Rendre le don fiscalement plus attractif

08-12-2009  LIBRE
Avec 90 millions d'euros au compteur, soit cinq millions de moins que l'édition 2008, la présidente de l'association organisatrice du Téléthon, Laurence Tiennot-Herment, a exprimé sa grande satisfaction, tout en pointant du doigt les responsables de cette baisse sensible des dons.

Nous ne reviendrons pas ici sur la polémique soulevée par Pierre Bergé qui avait accusé le Téléthon de parasiter la générosité des Français, mais à quelques jours de la deuxième conférence de la vie associative (présidée par Martin Hirsch), il est sans doute important de faire le point sur la générosité des français.

Cette générosité représente aujourd'hui un peu plus de 3 milliards d'euros chaque année (un peu plus de 3% des dons en France pour le Téléthon, Pierre Bergé n'avait donc pas raison...). Depuis 2004, les montants collectés ont peu évolué, alors que la collecte générale en France a progressé de plus de 30%.

Passer de la Fraternité à la Solidarité
L'évolution de la collecte de dons suit la courbe de la baisse des subventions. Plus l'Etat se désengage, plus la collecte évolue. Il y a là pour nous un problème de taille. Quand l'Etat et les municipalités se retirent du jeu, le don montre le bout de son nez... C'est l'argument qu'aurait dû utiliser Pierre Bergé s'il avait vraiment souhaité un débat sur le sujet. Quand la solidarité remplace la fraternité, pourtant emblème de notre république...

Le modèle anglo-saxon est là encore, importé !(1)

Les différentes enquêtes (2) montrent qu'une proportion de plus de 60% des donateurs donnent à plus d'une association. En effet, les différentes causes s'enrichissent mutuellement, dans la mesure où les Français souhaitent de plus en plus s'intéresser à plusieurs causes, que ce soit simultanément, que ce soit successivement en fonction de leur âge.

Donc à priori, on peut dire que non seulement les opérations les plus médiatisées n'assèchent pas la collecte des autres, mais elles permettent de sensibiliser les citoyens à la notion de solidarité, encore trop peu partagée dans notre Pays :
- un Français sur quatre, seulement, donne régulièrement aux associations,
- la moyenne des dons déclarés chaque année par six millions de contribuables correspondant à 0,8% des revenus…
Visiblement, la marge de progression est donc considérable… ce que de nombreux prestataires du don ont bien compris.

Rendre le don fiscalement plus attractif...
La député UMP Muriel Marland-Militello, Présidente du Groupe d'études à l'Assemblée nationale pour la vie associative, va déposer plusieurs amendements en faveur du monde associatif, notamment en rendant les dons aux associations plus incitatifs fiscalement.

Elle propose de porter le taux de réduction fiscale de 66% à 75% sans discrimination, pour toutes les associations oeuvrant pour l'intérêt général. Cette disposition concernerait naturellement les "généreux" donateurs du Téléthon.

Ces amendements sont utiles à la société tout entière : les donateurs aux associations participent activement à l'intérêt général et les dons créent de la cohésion sociale et nationale.

En savoir plus
1. Lire l'excellent ouvrage de Régis Debray "Le moment fraternité" (Editions Gallimard).
2. Enquête de Recherches & Solidarités : "La Générosité des Français" parue en mars 2009, chez Gualino éditeur – collection Associations et Citoyenneté.

Publicité

Partenaire

Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]