Préconiser l'entrepreneuriat associatif : est-ce bien raisonnable ?

05-08-2019 ESS LIBRE
Depuis bien des années, notamment sous l'influence de la Fonda et autres "think tank" libéraux, on sent bien que le modèle associatif dérange. Cette vieille dame de 118 ans commence à fatiguer les adeptes du nouveau monde qui pensent que la raison et le bon sens sont des archétypes poussiéreux. Jusqu'à présent, le HCVA (Haut Conseil à la Vie Associative) comptait les points, mais restait neutre. Ce n'est visiblement plus le cas.

Le 2 juillet 2019, le HCVA a sorti son rapport "Rôle et place des associations dans le contexte des nouveaux modèles d'entreprise". Un rapport qui entend réaffirmer l'originalité du modèle associatif tout en sciant la branche sur lequel il repose. Décryptage.

Le HCVA dresse le juste constat d'une dégradation du modèle économique associatif. Puis, il nous en présente les multiples causes en nous expliquant que l'état de notre secteur n'est plus "en mesure de produire, au profit du plus grand nombre, des services d'intérêt général ou d'utilité sociale pour lesquels il est conçu." Mazette, c'est un enterrement de première classe (1).

Pour le HCVA, cette dégradation est avant tout le fait de l'irruption "voici près de 40 ans, d'une concurrence commerciale cherchant une rentabilité en ciblant une clientèle aisée et laissant aux associations les publics les moins rémunérateurs." Ce n'est pas faux, sauf que ce n'est pas la première raison de l'état de santé économique des associations.

Puisque le HCVA remonte 40 ans en arrière, ne devrait-il pas dire que les baisses drastiques et successives des subventions, alors même que les associations effectuent des missions de service public, sont sans doute la première cause du marasme ? Nier un fait, ce n'est rien d'autre que vouloir glisser la poussière sous le tapis.

Au lieu de cela, le HCVA incrimine encore "le redéploiement des mécanismes de répartition sociale traditionnelle" (sic), "le vieillissement de la population" (re sic), "l'augmentation des flux migratoires" (gloups), "le durcissement du code des marchés publics et de son interprétation discrétionnaire par nombre de collectivités territoriales" (arrrrrrgh), "l'érosion des crédits publics" (ouf on y arrive enfin). Il ne manque plus que les Gilets Jaunes dans cet inventaire à la Prévert.

Le rapport nous apprend qu'après toutes ces déveines pour les "pauvres" associations, elles ont bien été obligées de s'adapter. Mais oui mon brave monsieur. Et qu'ont-elles fait ces pauvresses ? Elles ont développé "davantage d'activités lucratives" (diantre), elles ont perdu du temps "à la recherche de subventions publiques" (cornegidouille), "et de mécénat privé" (sapristi) en reconnaissant que dans ce dernier cas "tout le monde n'est pas égal face à lui et que certaines causes sont plus "mécènables" que d'autres." (saperlipopette).

Bigre, le HCVA découvre que l'eau mouille et que le feu brûle. Il devrait plutôt relire ses nombreux rapports poussiéreux qui ont largement contribué à forcer les associations à se comporter comme des entreprises face à la commande publique, à se reposer sur le mécénat (le financement privé), à développer des activités lucratives, à estimer qu'une expérimentation des "social impact bonds" est positive et autres joyeusetés dont ce Haut Conseil nous a habituées.

Et je ne vous parle pas ici des imprécations du HCVA pour la mise en place rapide de la mesure "d'impact social" dont personne n'est capable aujourd'hui d'en préciser ni le périmètre, ni les méthodes. Ce que reconnaît d'ailleurs le HCVA en précisant que si la mesure d'impact social peut "favoriser la reconnaissance de l'action associative en la rendant plus visible et quantifiée", cette même mesure peut "contribuer au brouillage des frontières en faisant indistinctement analyser l'impact de cette action et celle des entreprises commerciales par des cabinets très lucratifs."

Le HCVA a accompagné (sinon encouragé), toutes ces années, la libéralisation du modèle associatif. Or, l'association est anti-libérale par nature. Son existence répond toujours à un manque social. Statut qui ne répond pas aux critères du libéralisme. Dire tout et son contraire pour justifier son existence peut conduire à une certaine forme de schizophrénie. Une psychose, qui se manifeste par la perte du contact avec la réalité. Le Haut Conseil est-il schizophrène ?



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

La non-lucrativité d'une association : les bons critères pour l'estimer

En ces temps bousculés où le financement des associations se fait de plus en plus rare, de nombreux dirigeants se tournent vers des activités lucratives pour équilibrer les

Panorama législatif des associations pour février 2020

Nous avons décidé de faire un panorama législatif mensuel pour 2020. Certes, il y aura des mois plus creux que d'autres. Mais ce suivi vous permettra, à l'aide du simple mot clé

Le point sur le paiement obligatoire de la sécurisation des manifestations associatives

Depuis la circulaire du 15 mai 2018 (1) relative à l'indemnisation des services d'ordre lors de manifestations associatives, de nombreux clubs sportifs ou événements culturels se

Contrôle et audit d'une association subventionnée

La reconnaissance du rôle des associations dans la société passe nécessairement par une exigence de transparence, aussi bien pour la gestion interne de la structure que pour

Tout savoir sur les services de transport d'utilité sociale

La loi Grandguillaume du 29 décembre 2016 (1) prévoyait, dans son article 7, la création de "services de transport d'utilité sociale" assurés par des associations. Un service au

Le point sur la situation des accompagnants des élèves en situation de handicap

Anciennement appelés auxiliaires de vie scolaire (AVS), les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) assurent des missions d'aide à ces élèves. Ils sont sous la

Vers une extension du permis de détention aux animaux de compagnie ?

