Une semaine sans les associations

20-09-2011 ACTUASSO LIBRE
Cet article est un appel. Que serait la vie sans les associations ? Au simple énoncé de la question, on comprend vite que sans les associations, il n'y a tout simplement plus de lien social.

Depuis 10 ans, Lettrasso informe le secteur associatif. Depuis 10 ans, après chaque parution, nous recevons une quantité impressionnante de mails qui sont autant d'appels à l'aide de la part de dirigeants associatifs, qui ne savent plus comment gérer les actions à mener sur le terrain.

Multiplication des contraintes juridiques, fiscales, sociales (ah les méfaits de la bonne gouvernance...) qui font d'une association, une entreprise comme les autres alors qu'elle n'est en rien comme les autres.

Un avis de décès de trop...
Nous avons reçu (comme toutes les semaines) des avis de décès d'associations. Celui de l'association Caravansérail Développement est tellement représentatif de ce que vivent les associations, que nous avons décidé de le publier tel quel.

- L'absence de politique de financement des associations pour leur utilité collective et la spécificité de leur projet,
- L'absence de soutien des organismes pourtant créés pour le faire,
- La prudence excessive des banques,
- L'acharnement de certains financeurs à ne prendre aucun risque,
- Les contrôles légitimes, mais qui ne s'attachent qu'à la bonne gestion des fonds en baisse,
- Le poids des contraintes de la formation professionnelle,
- La quasi obligation de se rattacher à des regroupements à périmètre variable induite par les marchés publics souvent antinomique avec nos partenariats naturels,
- Quelques erreurs stratégiques de notre part...

... Ont eu raison de notre détermination à faire vivre le projet de Caravansérail Développement.

Nous remercions tous ceux qui nous ont fait confiance dans les périodes difficiles que nous venons de traverser.

En 10 ans d'existence, Caravansérail Développement :
- a dispensé 2 500 000 heures de formation à 18 000 apprenants,
- a accueilli 1 500 familles, différentes dans ses deux ludothèques,
- a mis en mouvement vers l'emploi 225 femmes dans ses deux chantiers d'insertion,

Pour cela, l'association a fait travailler sous différents statuts 660 salariés dont 43 restant qui font l'objet d'un licenciement collectif.


Il n'y a rien à dire de plus.

Comment faire entendre et comprendre la situation désespérée des associations ?
Avec un budget cumulé de l'ordre de 59 milliards d'euros, un volume d'emploi de 1 050 000 emplois en équivalents temps plein, auxquels s'ajoute le travail de près de 14 millions de bénévoles qui réalisent ensemble un volume de travail de l'ordre de 935 000 emplois en équivalents temps plein, le poids dans l'économie et dans la société française des quelques 1 100 000 structures qui composent le secteur associatif est considérable (1).

Il y a là, matière à se faire entendre...

Cette situation ne peut plus durer. Il est URGENT que l'État reconnaisse la vie associative et le bénévolat de ces Français qui choisissent de donner de leurs temps et de leur énergie au service des autres.

Il est plus que temps que les petites associations (qui sont les plus nombreuses et les plus actives localement) soient soumises à des règles plus souples en matière fiscale, sociale et comptable.

Il n'est plus supportable de voir les associations traitées comme des entreprises dotées d'un service juridique et comptable alors qu'il s'agit de structures sans véritable moyen humain et financier.

Il est enfin primordiale que l'Etat cesse de jouer au yoyo avec les subventions comme il le fait avec les instances représentatives du secteur.

A quoi cela sert-il de remplacer le CNVA par le Haut Conseil à la Vie Associative, de substituer le FNDVA (fonds national de développement de la vie associative) par le Conseil du développement de la vie associative ?

A tous les acteurs de la vie associative, nous proposons le projet d'une opération simple mais efficace pour enfin se faire entendre : Une semaine sans les associations !

La période est propice pour un mouvement de grande ampleur. Avec plus de 77 000 abonnés, Lettrasso se tient prête à servir de premier relais pour faire circuler l'idée qu'une telle opération est possible !

En savoir plus
(1) Sources : rapport Viviane Tchernonog - XVIe colloque de l'ADDES - Ressources, financements publics et logiques d'action des associations.

Publicité



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]