01-05-2012  ACTUASSO LIBRE

Le vice des riches ne doit pas devenir le vice des pauvres

Jeunes filles et jeunes hommes de 2012, si vous saviez ! Cet article souhaite simplement faire un peu d'histoire. La position de la femme dans la société française n'a toujours été celle que nous connaissons aujourd'hui. Nous le savons tous... Vraiment tous ? Petit rappel nécessaire semble-t-il à l'adresse de celles et ceux qui, sans doute parce que ces sujets sont peu étudiés, pensent que ce qui est à toujours été et sera encore...

Nous avons emprunté le titre de cet article à Jean Foyer qui était, en 1974, député gaulliste et qui a saisi le Conseil constitutionnel afin de faire invalider la loi sur l'avortement présentée et défendue par Simone Veil, alors ministre de la santé de Valéry Giscard d'Estaing. Il a en effet déclaré pour justifier la saisine du conseil constitutionnel que "Le vice des riches ne doit pas devenir le vice des pauvres".

L'idée que les femmes ont les mêmes droits que les hommes est toute récente. Auparavant, comme pour toute discrimination, on s'appuyait sur leurs différences, de nature, de fonction, pour justifier le fait qu'elles étaient privées d'un certain nombre de droits. De plus, on les a le plus souvent considérées comme inférieures, incapables de réflexion, de logique, de maturité. Éternelles mineures, elles devaient se cantonner aux charges du foyer. Sauf lorsqu'elles étaient seules ou veuves : on les exploitait alors autant et même plus que les hommes...

1. Le droit de voter
Le droit de vote est accordé aux femmes en France le 21 avril 1944 par le Comité français de la Libération nationale, confirmé par l'ordonnance du 5 octobre sous le Gouvernement provisoire de la République française, mais il n'est utilisé que le 29 avril 1945 pour les élections municipales, puis en octobre pour les élections à l'Assemblée constituante. A titre de comparaison, la Suède avait accordé ce droit de façon complète et définitive en 1919, la Nouvelle-Zélande en 1893 (avec éligibilité en 1919), l'Australie en 1902, etc. De même, c'est seulement en 1946 que le préambule de la Constitution pose le principe de l'égalité des droits entre hommes et femmes.

2. Le droit de s'affranchir de son mari
Il aura fallu attendre 1965 et la réforme du régime matrimonial de 1804 (Code Napoléon) pour que la femme puisse gérer ses biens, ouvrir un compte en banque, exercer une profession sans l'autorisation de son mari. C'est aussi en 1965 que l'enseignement technique est ouvert aux filles. Mais ce n'est qu'en 1970 que la mère devient l'égale du père en matière d'autorité parentale. Sans oublier qu'il aura fallu attendre 1990 et l'Arrêt de la Cour de cassation pour enfin condamner le viol entre époux...

3. Le droit à disposer de son corps librement
En 1967, la loi Neuwirth autorise la contraception qui ne sera remboursée qu'à partir de 1974. Toujours en 1974, c'est la fameuse loi Veil (1). Dans la nuit du 28 au 29 Novembre 1974, 284 députés contre 189 adoptaient la loi autorisant l'IVG, sous certaines conditions. Parmi ces députés, 55 UDR sur les 174, 26 centristes sur 52, 105 socialistes sur 106, 74 communistes.

Pour défendre cette loi, une femme, Simone Weil, ministre de la santé, qui subira pendant les deux jours de débats les pires insultes.

On entend ainsi le député Emmanuel Hamel faire allusion à la déportation de Simone Veil (2) pour la déstabiliser : "Vous, sauvée des camps de la mort où vous fûtes captive, est-ce parce que vous avez été prisonnière, puis, dans des circonstances tragiques, avez retrouvé la liberté, que vous voulez pour la femme toutes les libertés ?"

Jacques Médecin, lui, n'hésite pas à stigmatiser "une barbarie organisée, couverte par la loi comme elle le fut par le nazisme". Jusqu'à Jean-Marie Daillet, qui convoque l'image d'embryons humains "jetés au four crématoire".

La France se réveille le 17 Janvier 1975 avec un nouvel article L-162-1 du Code pénal qui dispose : "La femme enceinte que son état place dans une situation de détresse peut demander à un médecin l'interruption volontaire de grossesse avant la fin de la 10ème semaine de grossesse".

Mais rien n'est jamais acquis...
Les commandos anti-avortement, les régions où les médecins refusent de faire des avortements, tout cela est inquiétant au niveau de la déperdition de moyens. La lutte n'est pas terminée et les propos de Marine Le pen lors de cette présidentielle sur le non remboursement des "avortements de confort" montrent bien que le combat continu (3)...

