L'histoire de la femme qui n'est jamais morte

17-08-2015 SOCIETE LIBRE
Mourir cela n'est rien, mourir la belle affaire. Mais vieillir... ô vieillir... Ainsi parlait Jacques Brel dans l'une de ses dernière chanson : Vieillir. Est-il possible de ne pas mourir ? Est-il possible, en ne mourant pas, de ne pas vieillir ? Bonne question... Cela n'existe pas car impossible, n'est-ce pas ? Et pourtant, voici l'histoire d'une femme qui n'est jamais morte et qui ne vieillit pas non plus. Comment est-ce possible ? Laissez-nous vous raconter l'histoire de madame Henrietta Lacks

Tout commence en février 1951 dans le service de recherche sur la culture des tissus humains à l'hôpital John Hopkins de Baltimore, aux Etats-unis. Le professeur en charge de ce service est le docteur George Otto Gey.

Avec sa femme, cela fait plus de 20 ans qu'ils essaient, en vain, de maintenir en culture des cellules cancéreuses afin de pouvoir les étudier. Mission impossible, à cause du faible nombre de divisions, la lignée cellulaire cultivée à l'extérieur d'un corps humain finissait par s'éteindre au grand désespoir du couple de chercheurs.

Dans une salle de l'hôpital Hopkins réservée aux noirs (nous sommes en pleine ségrégation raciale aux USA), on présente au professeur Gey une jeune mère de famille âgée de 31 ans qui vient pour se faire soigner d'une tumeur maligne au col de l'utérus détectée huit jours plus tôt.

Elle est traitée, comme tous les malades de l'époque, au radium. Le gynécologue qui la suit prélève un échantillon de sa tumeur et le montre au Dr Gey. Ce dernier analyse les cellules cancéreuses prélevées et fait alors une découverte extraordinaire. Non seulement elles sont immortelles, mais elles prolifèrent sans limite.

C'est la présence d'une enzyme particulière dans les cellules d'Henrietta Lacks, et qui n'a été retrouvée nul part ailleurs, qui accélère la prolifération non contrôlée par divisions successives. Cette découverte fut d'un grand intérêt pour George Otto Gey car il pouvait non seulement cultiver in vitro des cellules humaines, mais également les distribuer dans d'autres laboratoires. Elles furent baptisées cellules HeLa (pour Henrietta Lacks).

Cette lignée cellulaire est, à l'heure actuelle, la lignée standard pour toutes les études de cancérologie et biologie cellulaire effectuées sur des cellules humaines. Tous les scientifiques travaillent donc avec ces cellules, issues du corps d'Henrietta Lacks. Elles auront même effectué un séjour dans l'espace afin de savoir si des cellules humaines pouvaient survivre en l'absence de gravité.

Aujourd'hui, le nombre actuel de cellules HeLa disponibles à travers le monde dépasse le nombre de cellules présentes dans le corps humain (environ cent mille milliards de cellules chez un homme adulte).
Vous l'aurez compris, ce sont les cellules d'Henrietta Lacks qui sont devenues immortelles et pas elle. Car si ses cellules prospéraient à toute vitesse dans les tubes à essai, elles faisaient de même dans son organisme. Henrietta est morte le 5 octobre 1951 d'un cancer généralisé.

Mais cette histoire ne s'arrête pas là et pose de nombreuses questions d'ordre éthique à commencer par le fait que les cellules ont été initialement prélevées sans l'autorisation de la patiente ou de sa famille.

Ensuite, et même si chacun peut avoir sur ce point une réponse très personnelle, on peut se demander si des cellules prélevées sur un individu, et qui contiennent donc son ADN, lui appartiennent toujours post-mortem ? La question fut posée à la Cour suprême de Californie qui statua que ce n'était pas le cas et que donc les cellules d'Henrietta Lacks pouvaient être distribuées et commercialisées librement.

A l'heure actuelle, des centaines d'entreprises vendent désormais des cellules HeLa à différents laboratoires à travers le monde et s'enrichissent grâce à une femme qui en est morte et qui n'a jamais donné son accord dans la mesure où personne n'a jamais pensé à le lui demander. Depuis 1952, ces cellules ont permis de remporter plusieurs prix Nobel, de sauver des centaines de milliers de vies et sont à l'origine de la mise au point du vaccin contre la Polio par le professeur Jonas Salk (1).

Henrietta Lacks a été enterrée dans le dénuement le plus complet sans même une pierre tombale. Sa famille elle-même n'apprit l'utilisation des cellules que 20 ans plus tard et n'a jamais pu prétendre au moindre centime de ce commerce très lucratif.

Henrietta Lacks, petite fille d'esclaves, qui n'avait jamais traversé plus longue distance que celle séparant la Virginie de Baltimore, n'aura jamais su que ses cellules se multiplieraient dans les laboratoires du monde entier et la rendrait ainsi immortelle. On ne peut que souhaiter que son souvenir le soit aussi... (2)

En savoir plus
(1) Le cas du professeur Jonas Salk est intéressant. Il découvre, grâce aux cellules de Henrietta Lacks, le vaccin contre la polio en 1954. Il a choisi de ne pas le faire breveter afin qu'il profite au plus grand nombre. Un journaliste économique s'est empressé de faire une estimation du montant des pertes auxquelles Jonas Salk a consenti en ne déposant pas de brevet : 7 milliards de dollars. Par cupidité, plusieurs laboratoires américains se lancent précipitamment dans la fabrication du vaccin. L'un deux, le laboratoire Cutter, fournit un vaccin insuffisamment inactivé, qui contaminera plusieurs centaines d'enfants vaccinés. Le "Cutter incident" mettra un frein momentané à la campagne mondiale de vaccination. Des centaines d'enfants dans le monde en mourront faute de vaccins.

(2) Une plaque a été déposée le 29 juillet 2011, près de l'église "St. Matthew Baptist Church" à Philadelphie (Etat de de Pennsylvanie), ville supposée de son inhumation.



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Loi NOTRe : un frein pour l'avenir des subventions ?

La loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) a entraîné des transferts de compétences des communes vers des communautés de communes et d'agglomérations, a

Dons aux associations : attention aux moyens de paiements utilisés

Les moyens techniques mis à la disposition des donateurs augmentent sans cesse. De Facebook à Whatsapp en passant par Signal, Telegram, Paypal et bien d'autres, les plateformes

Une SARL membre d'une association : quelles sont les règles à respecter ?

Pour des raisons diverses et pas toujours tout à fait légales, de plus en plus d'entreprises petites ou moyennes se retrouvent membres d'associations. Comment articuler cette

Bénévolat : va-t-on remplacer la déduction fiscale par un crédit d'impôt ?

Conscients de l'importance du bénévolat associatif, tous les gouvernements ont cherché à l'encourager. Ils ont par exemple mis en place un système de déduction fiscale des frais

Chronique d'une mort annoncée : les Missions Locales ?

Nous avons écrit, en novembre 2018, un article intitulé : "Les missions locales nouvelle cible du gouvernement ?" (1). Ce que nous avions, hélas prévu, est en train de se dérouler

Affaire Apollonia : l'étrange bilan judiciaire d'une bien étrange affaire

Suite à la parution de notre article en mars 2013 : "L'affaire Apollonia : le procès de la défiscalisation ?" (1), nous avons été profondément surpris de son succès. Nous avons

Réduction d'impôt mécénat : le piège pour les petites associations

Les petites associations peinent à boucler leur budget, ce n'est pas une surprise. La tentation de faire des appels aux dons est grande, même si le résultat reste aléatoire.

L'insécurité juridique des associations sportives concernant les cotisations sociales

De 1994 jusqu'à la loi de financement de la sécurité sociale de 2015, l'association sportive calculait la cotisation de sécurité sociale sur une base forfaitaire plutôt que sur la

Violences faites aux femmes : vers une augmentation des aides aux associations ?

En moyenne, le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans qui au cours d'une année sont victimes de violences physique et/ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire,

Quelles sont les seules règles applicables aux associations pour un paiement par chèque

Une association qui se présente, dans une enseigne de la grande distribution, avec un chéquier pour payer ses achats se trouve confrontée, dans la plupart des cas, à de sérieuses

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Elles ferment sans crier gare

Au début, parce qu'il y a toujours un début à tout, les trains ne s'arrêtent presque plus. Un au petit matin, parfois encore un à midi et puis celui du soir. Difficile alors d'y

Les lapsus des femmes et des hommes politiques

En ce printemps étrangement agité, il est peut-être temps de faire une pause en se penchant sur les lapsus de nos politiques. Le mot d'abord, qui nous vient du latin Labor qui

Quand le nom de ma commune fait rire

Quand on arrive à Vatan (36 150), on peut craindre un accueil polaire. Mais est-ce que la vie est plus drôle à Marans (17 230), plus sexy à Corps Nuds (35 150), plus tendre à

L'Eurovision : une vision de l'Europe ?

J'ai l'âge d'avoir assisté à la retransmission du Grand Prix de l'Eurovision qui a vu la française Marie Myriam l'emporter avec sa chanson "L'oiseau et l'enfant" en 1977. Et je

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ?

Pourquoi - petit à petit - la solidarité remplace-t-elle la fraternité ? La question mérite d'être posée. La fraternité n'est-elle pas l'une des trois composantes de la devise de

Un déroulé de la France depuis la fenêtre d'un train

Prendre un TGV tôt le matin sous un ciel gris et bas, avec des traces de nuit qui flottent encore sur les quais encombrés d'une France embrumée. Paris, capitale du pays ? Et

Quand Victor Hugo nous parlait de la France

L'endroit sent l'humidité et la terre mouillée. Dans les arbres, un vent tenace lance ses griffes acérées sur les lourdes feuilles des tilleuls centenaires. Sur le mur, comme à

Une si douce France

Pour les lecteurs plus proches de la soixantaine, vous vous souvenez sans doute de l'affiche électorale de François Mitterrand en 1981. On y voyait le visage marmoréen du

Les Cloches de Notre Dame de Paris

Comme tout le monde, j'ai beaucoup pleuré hier au soir devant l'inimaginable spectacle d'une forêt qui brûle. Celle-ci avait poussé sous une toiture de plomb faite de 1326 tables

Les retraités doivent-ils être sages ?

Le président de la République a demandé à Mme Geneviève Legay (1), porte-parole d'Attac gravement blessée par une charge de policiers à Nice le 23 mars dernier, de faire preuve

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Quand les assemblées générales deviennent généreuses

Depuis 2009, le site HelloAsso s'est imposé peu à peu dans le paysage associatif français. De la gestion des billetteries à celles des adhésions en passant par le financement

En route vers un coopérativisme de plateforme ?

Comment répondre à la déshumanisation de nos échanges ? Comment contrer les visions destructrices de l'avenir ? Comment échapper au "tous contre tous" pour le profit de quelques

Le Haut-commissaire à l'ESS qui n'aime pas les associations

Il y a visiblement une constante avec les membres de ce gouvernement. Ils n'aiment pas celles et ceux qui osent résister. C'est actuellement le cas avec les enseignants qui ont

Le bénévolat : évolution et tendances fortes 2010 2019

Depuis l'année 2010, France bénévolat (1) nous propose son baromètre de l'évolution du bénévolat (pour les années 2010, 2013, 2016 et 2019). Une réalisation confiée à l'IFOP avec

Et la Nef va : une coopérative qui fait du bien à l'Economie Sociale et Solidaire

Alors que la gouvernance d'une mutuelle comme la Macif pose question (1) tant les rémunérations des dirigeants et administrateurs du groupe ont explosées, il y a des coopératives

Vers une remise en cause des frais bancaires appliqués par les banques ?

Au mois de février dernier, une étude menée par l'association 60 millions de consommateurs et par l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF), a révélé la mise en place

La reconstruction de Notre Dame passe en vitesse accélérée

Le monde entier a vécu l'incendie de Notre Dame de Paris comme une énorme catastrophe. De tous les pays sont venus des témoignages de solidarité avec la ville de Paris et sa

Une Agence Nationale du Sport : pour quoi faire exactement ?

L'arrêté du 20 avril 2019 porte approbation de la convention constitutive du groupement d'intérêt public dénommé "Agence nationale du sport" (1). Et ce malgré l'avis défavorable

Les associations sont la colonne vertébrale de la France

Les associations sont la colonne vertébrale de la France. Pas un seul secteur d'activité qui ne soit accompagné par une association. Nos structures sont l'alpha et l'oméga de

Selon les associations, le phénomène sectaire augmente de façon inquiétante en France

La définition de la secte est encore floue. Ce mot provient de deux mots latins "secare" qui veut dire couper et "sequi" qui signifie suivre. On sait qu'une secte fonctionne avec

Découvrir 10 autres articles