Illettrisme : il ne suffit pas de communiquer.

Pétition déposée le 13-09-2016


A qui s'adresse cette pétition

Agence nationale de lutte contre l'illettrisme

Ce que j'attends du destinataire

Un réel soutien aux associations de lutte contre l'illettrisme, chevilles ouvrières de cette action.


Présentation de la situation

Imaginer que vous ne sachiez pas lire et que vous deviez prendre le bus, retirer de l’argent au distributeur, lire le bulletin scolaire de votre enfant. Le désarroi est fort et réel.

Malheureusement c’est une réalité à laquelle plus de 2,5 millions de personnes sont confrontées en France.

Ce handicap a des conséquences dramatiques : chômage ou grandes difficultés professionnelles, détresse financière, familiale et sociales.

Quelle solution ? 

La structure de proximité, à savoir une association ou une structure uniquement dédiée à ce problème, composée de professionnels et de bénévoles, avec de petits groupes et une pédagogie basée sur la vie quotidienne. Proximité car une personne en situation d’illettrisme est peu mobile, souvent en précarité financière. C’est aux organismes d’aller vers elles.

Or il existe, en France, un organisme dédié :

l'Agence Nationale de Lutte contre l'Illettrisme (ANLCI). Que fait l'ANLCI ? Elle communique. C'est déjà bien, mais nettement insuffisant.

L'illettrisme en France selon Agence Nationale de Lutte contre l'Illettrisme (ANLCI)

Pour lutter vraiment efficacement contre le fléau de l’illettrisme nous demandons à l’ANLCI :

  • De mettre en place une action qui ne passe pas par la seule communication. Dire c’est bien, agir c’est mieux.
  • De référencer toutes les associations de lutte contre l’illettrisme pour qu’elles puissent communiquer entre elles et de leur offrir un espace dédié sur le site.(1) -
  • De fédérer toutes ces associations et structures par le biais d’un organisme dédié, l’union fait la force.(2)
  • De les appuyer dans leur recherche de financements, de les conseiller.
  • D’intervenir auprès des mécènes afin que la lutte contre l’illettrisme en amont, c’est-à-dire auprès des adultes, soit aussi financée par eux. Des parents illettrés ne sont pas en capacité de suivre la scolarité de leur enfant, de les amener à la lecture, et bien souvent l’illettrisme se reproduit sur les enfants. Actuellement trop peu de fondations subventionnent les actions auprès des adultes.
  • D’intervenir auprès de l’Etat afin qu’un budget soit consacré à l’action de terrain et que les collectivités territoriales ne soient pas les seules à porter financièrement la lutte contre l’illettrisme.
  • D’aider prioritairement les structures basées sur la gratuité.(3)
  • De valoriser le travail des salariés et des bénévoles des associations et des organismes qui agissent chaque jour auprès des personnes en situation d’illettrisme en leur donnant la parole.
  • D’avoir une vision descendante de la résolution des problèmes.

L'illettrisme en France tel que le vivent les associations

Parce que l'illettrisme n'est pas une fatalité, parce que «  l'instruction est le droit de tous, et la Société la doit également à tous ses membres » Constitution de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen Article 23.

Lutter contre l’illettrisme c’est aussi soutenir toutes les associations qui œuvrent dans ce sens.

  • (1) une association qui a pour objet uniquement la lutte contre l’illettrisme doit cocher la case "autre"
  • (2) une action de terrain fédérée a une lisibilité
  • (3) la plupart des formations trouvées sur le site de l’ANLCI sont payantes…

Témoignages

"J’étais dans le noir, mais maintenant je suis dans la lumière…" Phrase de K., stagiaire qui était analphabète.

Delphine, 40 ans, illettrée, est venue au cours  avec beaucoup d’appréhension.

Vaincre l'illettrismePour la mettre en confiance et la rassurer, nous lui donnons des cours individuels. La recherche d’un travail était une priorité pour elle. Devant ses difficultés en lecture et écriture, nous l’avons accompagnée au pôle emploi pour s’inscrire. Cet accompagnement s’est avéré obligatoire. Dès l’entrée  dans le local, toutes les informations importantes étaient écrites, ce qui l’a beaucoup déstabilisée. Il lui fallait  donc aborder le conseiller à l’accueil pour se renseigner. Et le problème c’est sa réponse : "c’est écrit là". Certains conseillers ne pensent pas qu’une personne peut être illettrée. Puis arrive l’entretien, et Delphine est à nouveau confrontée à son handicap: la conseillère lui donne des papiers sur lesquels "la marche à suivre est écrite".

Patrick,40 ans, illettré

Vaincre l'illettrismeA créé une micro entreprise, Il est envoyé par une assistante sociale. Quand il arrive dans nos cours, il parle fort, à tort et à travers, n’arrive pas à dire ses besoins "Je veux apprendre à lire et à écrire .Je souhaite être seul, pas dans un groupe" Après quelques cours, il nous parle de ses problèmes, commence à demander des aides : pour ses comptes, remplir des factures (il demandait à ses clients de remplir une enveloppe avec leur nom, adresse puis ensuite faisait faire la facture par un ami), pour remplir les remises de chèques. Petit à petit, nous faisons un plan de travail avec lui, il commence à lire, écrire, compter mieux gérer son entreprise, écrire des lettres, savoir noter les noms et adresses de ses clients. Il ne parle plus fort, se concentre mieux, Il nous dit qu’il se sent mieux, se plait à dire autour de lui qu’il va à l’école. Patrick veut continuer "J’ai encore beaucoup de choses à apprendre même si je me débrouille, je veux aller jusqu’au bout et puis il y a quelque chose qui me gêne encore, je ne comprends pas toujours ce qu’on me dit surtout dans les administrations". Patrick comme beaucoup d’illettrés a un vocabulaire pauvre, et ne se sent pas toujours en confiance. 

38 ans, est venue pendant 3 ans puis estime que l’apprentissage est suffisant, elle peut suivre son fils à l’école, se débrouiller pour les courriers.

Puis, elle revient car elle a besoin de travailler et a besoin de conseils pour aller vers l’emploi notamment vers l’aide à la personne, nous l’aidons à se présenter, à connaître cette profession et en apprendre le vocabulaire. Elle réussit en 3 mois, accède à cet emploi qui passe tout de même par l’écrit.

Sortie au cinéma avec Paulette.

"J'entendais les gens en parler mais je ne connaissais pas, parce que je n'y étais jamais allée et que personne ne m'avait vraiment expliqué ce que c'était.Maintenant, je connais et je peux dire que j'aime bien."

Aujourd'hui, vendredi 19 mars 2010, nous sommes allées au cinéma. A Hourtin, une journée "spéciale littoral" est organisée, avec matin, la projection du film Océan, de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud, qui propose de découvrir l'océan tel que nous ne le voyons que très rarement. Paulette, qui va entrer dans un cinéma pour la première fois se demande comment est l'intérieur et comment se déroule une séance.

Vaincre l'illettrismeNous entrons et nous installons parmi des collégiens venus eux-aussi assister avec leurs professeurs à la projection de ce film documentaire. Paulette me suit : "C'est grand." Le film commence et nous voilà parties pour 1 heure 45 de beauté, de découverte et de quelques explications que je donne de temps à autre à Paulette lorsque je la sens quelque peu décontenancée par ce qu'elle voit.

Puis le film se termine et nous sortons. Aucune de nous ne parle. Dans la voiture, nous échangeons quelques mots mais n'engageons pas vraiment de conversation, car aux réponses que me donne Paulette, je comprends qu'elle n'a pas envie de discuter. Nous rentrons silencieusement. Après notre pause repas nous revenons tout naturellement sur notre sortie du matin et discutons de nos impressions, de ce qui nous a plu, déplu ou marqué dans ce film.

Pour raconter ce qu'elle a vu, Paulette utilise ses mots, elle n'est pas sûre d'elle et je dois l'aider à trouver les noms des animaux dont elle veut parler (elle parle de banane pour baleine) mais elle est ravie de notre sortie et ravie d'avoir découvert tout un monde qu'elle ne soupçonnait même pas : "ça existe ça ?!".

Pour terminer, elle dira :"C'était la première fois que j'allais au cinéma. Ça m'a fait bizarre parce que c'était grand et beau.J'ai aimé voir des gens et j'ai aimé voir le film qui m'a plu. J'aimerais bien y retourner." Et peut-être, pourquoi pas, avec ses enfants ?

Les vidéos qui aident à comprendre

Reportage France 2 illettrisme - Association Mots et Merveilles

Dans la Sambre-Avesnois, sur les communes d'Aulnoye- Aymeries, Maubeuge, Fourmies, Feignies, Ferrière la Grande et Jeumont, l'association Mots et Merveilles propose gratuitement une aide aux personnes en difficulté de lecture, d'écriture et de calcul, un soutien aux enfants scolarisés et à leur famille, des actions de lecture à voix haute dans les écoles maternelles et une formation adaptée aux formateurs

Vaincre le tabou de l'illettrisme

En septembre dernier, le ministre de l'économie Emmanuel Macron, a suscité un tollé en qualifiant d'illétrées des employées d'une entreprise agro-alimentaire bretonne. Le ministre s'était ensuite excusé. Reste que l'illettrisme est une réalité en France. Aujourd'hui 7% de la population de 16 à 65 ans ne sait ni lire ni écrire des messages simples de la vie quotidienne.





Faire suivre cette pétition sur les réseaux sociaux

Signer la pétition

Pour signer cette pétition et nous soutenir, rien de plus simple : cliquez ci-dessous et remplissez le petit formulaire. Cela vous prendra moins d'une minute. Merci de votre soutien.

 

 

 

124 signatures obtenues
200 signatures nécessaires

 

Faire un micro don gratuit

 


Le sondage du mois

Trouvez-vous normal que le congé d'engagement associatif ne bénéficie qu'aux dirigeants bénévoles ?

 Oui  Non









Un reel soutien aux associations de lutte contre l-illettrisme, chevilles ouvrieres de cette action.
illettrisme, education, apprendre, comprendre
Illettrisme : il ne suffit pas de communiquer. - [©La maison des Pétitions]
Pour toutes les associations : [©La maison des Pétitions sur Internet]