19-09-2017  SOCIETE LIBRE

Coeur de loup

L'année 1989 est encore dans les mémoires de ceux qui l'on vécue. Il faut dire que la géopolitique nous a offert un tel festival de bouleversements cette année là... De la chute du mur de Berlin en passant par le retrait de l'armée soviétique de l'Afghanistan, la révolution roumaine, le massacre de la place Tian'anmen à Pékin, la fin de la guerre froide, l'invasion du Panama par les USA, etc. une année révolutionnaire qui méritait bien la célébration du bicentenaire de la nôtre.

Comme souvent, notre mémoire fixe les événements qu'elle doit enregistrer par l'intermédiaire d'une chanson, genre tube de l'été. Ainsi, nous associons une mélodie avec des souvenirs. Vous souvenez-vous de la chanson "vedette" de l'année 1989 ?

C'est un Belge totalement inconnu qui, en 1989, a raflé la mise dans le Top 50 de Canal plus. Sa chanson s'est imposée immédiatement. Il faut dire qu'elle avait tout ce qu'il fallait pour s'imposer rapidement : le son, le punch, des paroles chocs et la beauté du chanteur : "Pas le temps de tout lui dire, pas le temps de tout lui taire, juste assez pour tenter la satyre qu'elle sente que j'veux lui plaire. Sous le pli de l'emballage, la lubie de faufiler, la folie de rester sage si elle veut ou pas l'embrasser, quand d'un coup d'elle se déplume, mon oeillet lui fait de l'oeil, même hululer sous la lune ne m'fait pas peur, pourvu qu'elle veuille... La victime est si belle et le crime est si gai."

Espérons qu'après une telle déclaration, la belle a cédé... Coeur de loup de Philippe Lafontaine, tel est le titre de la chanson tube de l'année 1989.

Mais pourquoi nous parler de cette chanson aujourd'hui ? Quel intérêt alors que l'on nous supprime les contrats aidés, que les subventions baissent à un point tel que ce sont bientôt les associations qui vont devoir donner de l'argent à l'Etat, que l'on pousse nos structures à se transformer en entreprises commerciales et j'en passe par l'explosion du Code du travail et le coup de rabot sur les services publics. Oui... je sais.

Mais souvenez-vous de cette année là et des fêtes que nous faisions en dansant sur cette chanson là. On se trémoussait dans les odeurs de parfum et le frou-frou des jupes, on transpirait en hurlant le refrain jusqu'à casser la voix : "Coeur de loup, peur du lit, séduis-la, sans délai, suis le swing, c'est le coup de gong du king. Bong !" dans l'insouciance révélée de nos vertes années.

C'était la dernière marche avant la vraie crise, cette année là. Le chômage n'était pas encore la préoccupation majeure des jeunes, le SIDA ne nous menaçait pas vraiment et l'on pouvait encore se loger pour pas grand chose. Dès l'année suivante, la chute du mur de Berlin a fixé le credo du néo libéralisme et sa fumeuse "fin de l'Histoire", la financiarisation de l'économie et la dette des Etats sont devenus le dogme absolu et nos amis ont commencé à parler : actions, bourse et placements immobiliers.

Philippe Lafontaine a écrit d'autres chansons comme la très belle "Alexis m'attend" et aussi "Fa ma no ni ma" et "L'amant tequila". Douze albums au total entre 1978 et 2003. Puis, en 2003, il a tiré sa révérence. Il a rangé sa guitare, fait le ménage dans les paillettes et raccroché les accords mineurs.

A la question d'une admiratrice déçue de son retrait, il lui en explique les raisons sur son site : "Que dire ? Que je ne "livre" plus comme avant et que ma voix, limitée, m'obéit beaucoup moins (les excès sans doute). Que mes doigts sont beaucoup moins souples.

Que je ne connais aucun créateur ou interprète qui aurait dépassé, après 60 ans, le sommet de son artisanat. Que je veux, surtout, nous éviter le pathétisme de l'étiolement.

Que je suis revenu de l'amour idéal et que c'était le seul qui me motivait. Que ce que je vois des voies médiatiques de cette "profession" ne me grise plus.

Que, vu de loin, la vanité de monter sur une scène, de pérorer et de s'épancher m'a complètement quitté. Qu'on n'a qu'une vie et que j'ai la chance d'être attiré par d'autres "aptitudes" pour lesquelles il me resterait trop peu de temps.

Bref, que ce métier de gamin narcissique en perpétuelle parade amoureuse ne correspond vraiment plus à mon état d'âme. Merci de comprendre et embrasse tes parents.
"

Le coeur de loup n'a visiblement pas un coeur de pierre. Si la vieillesse est un naufrage, il y a des naufragés qui quittent le navire volontairement. Chapeau M. Lafontaine. "Au coeur désarmé, au pays rempli d'hommes, au pays d'outre-idée, j'irai... Là où sont les amants quand l'amour se résigne triste et mal caché. D'ici je les entends, les mémoires qu'on mutile, tous dômes dorés. Pour tout vivre en silence, pour tout vivant j'irai crier : Alexis m'attend, Alexis m'attend !"
Paroles de la chanson : "Alexis m'attend".

En savoir plus



Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Coeur de loup 
L'année 1989 est encore dans les mémoires de ceux qui l'on vécue. Il faut dire que la géopolitique nous a offert un tel festival de bouleversements cette année là... De la chute du mur de Berlin en passant par le ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=2445" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : SOCIETE

99 992 abonnés et moi et moi et moi

Oui, après 16 années d'existence, notre lettre d'information associative Lettrasso atteindra bientôt 100 000 abonnés gratuits. Il n'en manque que huit. Quand 99 992 personnes s'abonnent à une lettre, c'est sans doute qu'elle apporte quelque chose. Lettrasso est là, dans le paysage, depuis 2002. Nous étions tous plus jeunes et certains n'étaient même pas nés. Alors bien sûr, entre

Lire la suite...

Comment j'ai raté un train qui n'est jamais parti

La SNCF n'aime pas les usagers, mais elle adore ses clients. L'aventure que je vais vous conter illustre très bien ce qui pourrait être une maxime et qui n'est, hélas, qu'un constat. Voici le récit de mon odyssée ferroviaire. Comme un bon petit soldat du rail, j'avais réservé mon billet à l'avance via la plateforme OUI. La différence de prix entre un TGV et un OuiGO étant ce

Lire la suite...

Et la neige est venue poser ses grandes ailes

Et la neige est venue poser ses grandes ailes sur le manteau frileux d'une nature en sommeil. Et l'homme d'aujourd'hui, dans sa tour de verre, paralysé sera, devant le naturel. Tel un grain de sable, le flocon bloquera nos machines, se moquera de nos applications, de notre assurance, de notre morgue. Resteront, suspendus et fragiles, les sourires des enfants sous les bonnets de

Lire la suite...

Génération Bataclan : du rififi dans le commémoratif

Deux jours après la tragique soirée du 13 novembre 2015, une association dénommée "Génération Bataclan" est créée. Elle se donne comme objet de regrouper les personnes physiques ou morales qui sont en faveur de l'édification d'une statue commémorative. Une "oeuvre mémorielle citoyenne", selon le terme utilisé par son président, qui aurait été érigée boulevard Voltaire, sur le

Lire la suite...

Et mon attente finira par payer

Cette semaine, l'envie est à l'écrémage. Vous livrer une succession de petites nouvelles aérées façon purée en sachet plutôt que l'article parfois plus lourd à digérer. Passe ton chemin Parmentier, bienvenue à toi Oh Vico, Roi de la patate en poudre. Après la crème, ne pas oublier l'oeuf qui donne le petit goût inimitable. Et surtout, laisser quelques grumeaux de poudre. Comme pour

Lire la suite...
Si les articles suivants ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 050 associations inscrites

L'annuaire des 29 050 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 259 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations