15-01-2013   LIBRE

Le marié était trop belle

De très nombreuses associations nous ont demandé de prendre position sur le mariage pour tous. Nous avons jusqu'à présent refusé pour des raisons de principe. La sphère privée ne nous concerne pas. Et puis soyons juste, il n'y a pas de position à adopter face à ce mariage pour tous.

C'est pour nous simplement une évidence. Si les couples homosexuels souhaitent se marier pour légitimer leur union et assurer une filiation aux enfants adoptés, nous n'y voyons aucun problème. La loi doit être la même pour tous. Un homosexuel paie autant d'impôts qu'un hétérosexuel, il n'y a donc pas à faire de différence sur le reste.

En revanche, ce qui nous gêne, c'est l'utilisation qui est faite par la gauche de ce problème sociétal. Le gouvernement avait la possibilité de faire passer cette loi dès l'été. Les textes étaient prêts et les Français avaient donné une majorité évidente à ce nouveau président. La proposition "ouvrir le droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels" avait été clairement présentée par le candidat et n'avait soulevé aucune protestation.

Mais le nouveau pouvoir a choisi de repousser le vote de la loi à la fin janvier 2013 en parfaite connaissance de cause. Ce sont les 6 premiers mois d'un pouvoir qui compte. Les socialistes savaient ne pas pouvoir (vouloir ?) mettre en pratique les promesses économiques et sociales du candidat. Garder en réserve la loi du mariage pour tous afin de se racheter une "conduite de gauche" auprès des ses électeurs est un calcul qui laisse beaucoup à désirer sur les véritables intentions de ce nouveau pouvoir...

Car lorsque la gauche n'est plus la gauche, c'est à dire lorsqu'elle a renoncé à toutes les valeurs qui font sa différence avec la droite, la gauche nous fait du sociétal.

Le mariage pour tous est la seule façon que la gauche ait trouvé pour se différencier de la droite. Un bon sujet bien clivant histoire de montrer que les deux approches sont radicalement différentes.

Or, le PS aujourd'hui au pouvoir mène la même politique économique et sociale que l'UMP sous Sarkozy. Pour trouver des différences, il faut chercher beaucoup et se contenter de peu.

Le mariage pour tous est un cache sexe bien pratique pour un gouvernement qui souhaite faire oublier ses renoncements, et encore à la condition de croire que ce dernier ait été obligé de renoncer. On peut aussi très bien imaginer qu'il n'a jamais eu l'intention de tenir la moindre de ses promesses aussi petites fussent-elles. Ce ne serait pas la première fois...

Alors ne nous laissons pas berner par un mariage pour tous qui sous prétexte de clivage n'est rien d'autre que de la poudre aux yeux...

Car dans le même temps, que se passe-t-il en France d'important, rien ?

1. La négociation sur la sécurisation de l'emploi entre partenaires sociaux
Démarrée le 4 octobre 2012, la négociation sur la sécurisation de l'emploi s'est achevée le vendredi 11 janvier sur un projet de texte qui devrait recueillir les signatures de trois syndicats minoritaires : CFDT, CFTC et CGC. Au final, un projet de texte qui propose plus de précarité et plus de liberté pour licencier contre une majoration de 3% de la cotisation d'assurance-chômage des contrats à durée déterminée. On est loin de la "grande négociation" sur l'avenir du travail en France dont les socialistes se vantaient.

2. La menace directe qui pèse sur l'existence du SMIC (voir notre article Le RSA va remplacer le SMIC).

3. L'enterrement de première classe de la fameuse "séparation en deux entités des activités des banques" qui est pourtant une promesse de campagne du candidat Hollande. Le projet de loi qui a été présenté en Conseil des Ministres le 19 décembre 2012 est risible. Alors que tous les économistes s'accordent sur le fait que la crise est l'enfant naturel et donc non reconnu des banques et de leurs jeux de hasard à nos frais, le gouvernement français, sans concertation propose une filialisation microscopique et inutile des opérations dites à risque des banques. Ce projet est donc une règle Volcker (1) ultra-légère, ne concernant qu'une fraction infime de l'activité de la banque (environ 0,5 % d'après un Directeur de BNP-Paribas).

Le projet précise même que la filiale d'investissement peut être une filiale directe de la banque de dépôt, ce qui, en cas de faillite de la première, ne peut qu'imputer automatiquement les fonds propres de la seconde et entraîner sa faillite… (2).

4. La guerre au Mali qui a commencé véritablement depuis le samedi 12 janvier. Guerre visiblement mal préparée qui ne semble pas à ce jour être celle de quelques pauvres soudards à bord de Toyota avec quelques armes. L'ennemi est bien armé contrairement aux attentes des officiers français. Et la résistance s'annonce beaucoup plus difficile à gérer que prévue.

5. La baisse de la rémunération du livret A qui concerne des millions de français. En effet, le taux de rémunération du Livret A va être abaissé à 1,75% au 1er février, contre 2,25% actuellement. L'effet recherché semble être celui de pousser vers les banques et les produits financiers "particuliers", des milliers de français déçus du taux de rémunération. Or, l'épargne du livret A sert essentiellement à la construction de logements sociaux...

6. L'hiver est là, le nombre de places disponibles dans les centres d'hébergement d'urgence n'a pas bougé. Selon le 115, une demande d'hébergement sur deux ne trouve pas de solution. Les fameuses réquisitions ne se feront qu'au compte gouttes. Le choix du gouvernement de s'appuyer sur la loi du 29 juillet 1998 plutôt que sur l'ordonnance du 11 octobre 1945 est une erreur qui risque d'être fatale à de très nombreux SDF. (3)

On continue ?

En savoir plus
(1) La règle Volcker vise à limiter les investissements spéculatifs des banques, considérés comme ayant joué un rôle central dans l'éclatement de la crise financière, et à empêcher les conflits d'intérêts pouvant toucher les banques d'investissement, conseillant à la fois leurs clients et investissant parfois sur leurs fonds propres contre l'intérêt de leurs clients. Paul Volcker, est ex-secrétaire général de la Réserve fédérale américaine.

(2) Les conséquences de ce genre de filialisation sont dramatiques. L'assureur américain AIG, premier assureur mondial (110 Md$ de chiffre d'affaires en 2007, 74 millions de clients dans 130 pays, employant plus de 116 000 salariés), a coulé en 2008 à cause de sa micro-filiale de trading à Londres.

Consulter l'excellent site monadversairecestlafinance.fr pour en savoir plus

(3) Le Dal, citant des chiffres de l'Insee, évalue à 2,39 millions le nombre de logements et locaux vacants dans l'hexagone fin 2012.

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
Le marié était trop belle 
De très nombreuses associations nous ont demandé de prendre position sur le mariage pour tous. Nous avons jusqu'à présent refusé pour des raisons de principe. La sphère privée ne nous concerne pas. Et puis soyons juste, ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=1956" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Exclure un membre d'une association : toute la jurisprudence

Il y a plusieurs façons d'exclure un membre d'une association. Mais même pour des raisons graves et légitimes, ce qui peut constituer une mesure d'urgence, la procédure à mettre

L'évolution du mécénat d'entreprise

Tous les deux ans, Admical publie son baromètre (1) du mécénat d'entreprise en France. Si les entreprises mécènes sont de plus en plus nombreuses, 82 000 environ, et généreuses

La certification unique des organismes de formation : c'est parti

C'est la loi Avenir professionnel du 5 septembre 2018 (1) qui porte en elle une réforme en profondeur du secteur de la formation. Secteur dans lequel les associations sont

Loi NOTRe : un frein pour l'avenir des subventions ?

La loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) a entraîné des transferts de compétences des communes vers des communautés de communes et d'agglomérations, a

Dons aux associations : attention aux moyens de paiements utilisés

Les moyens techniques mis à la disposition des donateurs augmentent sans cesse. De Facebook à Whatsapp en passant par Signal, Telegram, Paypal et bien d'autres, les plateformes

Une SARL membre d'une association : quelles sont les règles à respecter ?

Pour des raisons diverses et pas toujours tout à fait légales, de plus en plus d'entreprises petites ou moyennes se retrouvent membres d'associations. Comment articuler cette

Bénévolat : va-t-on remplacer la déduction fiscale par un crédit d'impôt ?

Conscients de l'importance du bénévolat associatif, tous les gouvernements ont cherché à l'encourager. Ils ont par exemple mis en place un système de déduction fiscale des frais

Chronique d'une mort annoncée : les Missions Locales ?

Nous avons écrit, en novembre 2018, un article intitulé : "Les missions locales nouvelle cible du gouvernement ?" (1). Ce que nous avions, hélas prévu, est en train de se dérouler

Affaire Apollonia : l'étrange bilan judiciaire d'une bien étrange affaire

Suite à la parution de notre article en mars 2013 : "L'affaire Apollonia : le procès de la défiscalisation ?" (1), nous avons été profondément surpris de son succès. Nous avons

Réduction d'impôt mécénat : le piège pour les petites associations

Les petites associations peinent à boucler leur budget, ce n'est pas une surprise. La tentation de faire des appels aux dons est grande, même si le résultat reste aléatoire.