Les associations qui viennent en aide aux animaux abandonnés le demandent depuis longtemps. Et il semble bien que l'idée fasse son chemin. L'article L. 211-14 du code rural et de

Une association est-elle un professionnel, un consommateur ou les deux ?

En droit français, le consommateur bénéficie d'une législation plus protectrice que le professionnel. Le droit de la consommation donne une définition précise de ce qu'est un

Le point sur la situation fiscale des associations de radioamateurs

Le radioamateur est une personne qui a reçu l'autorisation officielle de communiquer par radio, avec d'autres personnes, elles aussi légalement autorisées. Les associations de

Exclusion d'un membre d'une association : le doute se cache dans les détails

Au mois d'octobre 2019, nous avons traité ici de l'exigence d'impartialité (1) qui doit être prise en compte lors de l'exclusion d'un membre d'une association en confrontant

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Mobilizon : une alternative aux événements et groupes Facebook

Framasoft est une association à but non lucratif créée en 2004, qui se consacre à l'éducation populaire et aux enjeux du numérique. Elle a lancé, en 2016, le projet Dégooglisons

Qu'est-ce qui se cache derrière la Cour multilatérale d'investissement ?

A partir du moment où un pays signe un accord commercial avec un autre pays, il faut, pour arbitrer un éventuel conflit entre les deux parties, une Cour spécifique dédiée au

Recrutement 2020 pour le Service National Universel

Selon la définition du dictionnaire, le mot universel se dit de ce qui peut s'appliquer à toutes et tous, qui peut être reconnu par le monde entier comme utilisable. Par exemple :

Le Sénat lance un site de pétitions en ligne

On a de la peine à imaginer M. Gérard Larcher, président du Sénat, en surfeur. Son embonpoint ne lui permettant pas de tâter de la vague ni de trouver une planche à sa mesure. Et

Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?

Des journaux comme Le Monde ou encore Libération, Le Parisien, etc. commencent à s'interroger : "Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?" Et cette question

Au secours, mon robot de cuisine a été piraté

Ce qui est bien avec mes concitoyens, c'est qu'il y a toujours matière à sourire. Même si parfois, ce sourire bienveillant se transforme en rire jaune. Vous souvenez-vous du

Loi de finances 2020 : quoi de neuf pour les associations ?

Le Mouvement associatif (1) avait, dès la parution du projet de loi de finances pour 2020, tenté de proposer des mesures en faveur des associations. Une demande qui ne pouvait que

Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre

Le Registre des Malformations en Rhône-Alpes (REMERA) est une association qui mène une double mission : de santé publique en décrivant l'incidence des malformations congénitales

Quand la ruche dit oui

La ruche qui dit oui est une entreprise commerciale française (Equanum SAS avec un agrément ESUS) issue de l'Économie collaborative au même titre que Uber, Rn&B et autres

Les Sentinelles de la Nature

L'idée est toute simple, encore fallait-il y penser. Nous avons presque tous un smartphone. Nous aimons tous nous promener dans la nature. Et nous sommes tous accablés de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Je redresse la barre avant qu'il ne soit trop tard

France Active a décidé de publier, avec le Centre de ressources Financement du Dispositif local d'accompagnement (DLA), un guide à destination des dirigeants associatifs et de

Quel avenir pour l'allocation d'adulte handicapé ?

Le 4 février dernier, le journal Libération faisait paraître une tribune d'un certain nombre d'associations qui dénoncent, de façon assez virulente, le semblant de concertation

Pour une lucrativité associative assumée ?

Selon une enquête Ifop réalisée durant le mois de janvier pour le Mouvement associatif, neuf Français sur dix considèrent les associations comme des acteurs importants de la vie

Municipales 2020 : élection importante pour les associations

S'il y a une élection qui concerne les associations au premier chef, c'est bien l'élection municipale. En effet, le financement qu'apporte les communes représente 11,3% des

Que serait la France sans ses associations ?

La première qualité du secteur associatif, c'est sa pérennité, qu'il doit à son statut plus que centenaire (119 ans). Une qualité trop souvent moquée ou ringardisée dans une

Le CDD multi-remplacement : pourquoi faire ?

Le 18 décembre 2019 a été publié, au Journal Officiel, le décret n° 2019-1388 chargé de lister les secteurs d'activité autorisés à mettre en oeuvre l'expérimentation du CDD

La campagne 2020 du Fonds pour le développement de la vie associative est lancée

Depuis le décret 2018-460 du 8 juin 2018 relatif au fonds pour le développement de la vie associative, le FDVA se voit confier deux modalités de financement distinctes : le

Les Mutuelles de France appellent à manifester le 17 décembre

La Fédération des Mutuelles de France est née le 31 janvier 1986 d'une scission entre la Fédération Nationale des Mutuelles de Travailleurs et la Fédération Nationale de la

Le rôle des retraités dans les instances dirigeantes des associations

Alors que la réforme des retraites s'avance à pas de loup depuis que la contestation gagne du terrain, il est utile de s'intéresser au rôle des retraités dans les instances

La réforme des retraites : c'est François Fillon qui en parle le mieux

Vous vous demandez sans doute ce que vient faire François Fillon dans la réforme actuelle des retraites. Réforme qui risque bien de mettre des millions de Français dans la rue.

Découvrir 10 autres articles