Aujourd'hui, si dans les textes, les femmes ont les mêmes droits que les hommes, dans la réalité bien des inégalités subsistent. Elles occupent encore majoritairement les emplois subalternes, donc moins bien payés; elles sont, plus que les hommes, victimes du chômage et de la précarité; et elles sont, encore aujourd'hui, souvent systématiquement écartées du pouvoir, dans les partis politiques, au Parlement, au gouvernement, dans les entreprises...

En savoir plus
(1) Discours de Simone Veil à l'Assemblée nationale, première séance du 26 novembre 1974

(2) Née Simone Jacob le 13 juillet 1927 à Nice, Mme Veil est déportée à l'âge de 17 ans à Auschwitz-Birkenau, avec l'une de ses sœurs, Madeleine, et sa mère, Yvonne. Elle y reste treize mois et sort seule du camp. Elle ne reverra plus son frère ni son père, déportés en Lituanie, mais retrouvera sa sœur aînée, Denise, déportée à Ravensbrück et Mauthausen.

(3) Le 20 novembre 2008, Simone Veil a été élue au fauteuil de Pierre Messmer à l'Académie Française. L'association Laissez-les-vivre* souligne que "cette ignominie se déroule le jour anniversaire de la signature de la convention européenne des droits de l'enfant". Cette association rajoute "Il nous paraît impossible de ne crier publiquement notre indignation vis-à-vis de celle qui a organisé l'extermination légale de HUIT MILLIONS d'enfants depuis 34 ans. En accordant cette nouvelle dignité à Mme VEIL, l'Institut de France se déshonore en insultant la nation."
Manifestation contre Simone Veil à l'Académie Française - Prenez le temps de lire les commentaires laissés par les visiteurs de ce site

* L'association Laissez-les-vivre SOS Futures Mères est la plus ancienne association spécifiquement anti avortement. Son site Internet

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Le vice des riches ne doit pas devenir le vice des pauvres 
Jeunes filles et jeunes hommes de 2012, si vous saviez ! Cet article souhaite simplement faire un peu d'histoire. La position de la femme dans la société française n'a  toujours été celle que nous connaissons ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=1849" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

D'autres articles de la rubrique : ACTUASSO

Bonnet d'âne pour l'Agence Nationale de Lutte contre l'Illettrisme ?

L'Agence Nationale de Lutte contre l'Illettrisme - ANLCI - a été créée en 2000. C'est un groupement d'intérêt public chargé de fédérer les moyens de toutes les parties prenantes en matière de lutte contre l'illettrisme. Seize ans après, le bilan est lourd : 2,5 millions de personnes incapables de lire et comprendre un texte. Cette situation classe la France au 22ème rang (sur 24)

Lire la suite...

Le congé d'engagement associatif pointe le bout de son nez

L'avant-projet de loi Egalité et Citoyenneté fait déjà couler beaucoup d'encre. Etonnant pour un texte dont la teneur est encore inconnue du plus grand nombre. Parmi les rumeurs et / ou affirmations, on trouve la création d'un congé d'engagement associatif. Et déjà le Haut Conseil de la Vie associative regrette que ce dispositif ne soit réservé qu'aux seuls élus et pas à tous les

Lire la suite...

Pour garder la Ligue, fêtons ses 150 ans

Ils sont surtout connus en tant que boulevards, de Jean Macé à Jules Ferry en passant par Jean Zay cela roule aujourd'hui sur eux, et pourtant... Créée en 1866 par Jean Macé, jeune bourgeois éclairé, la Ligue de l'enseignement est la mère de notre démocratie. Sans elle, pas de loi de 1901 ni de 1905, pas plus d'écoles gratuites et obligatoires ni même de classe moyenne. Et

Lire la suite...

Social Impact Bonds : Casino Royale ou Dangereusement vôtre

Le problème, lorsque la gauche est au pouvoir et qu'elle mène une politique de droite c'est qu'il n'y a plus de garde-fous. La droite au pouvoir trouvera toujours la gauche sur son chemin si d'aventure, sa politique sociale se libéralise un peu trop. L'inverse n'est hélas pas vrai. De ce fait, le gouvernement actuel mène une politique qui a l'assentiment de presque tous les acteurs

Lire la suite...

De la nécessité d'un grand audit fiscal des associations

L'association à but non lucratif est-elle moribonde ? La question se pose lorsque interviennent en série, des regroupements de structures pour faire face à la baisse des financements publics. Regroupements souhaitables et encouragés par le décret 2015-832 du 7 juillet 2015 (loi ESS - 1), mais à hauts risques tant on assiste au mariage de la carpe et du lapin. De même, la recherche

Lire la suite...
Si les articles suivants ne s'affichent pas, veuillez rafraîchir la page en cliquant sur Rafraîchir la page

Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 050 associations inscrites

L'annuaire des 29 050 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 259 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations