9 millions de pauvres et moi et moi et moi

12-12-2016 SOCIETE LIBRE
9 millions de personnes, dont 3 millions d'enfants, vivent dans la pauvreté en France. Etre pauvre chez nous, c'est vivre avec moins de 840 euros par mois. On peut bien sûr avoir un travail et être pauvre. C'est même ce qui est affolant dans les statistiques : l'augmentation du nombre de travailleurs pauvres avec un emploi précaire à temps partiel. Cette situation dure depuis plus de 20 ans. C'est même la date anniversaire des Restos du coeur.

Ils avaient lancé leur première campagne le 21 décembre 1985. 60 000 repas furent distribués dans quelques lieux en France dont une tente plantée dans un terrain vague du XIXème arrondissement. 20 ans plus tard, ce sont 132 millions de repas servis sur 2112 antennes à travers la France.

Et s'il n'y avait que les Restos... Mais il faut rajouter à ce décompte de la charité les 84 banques alimentaires, le réseau ANDES des épiceries sociales et solidaires, le Secours populaire, le Secours catholique, la Croix Rouge, etc. 9 millions de pauvres...

La charité est donc une industrie d'avenir. Dommage qu'elle ne repose que sur le bénévolat, cela donnerait du travail... Logiquement, une situation pareille devrait ulcérer les gouvernants, travailler les consciences, torturer même les plus rétifs, mobiliser toute l'intelligentsia, nous faire tous descendre dans la rue en hurlant... Ben pas du tout.

Quel candidat à l'élection présidentielle de 2017 en parle ? Vous avez un nom ? Lors des primaires de la droite, c'était à celui qui allait augmenter le plus la TVA (l'impôt le plus injuste), virer le plus grand nombre de fonctionnaires possible, arrêter l'ISF, augmenter l'âge de partir à la retraite, et travailler plus pour gagner moins, c'est même celui-là qui a gagné, c'est vous dire.

Et à gauche ? Rien non plus. "Les pauvres ont faim et les riches ont de l'appétit" pourrait dire Macron, le révolutionnaire à l'envers. La gauche représentée par Macron et Valls... Ces deux jumeaux de l'embrouille qui pensent fermement qu'il faut permettre aux privilégiés de l'être un peu plus ce qui diminuerait la pauvreté par effet de ruissellement.

Il y a 9 millions de pauvres en France parce que notre pays a fait des choix économiques. Appliquer depuis 1983 (et le célèbre tournant de la rigueur) une politique d'austérité, puis celle du franc fort pour préparer l'arrivée de l'euro puis enfin celle de l'Europe pour respecter des critères de "convergence" a conduit nos gouvernants à mener une seule et même politique à la virgule près.

Politique qui consiste à raboter les investissements publics, à soigner les actionnaires au détriment de la production, à laisser les banques spéculer à tout-va, à asphyxier les petites entreprises, à liquider le budget de la recherche et au bout du compte à creuser deux gouffres sans fond : celui de la dette et celui du chômage.

Et les rares qui s'aventurent sur le chemin de la contestation de cette politique de la débâcle annoncée, sont aussitôt traités de "populistes" par une police de la pensée qui protège les marchands du temple à grands coups de matraques idéologiques.

Mieux répartir la richesse ? Populiste ! Frapper les hauts salaires et les dividendes afin de les faire participer à l'effort collectif ? Populiste ! Lutter contre les délocalisations ? Populiste ! Jouer la carte d'un certain protectionnisme comme le font les américains et les chinois ? Populiste ! Ainsi, cette police de la "pensée juste" pousse dans le même panier le Front National et la France insoumise, histoire d'anticiper un deuxième tour et de pousser le bon peuple à faire le bon choix.

Victor Hugo, à la fin de sa vie, avait écrit une phrase qui devrait être gravée sur le fronton de tous nos monuments : "Il y a charité quand on a pas réussi à imposer la justice". Bien avant lui, Montesquieu en rédigeant l'Esprit des lois, proposait en exergue cette phrase : "Une chose n'est pas juste parce qu'elle est loi. Mais elle doit être loi parce qu'elle est juste." Enfin, l'essayiste Joseph Joubert avait conclu un article par : "Il y a des indulgences qui sont un déni de justice". C'était en mai 1789. Il écoutait au café Le Procope une noblesse ne vouloir rien lâcher...



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Que se passe-t-il avec l'Office National des Forêts ?

De très nombreuses associations de défense de l'environnement ou de groupements forestiers ou même d'organisations syndicales des personnels de l'ONF se mobilisent depuis de longs

Le point sur les obligations de sécurité pour les associations sportives

Avec le retour de l'été, les associations sportives sont soumises à rude épreuve. Outre l'accueil de nombre d'adolescents et la gestion des camps de vacances, la question de la

Quel avenir pour les associations d'aide aux familles de personnes disparues ?

Depuis quelques années, le nombre de personnes disparues a tendance à augmenter dangereusement en France. Plus de 68 000 en 2017, dont 49 422 disparitions d'enfants (1), sachant

Chronique d'une mort annoncée : les prud'hommes

Créés le 18 mars 1806 par Napoléon 1er, les conseils de prud'hommes vont-ils disparaître ? Les juges prud'homaux ont le blues. Ils sont en effet convaincus de la "mort programmée"

La refonte du FEAD : quel impact sur les associations ?

Alors qu'elle était encore la ministre des affaires européennes, Nathalie Loiseau avait fait une réponse plutôt positive quant à l'avenir du fonds européen d'aide aux plus

Vers une modification des modalités de dissolution d'une association mise en sommeil ?

Une association n'ayant plus aucune activité est qualifiée d'association mise "en sommeil", alors même que ce terme n'a aucune véritable valeur juridique. De fait, la seule

Les associations sont-elles concernées pas la nouvelle organisation territoriale ?

Le 12 juin 2019, la circulaire relative à la mise en oeuvre de la réforme de l'organisation territoriale de l'Etat a été publiée par le Premier ministre (1). Elle fait suite à

Associations : quels types de dons sont autorisés ?

Recevoir un don est, pour une association, suffisamment rare pour être apprécié à sa juste valeur. Et la suppression de l'ISF n'a certes pas aidé à encourager les éventuels

Associations : le point sur la taxe sur les salaires

En principe, les associations bénéficient d'un abattement (20 835 euros pour la taxe due au titre de 2019) qui permet à de nombreuses structures de ne pas devoir acquitter la taxe

Exclure un membre d'une association : toute la jurisprudence

Il y a plusieurs façons d'exclure un membre d'une association. Mais même pour des raisons graves et légitimes, ce qui peut constituer une mesure d'urgence, la procédure à mettre

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Le CETA : la mondialisation débridée

Le CETA, est l'accord commercial global signé entre le Canada et l'Union Européenne, et qui en anglais se traduit par Canada-EU Trade Agreement. Négocié en douce depuis 2009, il a

Le Guide de défense du journaliste

J'arrive à un âge, qui sans être déjà canonique, me permet d'avoir le recul nécessaire sur la société française. J'ai vu passé quelques présidents, quelques partis politiques et

CyberHaine : un étrange projet de loi

De très nombreuses associations dont La Quadrature du Net et même le Conseil national du numérique (CNNum) s'inquiètent de la dangereuse dérive que porte en elle la proposition de

La défaite de la musique

La fête de la musique est née le 21 juin 1982, jour symbolique du solstice d'été, le plus long de l'année dans l'hémisphère Nord. Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la

Vente des Aéroports de Paris : comme un avion sans aile

De très nombreuses associations nous ont demandé de nous prononcer sur la proposition de loi référendaire intitulée : "Proposition de loi visant à affirmer le caractère de service

Elles ferment sans crier gare

Au début, parce qu'il y a toujours un début à tout, les trains ne s'arrêtent presque plus. Un au petit matin, parfois encore un à midi et puis celui du soir. Difficile alors d'y

Les lapsus des femmes et des hommes politiques

En ce printemps étrangement agité, il est peut-être temps de faire une pause en se penchant sur les lapsus de nos politiques. Le mot d'abord, qui nous vient du latin Labor qui

Quand le nom de ma commune fait rire

Quand on arrive à Vatan (36 150), on peut craindre un accueil polaire. Mais est-ce que la vie est plus drôle à Marans (17 230), plus sexy à Corps Nuds (35 150), plus tendre à

L'Eurovision : une vision de l'Europe ?

J'ai l'âge d'avoir assisté à la retransmission du Grand Prix de l'Eurovision qui a vu la française Marie Myriam l'emporter avec sa chanson "L'oiseau et l'enfant" en 1977. Et je

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ?

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ? La question mérite d'être posée. La fraternité n'est-elle pas l'une des trois composantes de la devise de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Comment lutter contre la déshumanisation des services publics ?

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a souligné dans son rapport annuel (1) un fait étonnant : sur 140 000 réclamations reçues, 94 % portaient sur la relation des usagers avec

La bonne image des associations auprès des Français

On s'en doutait et les remontées de terrain nous assuraient d'une large adhésion. Mais le lire dans les résultats d'un grand sondage (1) fait du bien. Oui, les Français ont une

Service National Universel : premiers pas et premiers doutes

Dès l'année 2018, de très nombreuses organisations de jeunesse (Fage, Unef, JOC, Animafac, etc.) (1) ont pris position contre le Service National Universel (SNU). Pour ces

Lutte contre l'illettrisme : une urgence absolue dans une société de plus en plus numérique

De l'illettrisme, qui est l'incapacité pour un individu de déchiffrer un texte simple, à l'illectronisme qui désigne les personnes qui sont dans l'incapacité d'utiliser les outils

Quand les assemblées générales deviennent généreuses

Depuis 2009, le site HelloAsso s'est imposé peu à peu dans le paysage associatif français. De la gestion des billetteries à celles des adhésions en passant par le financement

En route vers un coopérativisme de plateforme ?

Comment répondre à la déshumanisation de nos échanges ? Comment contrer les visions destructrices de l'avenir ? Comment échapper au "tous contre tous" pour le profit de quelques

Le Haut-commissaire à l'ESS qui n'aime pas les associations

Il y a visiblement une constante avec les membres de ce gouvernement. Ils n'aiment pas celles et ceux qui osent résister. C'est actuellement le cas avec les enseignants qui ont

Le bénévolat : évolution et tendances fortes 2010 2019

Depuis l'année 2010, France bénévolat (1) nous propose son baromètre de l'évolution du bénévolat (pour les années 2010, 2013, 2016 et 2019). Une réalisation confiée à l'IFOP avec

Et la Nef va : une coopérative qui fait du bien à l'Economie Sociale et Solidaire

Alors que la gouvernance d'une mutuelle comme la Macif pose question (1) tant les rémunérations des dirigeants et administrateurs du groupe ont explosées, il y a des coopératives

Vers une remise en cause des frais bancaires appliqués par les banques ?

Au mois de février dernier, une étude menée par l'association 60 millions de consommateurs et par l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF), a révélé la mise en place

Découvrir 10 autres articles