Les chiffres et analyses du secteur associatif 2009-2010

23-11-2010  LIBRE
Chaque année, à la même époque, les chiffres et analyses du secteur associatif arrivent dans nos messageries. Un peu comme le beaujolais nouveau qui coule dans nos verres... Parmi toutes les enquêtes proposées, celle de Recherches et Solidarités nous semble la plus approfondie et de ce fait, la plus interessante. En effet, les associations, de par la diversité des domaines d'activités abordés, sont un excellent "curseur" ou thermomètre sur l'état d'un pays qui peu ou prou souffre.

1. Les créations d'associations
En retrait par rapport à l'année passée, les créations d'associations continuent de se compter par milliers. Près de 69.000 ont été enregistrées au Journal officiel en 2009-2010. Dans un contexte de recul des créations, deux thèmes se distinguent par une tendance à la hausse : les amicales et groupements d'entraide et les activités religieuses. Doit-on y voir un lien avec le pessimisme ambiant ? Avec un certain repli sur des relations de proximité, voire identitaires ?

Plus de 160.000 associations emploient des salariés, soit 12.000 de plus qu'en 2000. De par une coopération continue avec l'ACOSS-URSSAF et la Caisse centrale de la Mutualité Sociale Agricole, nous savons que parmi ces employeurs, 7.240 relevant du régime général et 290 relevant du régime agricole, comptent plus de 50 salariés.

Le secteur a créé 330.000 emplois en dix ans…plus de 30.000 en 2009, malgré la crise. Cette croissance de 22% tranche fortement avec celle de l'ensemble du secteur privé (7%). Au premier semestre 2010, les associations comptent 26.000 emplois de plus qu'au premier semestre 2009. Cette évolution est plus marquée dans le secteur sportif et dans celui de l'hébergement médico-social, moins nette dans la culture. Elle est négative dans les activités d'insertion par l'économique.

Autre secteur, davantage soumis à la conjoncture économique et au pouvoir d'achat des ménages, le secteur associatif de l'aide à domicile connaît une stabilisation de son emploi. Après avoir enregistré une croissance très forte, en moyenne de 5% au cours des années 2006 à 2008, et de l'ordre de 3% en 2009. Cet emploi se situe même en régression dans certaines régions. Un secteur qui concerne, rappelons-le, 180.000 salariés, dont plus de 9.000 sous régime agricole. Un suivi sur dix ans permet aussi de qualifier l'emploi dans le secteur associatif : il embauche près de 60% de femmes, et il réserve 22% des contrats à des personnes de 40 à 50 ans (17% dans le secteur privé) et 13% aux plus de 50 ans (10% dans le secteur privé).

Donner la parole aux acteurs !
Les responsables associatifs semblent respirer un peu mieux en 2010 qu'en 2009, du point de vue de leurs ressources humaines bénévoles et de leurs ressources financières. Sans doute parce qu'ils se sont adaptés et qu'ils les ont optimisées. En même temps, 42% d'entre eux pensent qu'en matière de difficultés, le plus dur reste à venir (52% chez les employeurs). Ils sont pourtant deux sur trois à préparer des projets, ce qui illustre parfaitement leur belle combativité.
Cela ne les empêche pas de connaître de grands moments de solitude, souvent (32%), ou parfois (50%). Ils sont plus nombreux encore à connaître ces moments (respectivement 39% et 50%), quand, de surcroît, ils sont employeurs.

Ils sont préoccupés par le projet de réforme territoriale dont le parcours arrive à son terme au Parlement : 53% d'entre eux pensent qu'il aura des incidences sur leur association, plus encore parmi les employeurs (70%). C'est dans le secteur sanitaire et social que les réponses sont proportionnellement les plus nombreuses.

Un secteur associatif qui mérite mieux…
En 2010, la France compte plus d'1,2 million d'associations vivantes et actives au plus profond des territoires pour apporter animation, services et lien social. Un salarié privé sur 10 travaille dans ce secteur. Un Français sur deux fait partie d'une association. Selon France Bénévolat (enquête IFOP – juin 2010), plus de 22% des Français sont bénévoles dans une association. Parmi eux, près de 40% ont un engagement multiple et 55% donnent du temps au moins une fois par semaine.

La perte de confiance dans les institutions, la morosité ambiante, les difficultés économiques et sociales, la peur de l'avenir… tous ces facteurs encouragent aujourd'hui les Français à privilégier les relations de proximité. Il n'est pas donc étonnant qu'ils plébiscitent le monde associatif et qu'ils attendent beaucoup de lui. Dans une proportion de 87%, ils ont une bonne opinion des associations, avis bien plus partagé concernant les institutions publiques, les entreprises privées et la classe politique.

Plus que jamais, ce secteur mérite une vraie reconnaissance, et une attention plus soutenue et continue de la part des pouvoirs publics, y compris des collectivités territoriales, et aussi de la part des différents acteurs sociaux et économiques.

En savoir plus
Source : Recherches et Solidarités

Dernière parution de Recherches et Solidarités :
La France associative en mouvement - 2010



Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]