Pour ne pas oublier le devoir de mémoire

18-01-2011  LIBRE
Les associations, depuis toujours, sont les premières à agir pour maintenir le devoir de mémoire de la Nation française. Cette obligation morale d'entretenir le souvenir des souffrances subies par certaines populations, en direction des générations futures, induit l'apprentissage de l'histoire à l'école, qui peut être enrichi par des manifestations diverses.

Ainsi, de très nombreuses associations(1) développent cette mission, en travaillant à la collecte de documents, de photographies. Des expositions sont alors rendues possibles grâce à leur dévouement, mais elles ont besoin d'aides pour pérenniser leur action.

Quelles sont les mesures envisagées par le Gouvernement, afin de faciliter la démarche de ces associations ?

Réponse du ministère publiée au JO le 11/01/2011 (2)
La transmission de la mémoire des conflits du XXe siècle constitue l'une des actions majeures du ministre de la défense et des anciens combattants, qui souhaite maintenir vivant le sens de l'engagement de ceux qui ont lutté au service de la France, parfois jusqu'au sacrifice suprême, pour la sauvegarde de ses idéaux : la liberté, la démocratie et le respect de la personne humaine.

La préservation de cet héritage requiert l'adhésion des jeunes générations dans le cadre d'une politique de mémoire résolument tournée vers l'avenir.

C'est ainsi que l'action en ce domaine tend notamment à faciliter le passage de relais entre ceux qui furent les acteurs de ces conflits et les jeunes, en maintenant et en développant les partenariats avec tous les porteurs de la mémoire combattante. Pour atteindre cet objectif, les services placés sous son autorité s'appuient, en coordination avec l'ONAC, sur des partenariats associatifs, sur les fondations de mémoire et sur les collectivités territoriales.

Par ailleurs, une coopération s'est instaurée entre la direction de l'enseignement scolaire du ministère de l'éducation nationale et la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la défense, conformément au protocole d'accord du 31 janvier 2007.

Ces partenariats donnent lieu notamment à un soutien financier important au profit des associations ainsi que des établissements scolaires, qui peuvent retrouver toutes les informations relatives à ces aides sur le site Internet du ministère de la défense (3).

En savoir plus
(1) Un exemple parmi beaucoup d'autres : Préservation des sites de mémoire de la déportation française
Plusieurs lieux de mémoire de la Shoah dans notre pays ne sont toujours pas préservés, pour perpétrer le souvenir et le respect de cette période tragique de notre histoire récente. C'est le cas notamment de l'ancienne Gare de Bobigny (Seine-saint-Denis) qui fut le lieu de départ de nombreuses familles juives vers les camps de concentration. Cette gare de Bobigny fut cédée, il y'a quelques années, pour un franc symbolique à une association. Cette dernière, semble t'il, n'a malheureusement pas les moyens nécessaires pour assurer une bonne préservation de ce bâtiment, comme lieu de mémoire.
Seine Saint Denis - Bobigny - Gare Sans Voix

(2) Question posée par Mme Monique Iborra (députée PS - Haute-Garonne) à M. le secrétaire d'État à la défense et aux anciens combattants.

(3) www.defense.gouv.fr - à la rubrique Éducadef



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]