Les fédérations sportives sont-elles machos ?

14-05-2013  LIBRE
Le plafond de verre est une expression d'origine américaine - glass ceiling- qui dénonce le fait que, dans une structure hiérarchisée, les niveaux supérieurs ne sont pas accessibles à certaines catégories de personnes. Parmi ces victimes, les femmes sont les plus nombreuses. Et ce qui se vérifie à l'assemblée nationale ou dans les grandes entreprises se voit également dans le sport. Enfin, poser la question est déjà y répondre...

Des chiffres, rien que des chiffres.
Les femmes représentent 35% des licenciés des fédérations et 37% des effectifs de sportifs de haut niveau. Ces résultats qui paraissent honorables, masquent en fait des disparités énormes selon que l'on s'intéresse aux sports dits de tradition féminine ou masculine.

Absentes de l'encadrement...
Pour les fonctions d'encadrement technique, les femmes ne représentent plus que 19% des cadres techniques d'Etat, à peine 12% des entraineurs nationaux et un tout petit 5% des directeurs techniques nationaux !

C'est bien sûr la même situation au niveau local (par exemple pour le département le plus égalitaire, le Bas-Rhin, seules 8 femmes sont Présidentes sur les 62 comités départementaux sportifs) sans parler de la visibilité médiatique du sport au féminin !

... elles le sont aussi dans les instances dirigeantes du sport
Il n'y a que 11 femmes sur 111 présidents de fédérations sportives. Pas une seule femme dans l'une des 31 fédérations du Comité national olympique français. On peut dire que le sport fait même pire que l'Assemblée Nationale qui affiche 111 députées sur un total de 577.

Alors mettre en place des quotas ?
Le président du Comité National Olympique et Sportif Français s'y refuse absolument en arguant du fait que ce n'est pas la philosophie de la vieille maison. Il est vrai aussi que de très nombreuses femmes rejettent également l'idée du quota, car elles souhaitent être choisies pour leurs compétences et non par une discrimination même positive.

Mais sans la loi sur la parité, les femmes seraient encore et toujours les grandes absentes de l'Assemblée Nationale. Le résultat n'est pas encore à la hauteur des espérances portées par la loi, mais le chemin est pris.

Le Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l'Education populaire et de la Vie associative a un rôle primordial à jouer. Principal bailleur de fonds des Fédérations, il est à même d'obliger ces dernières à nommer plus de dirigeantes et plus d'entraîneuses.

Au fait, qui est à la tête de ce ministère ? Valérie Fourneyron !



Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]