14-04-2009   LIBRE

On achève bien les chevaux...

Comprendre le pourquoi du comment disaient les anciens à la campagne. Nous avons dans ces colonnes longuement parlé de la RGPP (Révision générale des politiques publiques) et des coupes sombres que cette approche partisane des services publics et du secteur associatif impose. Des économie sont toujours nécessaires et une meilleure gestion est une bonne chose.

Mais, quelles économies pour quelle gestion ?

Un mot est un mot. Words... words... words... disait Shakespeare. Il y a parfois des mots qui échappent à la pensée. Cela arrive, et c'est humain.

Mais, il y a aussi des mots qui trahissent un profond mépris, ou pire : un cynisme à toute épreuve. Les propos que vous allez lire n'ont pas été tenus par Eric WOERTH (ministre de la fonction publique actuel) comme le laisse supposer le mail à propagation virale qui circule sur Internet et Facebook mais par Renaud Dutreil, alors Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme de l'Etat le 20 octobre 2004.

En effet, ces propos avaient été tenus en 2004, et le ministre s'était lâché un peu plus que décrit ici, puisque les termes rapportés étaient : les fonctionnaires en prennent plein la gueule, et qu'il enchaînait dans le sens, ce n'est qu'un début......

Un peu gêné tout de même, (encore que ces gens là soient vraiment sans vergogne, plutôt gêné d'avoir été piégé NLDR), Renaud Dutreil s'était fendu ensuite d'un mail à tous les fonctionnaires d'Etat, leur disant combien il les aimait...

Le texte dans son intégralité :
Les retraités de la fonction publique ne rendent plus de services à la nation. Ces gens-là sont inutiles, mais continuent de peser très lourdement. La pension d'un retraité, c'est presque 75% du coût d'un fonctionnaire présent. Il faudra résoudre ce problème.

Le grand problème de l'État, c'est la rigidité de sa main-d'oeuvre. Pour faire passer un fonctionnaire du premier au deuxième étage de la place Beauvau, il faut un an. Non pas à cause de l'escalier [rires dans la salle], mais des corps. Il y a 1400 corps. 900 corps vivants, 500 corps morts [rires], comme par exemple l'administration des télécoms. Je vais les remplacer par cinq filières professionnelle qui permettront la mobilité des ressources humaines : éducation, administration générale, économie et finances, sécurité sanitaire et sociale. Si on ne fait pas ça, la réforme de l'État est impossible. Parce que les corps abritent des emplois inutiles.

A l'heure actuelle, nous sommes un peu méchants avec les fonctionnaires. Leur pouvoir d'achat a perdu 4,5% depuis 2000.

Comme tous les hommes politiques de droite, j'étais impressionné par l'adversaire. Mais je pense que nous surestimions considérablement cette force de résistance. Ce qui compte en France, c'est la psychologie, débloquer tous ces verrous psychologiques.

C'est sur l'Éducation nationale que doit peser l'effort principal de réduction des effectifs de la fonction publique. Sur le 1,2 million de fonctionnaires de l'Éducation nationale, 800 000 sont des enseignants. Licencier dans les back office de l'Éducation nationale, c'est facile, on sait comment faire, avec Éric Woerth [secrétaire d'État à la Réforme de l'État] : on prend un cabinet de conseil et on change les process de travail, on supprime quelques missions. Mais pour les enseignants, c'est plus délicat. Il faudra faire un grand audit.

Le problème que nous avons en France, c'est que les gens sont contents des services publics . L'hôpital fonctionne bien, l'école fonctionne bien, la police fonctionne bien. Alors il faut tenir un discours, expliquer que nous sommes à deux doigts d'une crise majeure - c'est ce que fait très bien Michel Camdessus , mais sans paniquer les gens, car à ce moment-là, ils se recroquevillent comme des tortues.


En savoir plus
Ne pas oublier que c'est le passage à la LOLF* qui a donné lieu à un effort budgétaire absolument monstrueux dans TOUS les ministères entraînant les suppressions de postes souhaitées. Le projet global était de 500 000 suppressions de postes, barème aujourd'hui dépassé.

*La LOLF (loi organique relative aux lois de finances) a été votée en 2001 sous le gouvernement Jospin qui venait de ratifier tout heureux le traité de Nice qui livrait définitivement l'Europe au "marché". La RGPP en est la suite logique.

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
On achève bien les chevaux... 
Comprendre le pourquoi du comment disaient les anciens à la campagne. Nous avons dans ces colonnes longuement parlé de la RGPP (Révision générale des politiques publiques) et des coupes sombres que cette approche ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=1257" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 065 associations inscrites

L'annuaire des 29 065 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 260 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]