19-09-2016  SOCIETE LIBRE

TAFTA : le moribond bouge encore

Le projet de traité de libre-échange négocié en grand secret par les USA et l'UE depuis février 2013 est plus connu sous son nom de scène : TAFTA (1). Après les tonitruantes déclarations de Mathias Fekl, secrétaire d'Etat français au Commerce, sur l'arrêt par la France de "négociations qui n'apportent rien sinon que des miettes", on pensait le bon bougre mort et enterré. Or, il semble bien que le moribond se porte beaucoup mieux qu'il n'y paraît...

Tout d'abord, il est important de préciser que le TAFTA n'a jamais été conçu pour faire tomber les barrières douanières entre les deux rives de l'atlantique. Ces dernières sont presque inexistantes en matière de commerce tout du moins.

L'idée qui a toujours sous-tendu ce projet de traité est l'établissement de normes communes entre les signataires. Normes qui sont pour le moins très différentes que l'on soit citoyen américain ou européen. Et pour tout dire, les normes européennes sont beaucoup plus à l'écoute des besoins des populations que les normes américaines qui n'écoutent que le marché.

Obama, qui pense au TAFTA en se rasant tous les matins, veut absolument une signature avant son départ de la Maison Blanche. Pour cela, il use de tous les stratagèmes et même de la menace si le besoin s'en fait sentir ce qui est le cas depuis le coup d'éclat français. Ainsi, a-t-on pu lire une déclaration qui ne manque pas de sel : "Soit nous nous entendons entre nous, soit la Chine conquérante nous imposera ses normes", sous-entendu, des normes tellement basses que nous en souffrirons tous.

Obama, qui n'est pourtant pas un comique, prête à rire. Il est tout de même le président d'un pays qui fait fabriquer en Chine la plupart des produits siglés Apple, Nike, etc. Comment avoir peur de normes qui semblent aussi bien convenir aux entreprises US ? Conditions de travail déplorables ? Aucun soucis. Salaires minables pour esclaves modernes ? Et alors : "Think different" man ! Pollution dramatique ? C'est pas de notre faute...

Ce ne sont donc pas les normes chinoises qui sont en cause... En mai 2016, Greenpeace a fait "fuiter" plus de 248 pages de documents qui proviennent directement des négociations secrètes. Pas une seule fois, le terme "Principe de précaution" n'est utilisé par les tontons macoute de la négo. Cette absence laisse supposer que l'avenir des OGM et autres bestioles gavées aux hormones sera radieux sur le vieux continent une fois l'encre sèchée sur le papier.

Réponse embarrassée de la Commissaire européenne au Commerce (Cécilia Malmstrom) : "Nous autres européens sommes très attachés au principe de précaution. Il se trouve dans les textes, mais en filigrane." Un filigrane est un dessin qui apparaît sur certains papiers quand on les regarde par transparence, dixit le Larousse. Pourquoi pas de l'encre sympathique ?

Embarras auquel il convient d'ajouter la déclaration bien molle et ambiguë de François Hollande qui ne souhaite pas continuer à "cultiver une illusion" sur un "arrêt définitif à définir". Il faut bien constater que Cécilia Malmstrom (presque maelstrom : "puissant tourbillon qui se forme dans une étendue d'eau") réaffirme haut et fort que son objectif est une signature avant le départ d'Obama, soit en novembre prochain.

Et la France, malgré ses ergots, se rangera derrière l'Europe comme un bon petit soldat. Même pas mort et même pas mal semble nous dire le TAFTA en cet automne 2016, à deux mois de sa signature définitive...

En savoir plus
(1) Pour comprendre le TAFTA et autres TISA , lire Stop TAFTA TISA : les associations en première ligne et Les taiseux du Tisa : moins on en parle, mieux ils se portent

Et le CETA, il ne faut pas l'oublier : CETA ne plus rien y comprendre

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
TAFTA : le moribond bouge encore 
Le projet de traité de libre-échange négocié en grand secret par les USA et l'UE depuis février 2013 est plus connu sous son nom de scène : TAFTA (1). Après les tonitruantes déclarations de Mathias Fekl, secrétaire ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=2391" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : SOCIETE

Occupation ou rupture de la vocation d'un lieu

Pour nous, pauvres béotiens de la chose intelligente, l'occupation d'une usine ou d'une faculté est un moment de solidarité et de fraternité entre "lutteurs" d'une même cause contre l'égoïsme ou la cécité de quelques uns. C'est aussi beaucoup de plaisir à sentir que le nombre peut parfois faire plier l'ordre en place. A toutes les époques, l'Histoire a disposé d'occupations

Lire la suite...

J'arrive où je suis étranger ou un âge de grande frustration

On peut dire ce que l'on veut du mouvement de grève qui secoue en ce moment les universités. Etre pour ou contre ou même dubitatif sur son bien-fondé, mais au moins ne peut-on pas douter de la détermination de nos jeunes. Ils sont là et bien là. Pour ceux qui comme moi, ont largement dépassé la date de péremption, cette colère est revigorante. Au sortir d'un hiver interminable, ils

Lire la suite...
Si les articles suivants ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 059 associations inscrites

L'annuaire des 29 059 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 260 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]