A chacun sa croix

31-10-2017 SOCIETE LIBRE
Le week-end dernier nous a offert un grand défoulement grâce au mot dièse #BalanceTonPorc qui est devenu au fur et à mesure des réactions mitigées, un #Metoo beaucoup plus consensuel. Certes, ce mouvement est on ne peut plus légitime et même si les revendications diffèrent, le fond est le même : le quotidien de très nombreuses femmes ressemble à un parcours de combattante. Eviter la main baladeuse est aussi pénible que d'essuyer les remarques graveleuses ou le rendez-vous tardif aux archives avec un chef libidineux.

Ce qui est le plus choquant, c'est que pour de très nombreux hommes tout à fait intégrés, ce comportement intrusif est normal. La femme n'est elle pas cet objet sexuel disponible tant vanté par les publicités et autres pornographies ?

Nous pourrions nous contenter de montrer d'un doigt accusateur ces publicitaires prêts à tout pour vendre leur camelote. Mais ce serait trop simpliste. Pour une grande majorité d'hommes, de 15 à 99 ans, la femme est un être mi chèvre, mi enfant qui manque singulièrement de légitimité pour s'exprimer sur d'autres sujets que ceux que l'homme moderne lui réserve.

Pour avoir assisté récemment à une réunion d'une communauté de 21 communes, j'ai été sidéré du manque d'écoute réservé aux deux seules femmes de l'assemblée. Alors qu'elles démontraient une parfaite connaissance des dossiers qu'elles défendaient, contrairement à leurs homologues masculins, elles étaient systématiquement "plaisantées" avec une morgue et un mépris rare.

Le président balayait d'un revers de main, les propositions pourtant très logiques de ces deux maires et les renvoyait à leur "vraie nature de mère", visiblement beaucoup plus appropriée à ses yeux. Déconsidérer, c'est délégitimer, c'est aussi déshumaniser, c'est donc transformer une femme en future proie et éternelle victime.

On siffle une femme comme on le fait avec son chien. C'est la seule façon de ne pas être choqué par sa propre bêtise.

Alfred de Musset, faisait dire à sa Marianne (Les Caprices de Marianne Acte 2 Scène 1), en réponse aux moqueries d'Octave :
"Qu'est-ce après tout qu'une femme ? L'occupation d'un moment, une coupe fragile qui renferme une goutte de rosée, qu'on porte à ses lèvres et qu'on jette par-dessus son épaule.
Une femme ! c'est une partie de plaisir !
Ne pourrait-on pas dire, quand on en rencontre une : Voilà une belle nuit qui passe ?
Et ne serait-ce pas un grand écolier en de telles matières, que celui qui baisserait les yeux devant elle, qui se dirait tout bas : Voilà peut-être le bonheur d'une vie entière et qui la laisserait passer ?
"

Il serait temps, pour de très nombreux hommes, de relire Musset...

Depuis ce vendredi, c'est le hashtag #MontreTaCroix qui fait le buzz. Quelle curieuse histoire que celle de cette statue, offerte en 2006 à la commune de Ploërmel, par l'artiste russe Zourab Tsereteli. Voilà plus de dix ans qu'elle trône sur la place publique de cette ville bretonne. Surplombée d'une croix, elle représente le pape Jean-Paul II.

Certes, l'homme n'était pas ma tasse de tisane. Un peu trop catholique à mon goût. Mais il a visiblement compté pour beaucoup et pourquoi ne pas lui dédier une oeuvre d'art ? Personnellement, cela ne me gêne pas. Mais voilà qu'une association locale (Fédération morbihannaise de la libre pensée) se pique de faire retirer la croix. Sans doute agité par de mauvais souvenirs de catéchisme, le président va jusqu'au bout de la démarche, c'est à dire le Conseil d'Etat. Et ce dernier lui donne raison !

C'est le fait le plus surprenant de cette histoire. Que le Conseil d'Etat s'appuie sur l'article 28 de la loi du 9 décembre 1905 pour s'opposer au maintien de la croix sur la statue est pour moi un mystère. Que nous dit cet article 28 : "Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions."

De fait, l'article 28 s'oppose à l'installation par les personnes publiques, dans un emplacement public, d'un signe ou emblème manifestant la reconnaissance d'un culte ou marquant une préférence religieuse, sous réserve des exceptions qu'il ménage.

La Bretagne est une région magnifique. Ses églises nombreuses, ses coutumes ancestrales, ses calvaires ouvragés de croix, ses alignements de menhir à Carnac, le Cairn de Barnenez, les mégalithes de St-Just, les pierres de Gavrinis, la forêt de Brocéliande et j'en passe, tant ce pays béni des dieux de toutes sortes baigne dans la religiosité.

Alors pourquoi en vouloir à ce pauvre pape dont la croix se perd au milieu des centaines d'autres, pas plus légales, qui ornent cette région divine, au sens propre comme au sens figuré ? Sans compter que le réveil de la bigoterie ne s'est pas fait attendre, le mot dièse #MontreTaCroix en témoigne. Jusqu'à la Pologne, qui par la voix de sa première ministre, veut se refaire une santé démocratique en acceptant de prendre le monument chez elle pour le "sauver de la censure".

Laissons à Michel Audiard le soin de conclure cet article avec la réplique célèbre prononcée par Jean Gabin dans le film "Le Pacha" : "Quand on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner..."

En savoir plus
Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l'Etat.

Conseil d'Etat, 25 octobre 2017, 396990



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Associations subventionnées : contrôle et audit mode d'emploi

Notre opposition au désengagement de l'Etat en matière de subventions et notre lutte contre le manque de financements des associations nous met à l'abri de tout jugement de

Porter plainte contre le président de son association : la procédure

Un président d'association est soumis aux mêmes tentations, mais aussi capable de la même loyauté que les autres présidents, qu'ils soient de la République ou pas. Ainsi,

Etre bénévole dans une association sportive, le remboursement des frais : opération compliquée

Les petites associations sportives l'ignorent souvent. Dans leur secteur, il y a bénévole et bénévole. Par exemple, n'importe quel bénévole doit pouvoir se faire rembourser les

Bénévole ou salarié : le vrai danger de la requalification

La requalification d'une mission bénévole en salariat est une pratique courante. Elle est parfois justifiée, mais c'est loin d'être toujours le cas. Et nous avons déjà fait de

Associations : premier bilan sur la création des emplois francs

C'est décidément la saison des bilans. Après celui, peu glorieux, des appels à projets du FDVA, voici celui des "emplois francs". Depuis avril 2018, est testé dans 740 quartiers

Premier bilan du fonds de 25 millions d'euros gérés par le FDVA pour aider les petites associations

Au mois de janvier, nous avons envoyé à certains de nos adhérents (1500 associations représentatives selon la méthode empirique) deux questions simples. Avez-vous répondu à un

Enfin quelques réponses sur l'avenir 2021-2027 du fonds européen d'aide aux plus démunis

Pour l'immense majorité des personnes en difficulté sociale, c'est par l'aide alimentaire que se fait le premier contact avec les associations de réinsertion et de soutien. Une

Comment être à la fois dirigeant et salarié d'une petite association ?

Une rémunération est le versement de sommes d'argent ou de tout autre avantage consenti par l'association à ses dirigeants : salaires, honoraires, avantages en nature, cadeaux,

Le nouveau code de la commande publique expliqué aux associations - suite

Après nos articles du 07 janvier 2019 - La commande publique bientôt le seul financeur des associations (1) - et du 04 mars 2019 - Le nouveau code de la commande publique expliqué

Les adhérents non dirigeants peuvent-ils consulter des documents internes à l'association ?

Le culte du secret est souvent l'art de dissimuler. Dans certaines associations, le simple fait qu'un membre ose demander la communication d'un document comptable devient un crime

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Les Cloches de Notre Dame de Paris

Comme tout le monde, j'ai beaucoup pleuré hier au soir devant l'inimaginable spectacle d'une forêt qui brûle. Celle-ci avait poussé sous une toiture de plomb faite de 1326 tables

Les retraités doivent-ils être sages ?

Le président de la République a demandé à Mme Geneviève Legay (1), porte-parole d'Attac gravement blessée par une charge de policiers à Nice le 23 mars dernier, de faire preuve

Voyage au centre d'un cerveau

Il est de coutume, le 1er avril, dans la presse, (oui, le poisson dans le dos est passé de mode - les plus anciens comprendront) de lâcher une fausse info au milieu du flot

Une vieille dame indigne de...compassion

Le samedi 16 mars, le restaurant Le Fouquet's était en feu sur les Champs Elysées. Les plateaux de télévision virent alors une kyrielle de bonnes âmes s'offusquer d'une telle

L'étrange obstination à vouloir vendre nos bijoux de famille

Le grand débat vient à peine de se terminer. Notre pays a donc débattu. On pouvait, naïvement, imaginer qu'une trêve législative aurait lieu pendant ce temps d'échanges, puisque

La paire de lunettes de trop

Que se passe-t-il dans la tête d'un homme qui a passé son samedi à arrêter, taper, cogner, éborgner, mutiler des gens qui lui ressemblent en bien des points, à commencer par la

Une lettre de Paris

En mai 68, le Préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, a décidé que le maintien de l'ordre ne devait pas anéantir des vies. Il succédait à ce poste à un certain Maurice Papon

Des armes silencieuses pour des guerres sans bruits

Nous empruntons le titre de cet article à M. Lyle Hartford Van Dyke (1), auteur américain plutôt controversé, voire sulfureux. Peu importe, l'objet ici, n'est pas de rendre

Ne laissez personne dénaturer ce que vous êtes

Lettrasso m'a demandé un article à leur remettre avant lundi midi. Et nous sommes dimanche. Et bien sûr, je n'ai pas ou peu d'idées. Faire le point sur les attentes des

Street Medic : le bénévolat de tous les dangers

Le journaliste américain, qui écrit en France sous le pseudo de "Mon Oncle d'Amérique" (1) nous a envoyé un article sur le rôle indispensable des "Street Medic" (2) dans les

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Les associations sont la colonne vertébrale de la France

Les associations sont la colonne vertébrale de la France. Pas un seul secteur d'activité qui ne soit accompagné par une association. Nos structures sont l'alpha et l'oméga de

Selon les associations, le phénomène sectaire augmente de façon inquiétante en France

La définition de la secte est encore floue. Ce mot provient de deux mots latins "secare" qui veut dire couper et "sequi" qui signifie suivre. On sait qu'une secte fonctionne avec

Une application pour saisir en ligne le juge administratif

Télérecours citoyens, tel est son nom. Son rôle ? Contester les actes de l'administration devant un juge administratif, que ce soit un tribunal administratif, la cour

Fraude fiscale : on achève bien les enquêteurs

Selon un rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques (1), le montant total de l'évasion fiscale s'élève à 100 milliards d'euros par an. Le ministre de l'Economie et des

Lutte contre l'obsolescence programmée : une association en première ligne

Nos associations sont partout et de tous les combats. Il semble donc naturel d'en trouver une qui fait de la lutte contre l'obsolescence programmée, un objectif de première

15 millions d'euros supplémentaires pour les associations en 2019 ?

C'est le 15 février dernier que le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a fait cette annonce. Nous avons attendu presque un mois avant de la relayer afin de

Terre de liens : une association qui a les pieds bien sur terre

Née en 2003, de la convergence de différents réseaux liés à l'éducation populaire, à la finance éthique, à l'économie solidaire, à l'agriculture biologique et biodynamique et au

Pour le collectif ALERTE, les aides sociales ne doivent pas faire l'objet de contreparties

Créé en 1994, le collectif ALERTE (1) n'est pas né du hasard, mais d'un travail de terrain où les associations ont appris à réfléchir ensemble et à agir pour une cause commune qui

Lettre ouverte d'un président à un autre président

Le président de la fédération APAJH (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés), M. Jean-Louis Garcia, a choisi d'adresser une lettre ouverte au président de la République.

Premier point sur la feuille de route Vie associative du gouvernement

Le 29 novembre 2018, le secrétaire d'Etat à la vie associative, Gabriel Attal, (1) a présenté la feuille de route (ce qui fait un peu jargon militaire) du gouvernement pour le

Découvrir 10 autres articles