29-01-2013   LIBRE

L'étrange rejet du financement public de l'étude portant sur la nocivité du NK 603 de Monsanto

Comment montrer les étranges relations qu'entretiennent certains de nos chercheurs entre eux et avec des industriels dont le moins que l'on puisse dire et qu'ils desservent l'objet même des recherches menées... Voici donc la curieuse histoire de ce qui ressemble bien à un renoncement d'Etat devant les intérêts industriels.

Le professeur Gilles-Éric Séralini et son équipe de chercheurs de l'Université de Caen sont aujourd'hui célèbres. Certes, pas de la façon dont ils l'auraient souhaitée. Ce professeur a attiré l'attention sur les conditions contestées de la mise en œuvre de son étude In vivo d'impact de l'organisme génétiquement modifié NK 603 de Monsanto sur les rats (1).

On ne peut pas ici préjuger des résultats scientifiques de cette étude, nous n'en avons pas les compétences.

Mais on peut s'étonner de découvrir qu'avant même son lancement, cette étude avait fait l'objet d'un refus de financement de la part de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA).

Cet organisme de recherche scientifique publique est placé sous la double tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère de l'Agriculture et de la Pêche. Il est le premier institut de recherche agronomique en Europe et le deuxième dans le monde, excusez du peu...

En 2007, l'agence nationale de la recherche (ANR), dont l'unité support était à l'époque l'INRA, lance un appel à projet thématique siglé "OGM ". Cet appel à projets du programme national dit de recherche sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) avait pour objectif de soutenir des projets de recherche relatifs aux OGM, à leur création et à leur cycle de vie, aux risques, avantages et impacts potentiels ainsi qu'aux changements techniques et sociaux qu'ils induisent. (2)

Selon la procédure de l'ANR, les projets reçus pour chaque appel à projets sont sélectionnés sur des critères qualitatifs (excellence scientifique, technique et d'organisation...) et sur la base de critères en adéquation avec l'objectif de l'appel à projets.

Gilles-Éric Séralini est professeur de biologie moléculaire depuis 1991 et chercheur à l'Institut de biologie fondamentale et appliquée (IBFA) de l'université de Caen et co-directeur du pôle Risques de l'université de Caen2 (pôle associé au CNRS). Il est également expert OGM depuis 1998 pour le gouvernement français, l'Union européenne et plus récemment pour le Canada et l'Inde. Il a été nommé chevalier de l'ordre national du Mérite en 2008, sur proposition du ministère de l'Écologie pour l'ensemble de sa carrière en biologie. On peut dans son cas parler d'excellence scientifique reconnue.

Malheureusement, il est également signataire de l'appel à un moratoire sur les cultures transgéniques, le temps d'en évaluer les risques et il a eu la mauvaise idée de fonder en 1999 avec Corine Lepage, le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique - CRIIGEN. (3)

Il dépose donc, avec son équipe de chercheurs de l'Université de Caen, un dossier de demande de financement en réponse à cet appel d'offres qui semblait tout à fait correspondre à leur sujet d'étude. Mais surprise, le projet de recherche déposé par le Professeur Séralini ne fait pas partie des 4 projets retenus.

Le président du comité dévaluation de cet appel d'offres est Mr Marc Fellous (4).

Cet homme est un scientifique reconnu par ses pairs mais aussi connu pour ses prises de position en faveur des OGM. Il est l'auteur d'ouvrages de vulgarisation sur les OGM et l'un des sept initiateurs du communiqué opposé au moratoire sur le maïs résistant à la pyrale.

Mais le plus incroyable c'est que ce scientifique soit également président de la Commission du génie biomoléculaire chargé de l'étude des risques liés aux OGM par les ministères de l'agriculture et de l'environnement. On se pince pour ne pas hurler de rire...

Pour être complet avec Marc Fellous, il faut savoir que le 18 janvier 2011, il a été condamné pour diffamation, par un jugement de la 17e chambre tribunal correctionnel de Paris, pour avoir écrit de Gilles-Éric Séralini qu'il était "un chercheur avant tout militant anti-OGM qui se prétend indépendant alors que ses études sont financées par Greenpeace". Il semblait effectivement bien placé pour savoir que l'étude du professeur Gilles-Éric Séralini n'avait pas été financée par l'INRA.

A l'issu de notre enquête, nous avons ressenti un profond malaise sur l'état actuel de la recherche française. A force de coupes sombres dans les budgets, les laboratoires se retrouvent dans l'obligation de "quémander" de l'argent aux industriels qui sont trop heureux de financer une recherche pauvre et fatalement "orientable" par le financeur. Le conflit d'intérêts semble prendre de plus en plus de place et les accusations pleuvent d'un chercheur à l'autre, accusations souvent utilisées pour "descendre" des travaux gênants pour certains financeurs.

