08-11-2016  ESS LIBRE

Le nouveau cadre juridique du financement participatif

Le financement participatif est un moyen de collecter des fonds via une plateforme internet. Des projets clairement identifiés sont proposés à un ensemble de contributeurs qui choisissent librement de les financer ou pas. Ce mode de financement est une des réponses opposées à l'atonie du système bancaire depuis la crise de 2008. La progression des techniques liées à l'utilisation du réseau Internet a fait le reste. Ce moyen, assez transparent, permet à des idées souvent innovantes de voir le jour grâce à l'intelligence collective.

De réglementations en décrets, le cadre juridique de ce mode de financement est aujourd'hui en place et le contributeur peut, en connaissance de cause, contribuer grâce à sa participation à l'éclosion d'un projet.

Le 26 août 2016, l'AMF et l'ACPR (1) publiaient un guide d'information sur le cadre applicable au financement participatif. Très bien fait, ce manuel de survie en milieu hostile, s'adresse aussi bien aux opérateurs de plate-forme de prêts, de dons ou de souscription de titres, qu'aux porteurs de projet en recherche de fonds et aux investisseurs potentiels.

De son côté, à l'occasion des Assises de la finance participative, l'association Financement Participatif France (2) formulait 15 propositions en faveur du développement de ce type de financement. Elle a été visiblement entendue puisque le 28 octobre 2016 paraissait le Décret 2016-1453 relatif aux titres et aux prêts proposés dans le cadre du financement participatif. Ce décret vient compléter les dispositions juridiques existantes.

L'ambition du gouvernement est d'accompagner la croissance du financement participatif en pleine expansion. Ainsi, pour décorseter le maillage juridique jusqu'à lors inadapté, le plafond des offres admises sur ces plateformes sous forme de titres (traduire par : actions de préférence, obligations convertibles et titres "participatifs") est fixé à 2,5 millions d'euros ; le plafond des prêts avec intérêts, consentis par les prêteurs sur les plateformes des intermédiaires, est porté à 2 000 euros par projet et à 5 000 euros pour les prêts sans intérêts.

Enfin, le décret permet une application cohérente de l'ordonnance 2016-520 du 28 avril 2016 relative aux bons de caisse en précisant notamment le plafond d'émission de minibons et les caractéristiques des prêts sous-jacents à ces instruments.

En savoir plus
(1) L'AMF ou Autorité des Marchés Financiers est le régulateur des marchés financiers (ex gendarme de la bourse). Elle régule les acteurs et produits de la place financière française. Elle réglemente, autorise, surveille et, lorsque c'est nécessaire, contrôle, enquête et sanctionne. Le dernier cas est assez rare...

L'ACPR ou Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est l'organe de supervision français de la banque et de l'assurance. Cette autorité administrative indépendante, veille à la préservation de la stabilité du système financier et à la protection des clients, assurés, adhérents et bénéficiaires des personnes soumises à son contrôle. L'ACPR est adossée à la Banque de France.

(2) Financement Participatif France (FPF) est une association loi de 1901 ayant pour objectif la représentation collective, la promotion et la défense des droits et intérêts des acteurs de la finance participative. Elle a un rôle de lobbying auprès des régulateurs, ministères et autres acteurs pour la mise en place d'un cadre législatif favorable au développement du secteur tout en sécurisant les contributeurs.

Brève en copie partielle autorisée
Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Le nouveau cadre juridique du financement participatif  
Le financement participatif est un moyen de collecter des fonds via une plateforme internet. Des projets clairement identifiés sont proposés à un ensemble de contributeurs qui choisissent librement de les financer ou <a href="https://www.loi1901.com/breves_associatives.php?moteur1=835" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : ESS

Le FDVA touche 25 millions d'euros pour soutenir les projets innovants des associations

L'information est d'importance ! Le Fonds de développement de la vie associative va recevoir 25 millions d'euros pour soutenir les projets innovants des associations, en plus de la formation des bénévoles (1). Mazette, il y a de quoi oublier de se relever la nuit pour sa Danette au chocolat. Cette somme provient de la défunte "réserve parlementaire" (2) qui tire encore des larmes à

Lire la suite...

Quand la Cour des comptes critique ouvertement les contrats aidés et le financement du service civique

Le rapport annuel de la cour des comptes est toujours un moment particulier dans l'actualité politique de notre pays. Chargée de contrôler la régularité des comptes publics et de vérifier le bon emploi des fonds publics, cette noble institution a été créée en 1807. Mais, depuis la réforme constitutionnelle de 2008, la Cour montre une tendance à vouloir orienter la politique

Lire la suite...

Une étude statistique sur le secteur des activités sportives et le métier d'éducateur sportif

Le Céreq est un établissement public sous tutelle du ministère de l'Éducation nationale et ministère de l'Emploi. En tant qu'expert de ces domaines, il produit des études et collabore à de nombreux travaux aux côtés des acteurs de l'éducation et de l'emploi afin d'éclairer les politiques dans ces domaines. C'est donc tout naturellement que la réalisation d'un portrait statistique

Lire la suite...

Bons d'achat et cadeaux aux salariés d'une association

Que ce soit pour la naissance du petit dernier, à l'occasion des fêtes de fin d'année, un départ en retraite ou un mariage, le cadeau fait par l'employeur à un salarié au sein d'une association est un moment de convivialité. Cela permet de resserrer les liens et de souder l'équipe. Mais même un cadeau (sauf si il est fait sur les deniers personnels de l'employeur) peut être soumis

Lire la suite...

Le parcours emploi compétence remplace le contrat aidé

Le mardi 16 janvier 2018, les préfets ont reçu une circulaire enterrant définitivement le contrat aidé remplacé désormais par le parcours emploi compétence (PEC). Nous devons cette astuce à Jean-Marc Borello président du directoire du Groupe SOS et délégué national d'En marche ! Un changement de nom qui cache mal la ressemblance entre les deux dispositifs. L'emploi créé, par

Lire la suite...
Si les brèves suivantes ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique