15-02-2011  SOCIETE LIBRE

Le temps des cerises

Si l'on demandait, dans l'un des innombrables jeux télévisés actuels, le nom de l'homme qui a inventé et imposé la sécurité sociale en France, je pense que la question resterait sans réponse. Son nom ne figure pas dans le dictionnaire, ni le Larousse, ni le Petit Robert, ni aucun autre. Comme si une chape de plomb couvrait à jamais le nom de celui qui est à l'origine de la plus grande innovation jamais instaurée dans un pays.

Ce fondateur de la Sécu qui disait, à propos de son invention : "Ne parlez pas d'acquis. En face, le patronat ne désarme jamais."

Ambroise Croizat est son nom
Il est né le 28 janvier 1901 à Notre-Dame-de-Briançon, en Savoie. Son père, Antoine, est manœuvre. Douze heures par jour à enfourner des bidons de carbure pour huit sous de l'heure. A peine le prix du pain...

Non, vous ne vous trompez pas, vous lisez bien Lettrasso.
Mais pourquoi diable parler de Monsieur Ambroise Croizat ? Parce que c'est l'anniversaire de sa mort et qu'aucun média(1), n'a parlé de cet homme à la vie exemplaire vouée au service des autres. Et puis, être né en 1901...

L'histoire d'une vie (2)
En 1901, dans la cité ouvrière des Maisonnettes à Notre-Dame-de-Briançon, en Savoie, Germinal est d'actualité. Accidents de travail quotidiens, pas de Sécu, pas de mutuelle, pas de retraite. On est vieux à 35 ans si la guerre n'a pas fait sa moisson avant.

L'espoir, c'est Antoine, le père qui l'incarne. En 1906, il lance la première grève en Savoie. Une grève pour vivre, pour être digne. Dix jours de bras croisés pour la reconnaissance du syndicat et de la caisse de secours. Une grève pour le droit à la santé, tout simplement.

De grève en grève...
Mais, de grève en grève, la famille Croizat doit fuir pour éviter les coups ou plus. L'errance les conduit vers la région lyonnaise. C'est là qu'Ambroise Croizat prend le relais du père qui part vers les tranchées de la guerre de 1914.

A treize ans, Ambroise Croizat est ajusteur. Il commence à militer par une manifestation contre la la guerre. Il adhère à la CGT puis à la SFIO. A dix-sept ans, il est sur tous les terrains de lutte. Il entre au PCF en 1920.

"On le voyait partout, dit un témoin d'époque, devant les usines, au cour d'une assemblée paysanne ou d'une cellule de quartier. Il était là dans son élément, proche des gens, proche du peuple d'où il venait. "

Premières responsabilités politiques
En 1927, Ambroise Croizat est secrétaire à la fédération des métaux CGTU. Commence un long périple en France, où il anime les grèves de Marseille et de Lorraine, les comités de chômeurs de Lille ou de Bordeaux. La crise économique est à cette époque terrible en France. Et sur le terreau de la misère germe le fascisme. "S'unir, plus que jamais s'unir, pour donner à la France d'autres espoirs" disait-il.

L'ère du Front populaire...
Pain, paix, liberté ! En 1936, Ambroise est élu député de Paris. Il impose la première loi sur les conventions collectives et donne aux accords Matignon la couleur des congés payés et des quarante heures. Mais la guerre se prépare... Et la défaite aussi car dans certains salons se murmure le désormais célèbre : "Mieux vaut Hitler que le Front populaire..."

... et l'heure de la guerre !
Ambroise Croizat est arrêté le 7 octobre 1939, avec d'autres députés communistes(3). Il est incarcéré à la prison de la Santé. Fers aux pieds, il traverse quatorze prisons françaises avant de connaître les procès truqués, la déchéance de ses droits civiques et les horreurs du bagne à Alger où il apprendra à Prosper Môquet, arrêté comme lui, la mort de son fils sous les balles allemandes.

Les coups, les cris, la dysenterie le dévore. Il ne sera libéré qu'en février 1943. Il est alors nommé par la CGT clandestine, à la commission consultative du gouvernement provisoire d'Alger. Là, mûrissent les rêves du Conseil national de la Résistance et les grandes inventions sociales de la Libération. La sécurité sociale, bien sûr, dont Ambroise dessine les premières moutures dès la fin 1943.

La sécurité sociale
Reste à bâtir l'idée. Le chantier commence en novembre 1945 quand il entre au ministère du Travail. En 2 ans, 138 caisses de sécurité sociale sont édifiées par des anonymes d'usine après leur travail ou sur leurs congés payés. Car il ne suffisait pas de faire voter une loi. Il fallait partout et très vite, mettre en place des guichets pour récupérer les premières feuilles de soins. Très souvent, il s'agissait de simples tentes plantées à la sortie des usines.

De 1945 à 1947, celui que l'on surnomme le "ministre des travailleurs" abat un travail considérable avec des lois sur :
- la généralisation des retraites,
- un système de prestations familiales unique au monde,
- les comités d'entreprises,
- la médecine du travail,
- le statut des mineurs, électriciens et gaziers,
- les classifications de salaires,
- la caisse d'intempérie du bâtiment,
- la loi sur les heures supplémentaires, etc.

Il est mort épuisé à Paris le 10 février 1951. Ils étaient un million pour l'accompagner au Père-Lachaise.

En savoir plus
(1) Ambroise Croizat, 60 ans après sa mort - La bas si j'y suis (France Inter jeudi 10 février 2011)

(2) Nous avons pu retracer l'hisotire de la vie de Monsieur Ambroise Croizat grace aux archives du PCF d'Evry (Michel Etievent). Merci à eux.

(3) C'est la signature en août 1939 du pacte germano-soviétique qui permettra en septembre au président du Conseil Daladier, de dissoudre le Parti communiste. Les élus communistes sont déchus de leur mandat et arrêtés avec des milliers de militants... En avril 1940, le décret Sérol va instaurer la peine de mort pour propagande communiste.

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Le temps des cerises 
Si l'on demandait, dans l'un des innombrables jeux télévisés actuels, le nom de l'homme qui a inventé et imposé la sécurité sociale  en France, je pense que la question resterait sans réponse. Son nom ne figure pas dans ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=1626" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Loi NOTRe : un frein pour l'avenir des subventions ?

La loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) a entraîné des transferts de compétences des communes vers des communautés de communes et d'agglomérations, a

Dons aux associations : attention aux moyens de paiements utilisés

Les moyens techniques mis à la disposition des donateurs augmentent sans cesse. De Facebook à Whatsapp en passant par Signal, Telegram, Paypal et bien d'autres, les plateformes

Une SARL membre d'une association : quelles sont les règles à respecter ?

Pour des raisons diverses et pas toujours tout à fait légales, de plus en plus d'entreprises petites ou moyennes se retrouvent membres d'associations. Comment articuler cette

Bénévolat : va-t-on remplacer la déduction fiscale par un crédit d'impôt ?

Conscients de l'importance du bénévolat associatif, tous les gouvernements ont cherché à l'encourager. Ils ont par exemple mis en place un système de déduction fiscale des frais

Chronique d'une mort annoncée : les Missions Locales ?

Nous avons écrit, en novembre 2018, un article intitulé : "Les missions locales nouvelle cible du gouvernement ?" (1). Ce que nous avions, hélas prévu, est en train de se dérouler

Affaire Apollonia : l'étrange bilan judiciaire d'une bien étrange affaire

Suite à la parution de notre article en mars 2013 : "L'affaire Apollonia : le procès de la défiscalisation ?" (1), nous avons été profondément surpris de son succès. Nous avons

Réduction d'impôt mécénat : le piège pour les petites associations

Les petites associations peinent à boucler leur budget, ce n'est pas une surprise. La tentation de faire des appels aux dons est grande, même si le résultat reste aléatoire.

L'insécurité juridique des associations sportives concernant les cotisations sociales

De 1994 jusqu'à la loi de financement de la sécurité sociale de 2015, l'association sportive calculait la cotisation de sécurité sociale sur une base forfaitaire plutôt que sur la

Violences faites aux femmes : vers une augmentation des aides aux associations ?

En moyenne, le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans qui au cours d'une année sont victimes de violences physique et/ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire,

Quelles sont les seules règles applicables aux associations pour un paiement par chèque

Une association qui se présente, dans une enseigne de la grande distribution, avec un chéquier pour payer ses achats se trouve confrontée, dans la plupart des cas, à de sérieuses

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Elles ferment sans crier gare

Au début, parce qu'il y a toujours un début à tout, les trains ne s'arrêtent presque plus. Un au petit matin, parfois encore un à midi et puis celui du soir. Difficile alors d'y

Les lapsus des femmes et des hommes politiques

En ce printemps étrangement agité, il est peut-être temps de faire une pause en se penchant sur les lapsus de nos politiques. Le mot d'abord, qui nous vient du latin Labor qui

Quand le nom de ma commune fait rire

Quand on arrive à Vatan (36 150), on peut craindre un accueil polaire. Mais est-ce que la vie est plus drôle à Marans (17 230), plus sexy à Corps Nuds (35 150), plus tendre à

L'Eurovision : une vision de l'Europe ?

J'ai l'âge d'avoir assisté à la retransmission du Grand Prix de l'Eurovision qui a vu la française Marie Myriam l'emporter avec sa chanson "L'oiseau et l'enfant" en 1977. Et je

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ?

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ? La question mérite d'être posée. La fraternité n'est-elle pas l'une des trois composantes de la devise de

Un déroulé de la France depuis la fenêtre d'un train

Prendre un TGV tôt le matin sous un ciel gris et bas, avec des traces de nuit qui flottent encore sur les quais encombrés d'une France embrumée. Paris, capitale du pays ? Et

Quand Victor Hugo nous parlait de la France

L'endroit sent l'humidité et la terre mouillée. Dans les arbres, un vent tenace lance ses griffes acérées sur les lourdes feuilles des tilleuls centenaires. Sur le mur, comme à

Une si douce France

Pour les lecteurs plus proches de la soixantaine, vous vous souvenez sans doute de l'affiche électorale de François Mitterrand en 1981. On y voyait le visage marmoréen du

Les Cloches de Notre Dame de Paris

Comme tout le monde, j'ai beaucoup pleuré hier au soir devant l'inimaginable spectacle d'une forêt qui brûle. Celle-ci avait poussé sous une toiture de plomb faite de 1326 tables

Les retraités doivent-ils être sages ?

Le président de la République a demandé à Mme Geneviève Legay (1), porte-parole d'Attac gravement blessée par une charge de policiers à Nice le 23 mars dernier, de faire preuve

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Lutte contre l'illettrisme : une urgence absolue dans une société de plus en plus numérique

De l'illettrisme, qui est l'incapacité pour un individu de déchiffrer un texte simple, à l'illectronisme qui désigne les personnes qui sont dans l'incapacité d'utiliser les outils

Quand les assemblées générales deviennent généreuses

Depuis 2009, le site HelloAsso s'est imposé peu à peu dans le paysage associatif français. De la gestion des billetteries à celles des adhésions en passant par le financement

En route vers un coopérativisme de plateforme ?

Comment répondre à la déshumanisation de nos échanges ? Comment contrer les visions destructrices de l'avenir ? Comment échapper au "tous contre tous" pour le profit de quelques

Le Haut-commissaire à l'ESS qui n'aime pas les associations

Il y a visiblement une constante avec les membres de ce gouvernement. Ils n'aiment pas celles et ceux qui osent résister. C'est actuellement le cas avec les enseignants qui ont

Le bénévolat : évolution et tendances fortes 2010 2019

Depuis l'année 2010, France bénévolat (1) nous propose son baromètre de l'évolution du bénévolat (pour les années 2010, 2013, 2016 et 2019). Une réalisation confiée à l'IFOP avec

Et la Nef va : une coopérative qui fait du bien à l'Economie Sociale et Solidaire

Alors que la gouvernance d'une mutuelle comme la Macif pose question (1) tant les rémunérations des dirigeants et administrateurs du groupe ont explosées, il y a des coopératives

Vers une remise en cause des frais bancaires appliqués par les banques ?

Au mois de février dernier, une étude menée par l'association 60 millions de consommateurs et par l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF), a révélé la mise en place

La reconstruction de Notre Dame passe en vitesse accélérée

Le monde entier a vécu l'incendie de Notre Dame de Paris comme une énorme catastrophe. De tous les pays sont venus des témoignages de solidarité avec la ville de Paris et sa

Une Agence Nationale du Sport : pour quoi faire exactement ?

L'arrêté du 20 avril 2019 porte approbation de la convention constitutive du groupement d'intérêt public dénommé "Agence nationale du sport" (1). Et ce malgré l'avis défavorable

Les associations sont la colonne vertébrale de la France

Les associations sont la colonne vertébrale de la France. Pas un seul secteur d'activité qui ne soit accompagné par une association. Nos structures sont l'alpha et l'oméga de

Découvrir 10 autres articles