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

La défaite de la musique

La fête de la musique est née le 21 juin 1982, jour symbolique du solstice d'été, le plus long de l'année dans l'hémisphère Nord. Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la

Vente des Aéroports de Paris : comme un avion sans aile

De très nombreuses associations nous ont demandé de nous prononcer sur la proposition de loi référendaire intitulée : "Proposition de loi visant à affirmer le caractère de service

Elles ferment sans crier gare

Au début, parce qu'il y a toujours un début à tout, les trains ne s'arrêtent presque plus. Un au petit matin, parfois encore un à midi et puis celui du soir. Difficile alors d'y

Les lapsus des femmes et des hommes politiques

En ce printemps étrangement agité, il est peut-être temps de faire une pause en se penchant sur les lapsus de nos politiques. Le mot d'abord, qui nous vient du latin Labor qui

Quand le nom de ma commune fait rire

Quand on arrive à Vatan (36 150), on peut craindre un accueil polaire. Mais est-ce que la vie est plus drôle à Marans (17 230), plus sexy à Corps Nuds (35 150), plus tendre à

L'Eurovision : une vision de l'Europe ?

J'ai l'âge d'avoir assisté à la retransmission du Grand Prix de l'Eurovision qui a vu la française Marie Myriam l'emporter avec sa chanson "L'oiseau et l'enfant" en 1977. Et je

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ?

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ? La question mérite d'être posée. La fraternité n'est-elle pas l'une des trois composantes de la devise de

Un déroulé de la France depuis la fenêtre d'un train

Prendre un TGV tôt le matin sous un ciel gris et bas, avec des traces de nuit qui flottent encore sur les quais encombrés d'une France embrumée. Paris, capitale du pays ? Et

Quand Victor Hugo nous parlait de la France

L'endroit sent l'humidité et la terre mouillée. Dans les arbres, un vent tenace lance ses griffes acérées sur les lourdes feuilles des tilleuls centenaires. Sur le mur, comme à

Une si douce France

Pour les lecteurs plus proches de la soixantaine, vous vous souvenez sans doute de l'affiche électorale de François Mitterrand en 1981. On y voyait le visage marmoréen du

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Service National Universel : premiers pas et premiers doutes

Dès l'année 2018, de très nombreuses organisations de jeunesse (Fage, Unef, JOC, Animafac, etc.) (1) ont pris position contre le Service National Universel (SNU). Pour ces

Lutte contre l'illettrisme : une urgence absolue dans une société de plus en plus numérique

De l'illettrisme, qui est l'incapacité pour un individu de déchiffrer un texte simple, à l'illectronisme qui désigne les personnes qui sont dans l'incapacité d'utiliser les outils

Quand les assemblées générales deviennent généreuses

Depuis 2009, le site HelloAsso s'est imposé peu à peu dans le paysage associatif français. De la gestion des billetteries à celles des adhésions en passant par le financement

En route vers un coopérativisme de plateforme ?

Comment répondre à la déshumanisation de nos échanges ? Comment contrer les visions destructrices de l'avenir ? Comment échapper au "tous contre tous" pour le profit de quelques

Le Haut-commissaire à l'ESS qui n'aime pas les associations

Il y a visiblement une constante avec les membres de ce gouvernement. Ils n'aiment pas celles et ceux qui osent résister. C'est actuellement le cas avec les enseignants qui ont

Le bénévolat : évolution et tendances fortes 2010 2019

Depuis l'année 2010, France bénévolat (1) nous propose son baromètre de l'évolution du bénévolat (pour les années 2010, 2013, 2016 et 2019). Une réalisation confiée à l'IFOP avec

Et la Nef va : une coopérative qui fait du bien à l'Economie Sociale et Solidaire

Alors que la gouvernance d'une mutuelle comme la Macif pose question (1) tant les rémunérations des dirigeants et administrateurs du groupe ont explosées, il y a des coopératives

Vers une remise en cause des frais bancaires appliqués par les banques ?

Au mois de février dernier, une étude menée par l'association 60 millions de consommateurs et par l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF), a révélé la mise en place

La reconstruction de Notre Dame passe en vitesse accélérée

Le monde entier a vécu l'incendie de Notre Dame de Paris comme une énorme catastrophe. De tous les pays sont venus des témoignages de solidarité avec la ville de Paris et sa

Une Agence Nationale du Sport : pour quoi faire exactement ?

L'arrêté du 20 avril 2019 porte approbation de la convention constitutive du groupement d'intérêt public dénommé "Agence nationale du sport" (1). Et ce malgré l'avis défavorable

Découvrir 10 autres articles