Trop de médicaments en rupture de stock : on devrait s'en inquiéter

04-11-2013  LIBRE
La rédaction de Lettrasso comprend dans ses rangs un journaliste qui doit chaque jour prendre une pilule de Lévothyrox. Ce médicament est largement prescrit en France pour les problèmes de thyroïde. L'arrêt de la prise quotidienne peut avoir de très importantes répercussions sur la santé. Depuis août, les fournisseurs de ce médicament jouent au yoyo avec les pharmacies.

Nous nous sommes donc intéressé aux raisons de cet étrange fonctionnement pour un médicament, qui nous le répétons, est largement consommé en France et dont la santé des preneurs dépend.

Il se trouve qu'il n'y a pas que le Lévothyrox incriminé. A tel point que le site de ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) s'est retrouvé dans l'obligation de dresser la liste complète des médicaments, qui tel le Lévothyrox, se retrouvent sans raison apparente, en rupture de stock.

Et encore, cette liste ne concerne que les médicaments à usage humain sans alternative thérapeutique disponible pour certains patients ou dont les difficultés d'approvisionnement à l'officine et/ou à l'hôpital, peuvent entraîner un risque de santé publique. Et cette liste est inquiétante...
Défaut de rentabilité ou absence de matières premières ?
L'académie nationale de pharmacie souligne que "les pénuries de médicaments et les ruptures d'approvisionnement se multiplient". Elle propose alors pour chaque cause identifiée (problème dans le circuit de distribution, défaut de qualité des matières premières...) des recommandations précises.

La réalité est pour le moins effrayante. La plupart des pénuries sont dues à l'abandon de production des spécialités pharmaceutiques pas assez rentable.

L'Académie, dans sa note du du 24 avril 2013, propose le transfert de production de ces spécialités à un organisme national pharmaceutique public. On va revenir à la régulation par l'Etat ?

Il faut savoir que 60 à 80 % des substances actives sont fabriquées dans les pays tiers à l'Union européenne, principalement en Inde et en Asie, contre 20 % il y a trente ans...

Ceci expliquant sans doute cela.

Publicité

Partenaire

Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique

Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!
Veuillez activer / Por favor activa el Javascript! [ ? ]