Voici un exemple hélas très parlant :
Dans un communiqué commun exceptionnel (du jamais vu...), l'Académie d'agriculture de France, l'Académie nationale de médecine, l'Académie nationale de pharmacie, l'Académie des sciences, l'Académie des technologies et l'Académie vétérinaire de France ont publié un communiqué pour critiquer les travaux du professeur Séralini qui se termine ainsi : "Quant aux conflits d'intérêt dont Séralini accuse continuellement les scientifiques de tous bords et de toutes origines, on peut se poser la question de l'absence de tels conflits d'intérêt pour lui-même et ceux qui l'entourent quand on connaît leur engagement écologique et les soutiens financiers qu'ils ont obtenus par des groupes de distribution fondant leur publicité sur l'absence d'OGM dans les produits alimentaires qu'ils proposent à leurs clients".

Pasteur revient vite, ils sont devenus fous !

En savoir plus
(1) Cette étude a comparé des rats nourris avec du maïs génétiquement modifié (cultivé avec ou sans Roundup), des rats ayant reçu du Roundup uniquement (sans maïs OGM) et des rats "contrôles" sains, durant deux ans. L'étude a révélé que les rats femelles ayant ingéré du maïs OGM et/ou du Roundup sont mortes en plus grand nombre et beaucoup plus rapidement que le groupe "contrôle". De même, les rats mâles et femelles testés ont développé plus de tumeurs que les rats "contrôles".

(2) Appel à projets 2007 Programme ANR OGM

(3) http://www.criigen.org/

(4) Programme OGM – Edition 2007 Comité d'Evaluation

Le professeur Séralini répond à ses détracteurs en vidéo

Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller sans transformation dans la page du site où vous allez utiliser cet article. D'avance merci.

Sélection du texte ci-dessous
L'étrange rejet du financement public de l'étude portant sur la nocivité du NK 603 de Monsanto 
Comment montrer les étranges relations qu'entretiennent certains de nos chercheurs entre eux et avec des industriels dont le moins que l'on puisse dire et qu'ils desservent l'objet même des recherches menées... Voici ...  <a href="https://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=1968" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

Découvrir 10 autres articles



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Comment mettre en place le nouveau règlement comptable des associations ?

C'est le dernier article sur ce sujet. Après vous avoir expliqué tous les changements intervenus dans le nouveau règlement comptable des associations (1), voici venu le temps

Etre trésorier d'une association : une obligation peu connue

La loi du 1er juillet 1901 n'impose aucune obligation en matière de comptabilité. Ce qui laisse supposer que la tenue d'une comptabilité n'est pas obligatoire. Le trésorier d'une

Dons aux associations : comment freiner la chute ?

Les chiffres de la Fondation de France sont sans appel : elle rapporte une baisse de 28 % des dons reçus en 2018 par rapport à 2017. La mise cause du remplacement de l'impôt de

Cadeaux aux bénévoles, encaissement des cotisations et autres éclairages associatifs

Le droit évolue par modifications ou ajustements successifs. Et ce qui était autorisé hier ne l'est plus aujourd'hui et inversement. Nous allons présenter 5 situations pour

Exclusion d'un membre d'une association : attention à l'exigence d'impartialité

L'exclusion d'un membre d'une association est une sanction souvent difficile à prendre. Mais une fois la décision prise, il faut non seulement respecter scrupuleusement les règles

Associations : le point juridique de la responsabilité civile et pénale en cas d'accident

Les associations sont, comme les autres personnes morales, soumises à des devoirs et à des obligations. Ceux-ci ne sont pas intangibles. Une jurisprudence nombreuse vient

Tenue d'une AG : les règles qui s'appliquent dans le silence des statuts

De très nombreuses associations construisent leurs statuts à partir de ceux qui sont fournis par les préfectures. Certes, l'essentiel y est. Mais le diable ne se cache-t-il pas

Lancement d'une procédure à l'encontre d'un président malhonnête ou dictatorial

Comment se débarrasser d'un apprenti dictateur ou d'un voleur quand il se trouve à la tête d'une association ? Cette question récurrente sur le forum du site, nous oblige à vous

Partenariats entre les associations et le ministère de l'éducation

Les associations qui proposent aux enseignants, des activités éducatives complémentaires dans le respect des projets d'école peuvent demander 2 niveaux d'agrément au ministère de

Comment répondre à la carence du président d'une association ?

Nos associations éprouvent de plus en plus de mal à trouver un président tant les responsabilités et les difficultés, à la fois administratives et financières, rendent le poste

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

EuropaCity : une ZAD aux portes de Paris

Alors que la conscience de l'urgence climatique s'éveille peu à peu parmi nos concitoyens, une autre urgence pointe son nez aux portes de Paris : le projet EuropaCity. Urgence de

Rouen : une ville oubliée sous le nuage

Le nuage noir était impressionnant obscurcissant le ciel en quelques minutes. La belle ville de Rouen plongea alors dans une nuit mazoutée sous une pluie de suie. Je m'attendais à

Le revenu universel d'activité expliqué aux enfants

Nous allons bientôt pouvoir donner notre avis sur le revenu universel d'activité, RUA de son petit nom. C'est madame Agnès Buzyn, ministre de la Santé, qui a annoncé le lancement

Smart City : le rêve de Big Brother qui se réalise avec notre consentement

De la Quadrature du Net, association bien connue de nos lecteurs, à la Ligue des droits de l'Homme et la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), l'inquiétude est de

Il était une fois 28 millions d'euros

Il y a des contes qui ne font pas le compte. A l'issue du grand débat national, le président de la République avait promis un grand plan pour soutenir les associations et

Bonne nuit les petits

Il est plus de minuit dans l'EHPAD Saint-Antoine de Lille, ce 31 août 2019. Tout est calme. Et dans le silence de cette nuit un peu fraîche, une âme légère et discrète s'envole

L'électricité verte est aussi écologique que le parti EELV

Pardonnez-nous ce titre un peu provocateur, surtout si vous êtes écologiste à EELV. Mais la fin des vacances ne passe pas et nous avons besoin de rire un peu. Nous avons eu droit

La grande Histoire dans une petite Courtine

Dans toutes les guerres il y a des histoires incroyables. En ce mois d'août 2019, il nous a semblé utile de vous raconter l'une des aventures les plus extraordinaires de la

Steve est mort

Depuis plus d'un mois fleurissaient sur les murs de la ville de Nantes 3 mots accolés : OùEstSteve. Il en était de même sur les réseaux sociaux et sur les pancartes des

Alicem : il ne faut plus se voiler la face

Alicem, quel joli nom qui cache une réalité moins prosaïque puisque ce sigle veut dire : "Authentification en ligne certifiée sur mobile". En d'autres termes, il s'agit d'une

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Ils vont privatiser nos routes nationales

Au mois de juin, nous annoncions que la privatisation de nos barrages hydroélectriques était engagée (1). Il s'agit maintenant de privatiser les routes nationales. Un décret,

Budget des sports 2020 : une hausse qui cache mal une baisse

La ministre des sports, Roxana Maracineanu, a présenté le budget de son ministère le 27 septembre dernier. Et c'est avec fierté qu'elle a annoncé, dans le cadre du projet de loi

Pour les associations d'aide aux SDF, la côte d'alerte est dépassée

Elles sont toutes unanimes, les associations qui viennent en aide aux "sans domicile fixe". Le nombre de SDF dans les rues de nos villes a atteint des sommets jamais vus alors

La Bretagne est en deuil : En Envor n'est plus

L'association En Envor était LA plateforme de contenus culturels, scientifiques et éducatifs traitant de l'histoire contemporaine en Bretagne. Sur son site, on pouvait tout aussi

Selon France Générosités : la philanthropie est un projet de vie

France générosités est un syndicat qui représente le secteur de la philanthropie auprès de l'Etat afin de défendre les intérêts de ses membres. Ceux-ci sont, peu ou prou, les plus

Après les faux steaks hachés, les escalopes de poulets gavées d'eau

Après les 1436 tonnes de faux steaks hachés (1) dont 457 tonnes avaient déjà été distribuées aux bénéficiaires des aides sociales via les associations caritatives, ce ne sont pas

Féminicides à quoi va servir le Grenelle violences conjugales ?

Jusqu'en 1994, le meurtre d'une femme par son conjoint ou ex était nommé crime passionnel et bénéficiait d'une certaine mansuétude de la part des juges qui considéraient que la

L'économie de demain se fait son université d'été

Sous le mot dièse #NousSommesDemain se cache un collectif qui a pour projet d'obtenir l'engagement des entreprises à avancer vers la transition écologique et sociale. Vaste

Préconiser l'entrepreneuriat associatif : est-ce bien raisonnable ?

Depuis bien des années, notamment sous l'influence de la Fonda et autres "think tank" libéraux, on sent bien que le modèle associatif dérange. Cette vieille dame de 118 ans

L'affaire des faux steaks hachés donne le vertige aux associations

La majorité LREM vient de ratifier le CETA (1) en nous promettant des contrôles tellement sévères que la population n'aura pas à craindre d'ingérer, dans les produits canadiens,

Découvrir 10 autres articles