16-11-2015  SOCIETE LIBRE

Que dire à mon fils de 16 ans pour expliquer l'inexplicable ?

L'horreur est là qui s'étale comme une confiture nauséabonde sur toutes les chaînes de télévision qui en font des tartines émotionnelles : ne zappez pas surtout ne zappez pas... Nos enfants regardent et nous avec. Mon fils a 16 ans. Que pense-t-il de ce qu'il voit, lui qui vit dans le quartier meurtri, et dont le café du Bataclan était souvenir de menthe à l'eau lorsqu'il était en CM1 ? Ces visages jeunes et beaux comme le sien qui défilent sur Twitter : "sans nouvelles de...". Que lui dire ? Comment le lui dire ? Comment lui expliquer l'inexplicable ?

Que lui dire de ce monde qui se déconstruit autour de nous, qui devient noir, qui s'obscurcit comme une nuit d'hiver.

Comment lui dire qu'il ne faut pas avoir peur, qu'il faut avoir confiance... Comment ne pas lui transmettre ce froid qui m'envahit devant l'idée même qu'il aurait pu être à une terrasse de café ce vendredi soir funeste. Comment l'aider à cerner, à discerner même, face à cette avalanche de journalistes, d'experts, de politiques, de témoins, de survivants et de morts.

16 ans, l'âge où l'on s'enivre de phénomènes à la fois clairs et obscurs, mystérieux et rationnels qui accompagnent la métamorphose de l'enfant vers l'adulte, tout comme le vigneron transforme une grappe de raisin en instant de civilisation. A 16 ans, on sculpte l'émotion des sens dans l'air que l'on respire et les poumons sont des voiles d'avenir.

Alors, je lui dirai : mon fils il faut lire. La littérature est la seule réponse à la barbarie. La littérature est la seule réponse à tout.

Et le Sisyphe de Camus (1) lui posera les questions qui font tant de bien : "Comment peut-on exister sans utilité ou signification ? Comment peut-on créer du sens ?". Et il découvrira que Camus a emprunté, bien avant lui, les mêmes chemins de la désespérance et de l'espoir, cette liane tressée qui nous transporte d'âme en âme. Et il comprendra que la vie vaut le coup d'être vécue tout simplement parce qu'il n'y a rien d'autre que la vie elle-même et que son absurdité est sa richesse.

Peut-être soulignera-t-il des passages entiers comme autant de traces lumineuses : "Ce monde en lui même n'est pas raisonnable, c'est tout ce qu'on peut en dire." et encore "Celui qui désespère des événements est un lâche, mais celui qui espère en la condition humaine est un fou" ou bien "Un homme est plus un homme par les choses qu'il tait que par celles qu'il dit".

Sans doute, lors de débats enfiévrés avec des amis, opposera-t-il alors le célèbre poème de Kipling : "Tu seras un homme, mon fils" à l'absurde de Camus qui, s'il signifie une absence totale d'espoir, n'est jamais un renoncement. Et telle la pendule du salon, il oscillera entre une réflexion permanente et une insatisfaction consciente, quittant ainsi pas à pas son anxiété juvénile.

Lire, être curieux de tout et puiser dans l'onde rafraîchissante de la connaissance, le ferment inépuisable de ce qui fera de toi un homme bien : le doute.

C'est ce qui a manqué aux assassins du 13 novembre, mon fils. (2)

En savoir plus
(1) Le mythe de Sisyphe de Albert Camus (en poche chez Folio).

(2) "C'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal". Les origines du totalitarisme, le système totalitaire de Hannah Arendt (en poche aux éditions du Points).

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Que dire à mon fils de 16 ans pour expliquer l’inexplicable ? 
L'horreur est là qui s'étale comme une confiture nauséabonde sur toutes les chaînes de télévision qui en font des tartines émotionnelles : ne zappez pas surtout ne zappez pas... Nos enfants regardent et nous avec. Mon ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=2341" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : SOCIETE

99 992 abonnés et moi et moi et moi

Oui, après 16 années d'existence, notre lettre d'information associative Lettrasso atteindra bientôt 100 000 abonnés gratuits. Il n'en manque que huit. Quand 99 992 personnes s'abonnent à une lettre, c'est sans doute qu'elle apporte quelque chose. Lettrasso est là, dans le paysage, depuis 2002. Nous étions tous plus jeunes et certains n'étaient même pas nés. Alors bien sûr, entre

Lire la suite...

Comment j'ai raté un train qui n'est jamais parti

La SNCF n'aime pas les usagers, mais elle adore ses clients. L'aventure que je vais vous conter illustre très bien ce qui pourrait être une maxime et qui n'est, hélas, qu'un constat. Voici le récit de mon odyssée ferroviaire. Comme un bon petit soldat du rail, j'avais réservé mon billet à l'avance via la plateforme OUI. La différence de prix entre un TGV et un OuiGO étant ce

Lire la suite...

Et la neige est venue poser ses grandes ailes

Et la neige est venue poser ses grandes ailes sur le manteau frileux d'une nature en sommeil. Et l'homme d'aujourd'hui, dans sa tour de verre, paralysé sera, devant le naturel. Tel un grain de sable, le flocon bloquera nos machines, se moquera de nos applications, de notre assurance, de notre morgue. Resteront, suspendus et fragiles, les sourires des enfants sous les bonnets de

Lire la suite...

Génération Bataclan : du rififi dans le commémoratif

Deux jours après la tragique soirée du 13 novembre 2015, une association dénommée "Génération Bataclan" est créée. Elle se donne comme objet de regrouper les personnes physiques ou morales qui sont en faveur de l'édification d'une statue commémorative. Une "oeuvre mémorielle citoyenne", selon le terme utilisé par son président, qui aurait été érigée boulevard Voltaire, sur le

Lire la suite...

Et mon attente finira par payer

Cette semaine, l'envie est à l'écrémage. Vous livrer une succession de petites nouvelles aérées façon purée en sachet plutôt que l'article parfois plus lourd à digérer. Passe ton chemin Parmentier, bienvenue à toi Oh Vico, Roi de la patate en poudre. Après la crème, ne pas oublier l'oeuf qui donne le petit goût inimitable. Et surtout, laisser quelques grumeaux de poudre. Comme pour

Lire la suite...
Si les articles suivants ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 050 associations inscrites

L'annuaire des 29 050 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 259 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations