Ils sont foot ces Gaulois

16-07-2018 SOCIETE LIBRE
La France a gagné la Coupe du Monde. On ne précise pas le sport, cela n'est pas utile. La joie est partout, débordant sur les trottoirs comme dans les champs. Une joie qui fait du bien à voir et à vivre tant notre pays est à la peine en terme d'amour de soi. Sans pour autant supporter la critique venue d'ailleurs. Et notre Cyrano de le dire en vers et contre tous : "Je me les sers moi-même, avec assez de verve, Mais je ne permets pas qu'un autre me les serve."

Ainsi, nous sommes heureux ensemble. Notre cher et vieux pays réconcilié avec ses démons et ses querelles par un ballon et quelques francs-tireurs plus Rastignac que l'Eugène de "La Comédie humaine".

Si l'historien Michelet est l'auteur de notre "Roman national", qui n'a que peu à voir avec la véracité historique, les Bleus, par deux fois, sont aussi des Michelet à crampons qui écrivent à coups de pieds un "Roman national" que l'on aime croire vrai. L'équipe de Zidane nous a fait rêver à une France black blanc beur vite rattrapée 4 ans après par la présence de Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de 2002.

En 2017, habitués que nous sommes devenus de la présence de l'extrême droite au second tour, nous avons entériné les faits sans sourciller. La composition de l'équipe de France 2018 n'a pourtant pas changé, toujours aussi black blanc beur. A tel point que l'équipe de Croatie avec ses visages pâles nous a semblé venir d'une autre planète. Le mélange a pourtant du bon si l'on tient compte du résultat final.

L'oeil malin de Paul Pogba, le sourire matou de Olivier Giroud, l'insolente jeunesse de Kylian Mbappé, la solidité de Benjamin Pavard, la lucidité d'Antoine Griezmann, et Lloris, Kanté, Umtiti, Lucas, Varane, Matuidi, Dembélé, Fekir, Tolisso, Nzonzi, etc. Une France comme elle est avec les racines de son héritage et les apports qu'elle a, tant bien que mal, fini par accepter.

Didier Deschamps a bordé cette équipe avec l'assurance d'un contremaître. Fonction dévolue aux ouvriers méritants et expérimentés. Deschamps n'a pas démérité et son expérience a fait de lui l'homme de la situation. Et si Zidane semble rôder autour du poste, il va falloir qu'il s'arme de patience. L'homme Deschamps va rester maître de la pelouse des Bleus pour encore quelques années.

Michelet nous a donné, dans son "Roman national", qu'il voulait Histoire de France, des ancêtres Gaulois que les manuels scolaires de la Troisième République représentaient grands, blonds et moustachus. Il est vrai que les révolutionnaires de 1789 avaient préparé la généalogie en imposant cette théorie d'ancêtres Gaulois pour lutter contre l'origine francique de la noblesse.

En 2016, le candidat à la primaire de la droite pour la présidentielle 2017, Sarkozy, avait lancé à la tribune : "Dès que l'on devient français, nos ancêtres sont gaulois". Ce qui est certain, c'est que notre pays, carrefour obligé de l'Europe et du monde, est le résultat d'un mélange qui, hier face à la Croatie, a montré que le métissage avait du bon. Du très bon même.



Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif