel a été saisi le 27 décembre d'un recours déposé par des parlementaires. Mais, sauf retard important dans la parution des décrets d'application, la loi devrait être opérationnelle avant la fin du premier trimestre 2017. C'est une bonne loi qui vise à généraliser l'engagement au service de l’intérêt général.

Un engagement qui passera par une aide à l'émancipation des jeunes, une incitation à la mixité sociale et à l'égalité d'accès au logement et un renforcement de l'égalité réelle.

De toutes les mesures prises par cette loi, bien peu en réalité pourront être traduites sur le terrain. La transparence totale dans l’attribution des logements sociaux ne se fera jamais, ne rêvons pas. Le volet sur l'égalité réelle nous semble également difficilement applicable. Le refus du Sénat à soutenir ce texte n'est pas étranger à nos craintes. Un changement de majorité renverra ce texte devant les chambres qui se chargeront rapidement de l'amender très sérieusement.

En revanche, le volet Citoyenneté et émancipation des jeunes devrait être conservé par une nouvelle majorité. Il y avait effectivement entente autour des items proposés par le projet de loi. C'est le point le plus intéressant de cette loi et sa mise en place prévoit :

1. la généralisation de la réserve civique tout au long de la vie qui permettra à tout citoyen de s'engager ponctuellement au service de l'intérêt général,
2. la création d'un congé d'engagement qui permettra à tout dirigeant associatif de prendre un congé non rémunéré de six jours maximum par an,
3. la reconnaissance systématique de l'engagement des étudiants, grâce à la validation, dans les cursus du supérieur, des compétences et connaissances acquises dans une activité bénévole,
4. l'extension du service civique dans d'autres domaines, par exemple les services d'incendie et de secours et les organismes HLM,
5. la mise en place d'un bilan de santé et d'un entretien de prévention pour tous les jeunes entre 16 et 25 ans,
6. la possibilité pour l'Etat d'autoriser à titre expérimental la création d'un service civique universel d'une durée de neuf mois répartie en deux périodes distinctes.

Le congé d'engagement associatif devrait concerner 2 millions de Français administrateurs au sein d'associations. Et c'est bien là où le bât blesse. En effet, cette mesure sera réservée aux seuls présidents, vice-présidents ou secrétaires généraux et pas aux autres bénévoles qui passent pourtant beaucoup de temps sur le terrain. Le gouvernement se défend en jugeant qu'il s'agit là d'un beau coup de pouce. Certes, mais cette injustice risque de laisser des traces...

Un congé sans solde
Concrètement, toute personne siégeant au bureau d'une association en tant que bénévole pourra prendre 6 jours de congé sans solde par an afin de se consacrer à l'engagement associatif. Adieu congé de représentation, dispositif lourd et fermé qui ne s'adresse qu'aux élus qui doivent assister à une réunion à l'extérieur.

On sent bien, pour le point 6, que l'Etat souhaite mettre en place un service civique universel obligatoire. Il remplacera avantageusement le service militaire...

En savoir plus
Le communiqué de presse

La loi "Égalité et Citoyenneté" dans une mise à jour du 2 janvier 2017

Les débats sur le projet de loi à l'Assemblée nationale

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Le congé d'engagement associatif pour les actifs bénévoles 
Le 22 décembre 2016, le projet de loi Egalité et Citoyenneté a été adopté par l'Assemblée nationale. Certes, le Conseil constitutionnel a été saisi le 27 décembre d'un recours déposé par des parlementaires. Mais, sauf <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=885" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : BENEVOLAT

La délétion 10Q 25 ou 26

La délétion 10Q 25 ou 26 est une maladie rare. Les principaux symptômes de cette maladie sont des troubles de l'oralité, avec réflexes nauséeux, retard de croissance et troubles neurologiques associés. Cette anomalie génétique touche le chromosome 10 et survient le plus souvent de novo, c'est à dire que les chromosomes des parents sont le plus souvent normaux. Difficile à

Lire la suite...

Appel à projets national 2018 pour la formation des bénévoles

Sous l'impulsion du ministère des Sports, de la Jeunesse, de l'Education populaire et de la Vie associative, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) a pour objet de contribuer au développement des associations. Plus précisément, d'attribuer des subventions au profit de la formation des bénévoles élus ou responsables d'activités. Ces formations doivent être

Lire la suite...

Une application pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Le nom de cette application est tarte : "The Food Life", pourquoi utiliser l'anglais pour la nommer ? Pour faire moderne ? On ne le sera sans doute jamais. Cette "Vie de la nourriture" a beaucoup d'ambitions dont la toute première est de mettre en relation la grande distribution, les associations et les particuliers pour organiser la distribution des invendus. Lancement médiatique

Lire la suite...

La cuvée 2018 du guide du bénévolat vous attend

En France, pays reconnu pour l'individualisme et l'arrogance de ses habitants, le bénévolat est pratiqué par 25% de la population, soit plus de 13 millions de français. Ce qui place notre pays parmi les premiers au monde. Un "French paradox" (1) de plus... Il faut dire qu'avec 1 300 000 associations, il y a de quoi nous occuper. De fait, la parution bisannuelle d'un guide officiel

Lire la suite...

Souhaitez-vous devenir conciliateur de justice ?

La modernisation de la justice du 21e siècle, célèbre loi présentée par l'ex Garde des sceaux Christiane Taubira, prévoit la création du poste bénévole de "conciliateur de justice". Depuis le vote de la loi le 18 novembre 2016, le recours aux conciliateurs de justice est devenu obligatoire pour les litiges du quotidien dont le montant est inférieur à 4000 euros, c'est à dire

Lire la suite...
Si les brèves suivantes ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique