L'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui regarde le doigt

15-10-2019 SOCIETE LIBRE
Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt. Ce proverbe chinois illustre à merveille mon propos du jour. Comment ne pas voir, à défaut de bien comprendre, que l'information qui nous arrive par vagues émotionnelles successives et incessantes, ne sert plus à nous informer mais à nous détourner. Alors que la lune nous parle, on nous montre le doigt. Et d'informés que nous pensions être, désorientés nous voici.

Traitons des faits, rien que des faits pour tenter de comprendre combien les médias ont aujourd'hui changé à la fois de nature et de conscience.

Camus qui n'était pas tendre avec la presse, dont il fut pourtant un membre éminent, nous laisse de nombreux aphorismes sur elle qui illustreront parfaitement mon propos. "Un journal libre se mesure autant à ce qu'il dit qu'à ce qu'il ne dit pas."

Lors de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol à Rouen, 4 252,047 tonnes de produits ont également brûlé chez Normandie Logistique, l'usine voisine, dont 1 691 tonnes de produits Lubrizol. A ce tonnage, il faut ajouter les 5 253 tonnes de produits chimiques partis en fumée sur le site de Lubrizol lui-même. Ce qui porte à 9 505 tonnes, la quantité totale de produits brûlés lors du spectaculaire incendie du 26 septembre.

Cette catastrophe écologique de première importance méritait une couverture médiatique à la hauteur des risques encourus par les habitants. L'ancien président Chirac meurt le même jour. Que la presse s'empare du sujet, rien de plus normal. On peut même estimer qu'une journée entière pouvait lui être consacrée sur les médias. Mais 5 jours ?

Sans compter la retransmission de la cérémonie aux invalides dont on peut aisément penser que son rôle n'était pas anodin. Pourquoi un tel rabâchage, un aussi insidieux radotage qui ne nous aura rien épargné (sauf le manque de colonne vertébrale d'un animal politique qui était plus animal que politique). Pourquoi cacher le carnage rouennais derrière le paravent Chirac ?

En réponse, Camus encore lui, nous vient en aide avec cette approche simple et indiscutable : "Informer bien au lieu d'informer vite, préciser le sens de chaque nouvelle par un commentaire approprié, instaurer un journalisme critique et, en toutes choses, ne pas admettre que la politique l'emporte sur la morale ni que celle-ci tombe dans le moralisme." De nombreux ministres se sont rendus (très) rapidement à Rouen pour rassurer une population déboussolée par l'ampleur de la catastrophe et le manque d'informations officielles sur les risques encourus.

Ce cafouillage (le mot est faible) dans le traitement d'une situation hors du commun, a montré une fois de plus, l'incompétence et la responsabilité d'un préfet qui a pu, grâce à la loi ESSOC et un décret, faire augmenter la quantité de produits dangereux dans l'usine Lubrizol sans aucun contrôle et dont on découvre sidéré, qu'il ignore même quels produits ont brûlé. A quoi on peut ajouter le mépris de ministres incapables d'une parole juste, d'une compassion indispensable, d'une empathie qui ne soit pas de façade.

Pour sauver la macronie dans ses (basses) oeuvres, tous les médias ont accepté de faire diversion. Alors que Rouen souffrait, on nous a montré le doigt Chirac. "Toutes les contraintes du monde ne feront pas qu'un esprit un peu propre accepte d'être malhonnête." Camus pouvait-il imaginer le degré de saleté de certains esprits ? Comment un gouvernement peut-il laisser plus de 490 000 personnes (métropole rouennaise) dans l'angoisse totale et dans un abandon absolu ? Comment les journalistes ont-ils pu accepter de se prêter à ce jeu aussi cynique que macabre ?

Camus toujours et encore qui jamais n'abdiqua une conscience héritée des Lumières : "Une société qui supporte d'être distraite par une presse déshonorée et par un millier d'amuseurs cyniques court à l'esclavage malgré les protestations de ceux-là mêmes qui contribuent à sa dégradation." Oh combien ces mots sont justes de la part d'un homme qui ne connaissait pourtant ni BFMTV, ni CNEWS, ni LCI, ni FRANCE INFO, ni tout le reste.

Le 3 octobre, un massacre est perpétré à la préfecture de police de Paris. 4 morts égorgés et l'assassin tué dans la cour par un policier stagiaire. De nouveau l'incompétence s'emballe. Le ministre de l'intérieur connu pour être l'homme qui ment plus vite que son ombre s'empresse de préciser que l'assaillant n'avait : "jamais présenté de difficulté comportementale ni le moindre signe d'alerte."

Difficile de croire qu'au moment où il s'exprime devant la presse, il n'est pas déjà informé par ses services, d'autant plus que ceux-ci ont fait fuiter l'info à un journaliste, Clément Weill-Raynal du groupe France Télévisions. Ce dernier déclarera, à peine quelques heures après l'attentat que "l'hypothèse d'un acte motivé par l'islam radical ne peut plus être écarté." Il sera convoqué par sa hiérarchie et menacé de sanctions pour avoir dit la vérité.

Lorsque le mensonge politique est révélé, le ministre est sommé par l'opposition et une majorité de français (71%) de démissionner. La pression médiatique s'accélère alors et les jours de M. Castaner au ministère semblent comptés. Nous sommes alors le 11 octobre et pour beaucoup, la démission du ministre devrait intervenir pendant le weekend. Vendredi soir, 20h44, le site du journal Le Parisien annonce, avec un bandeau "Exclusif", que Xavier Dupont de Ligonnès a été arrêté à l'aéroport international de Glasgow en Ecosse.

Pour annoncer cela, les journalistes indiquent aux confrères avoir croisé l'information auprès de cinq sources distinctes proches du dossier (des policiers) et fiables et bénéficié de la validation de l'identification par la police écossaise. Une info en béton cautionnée par l'Agence France Presse moins de 30 minutes plus tard. Et l'emballement est total. D'émissions spéciales en envoyés spéciaux, tous les médias sans exception, véhiculent une information dont on sait aujourd'hui qu'elle était totalement fausse. Plusieurs jours de battages autour d'un fait inexistant. Là encore, ce n'est pas la lune qui est importante, mais le doigt.

"Une presse n'est pas vraie parce qu'elle est révolutionnaire. Elle n'est révolutionnaire que parce qu'elle est vraie." Camus. Après que la poussière de "l'affaire" Xavier Dupont de Ligonnès soit retombée, que les esprits échauffés soient refroidis, que notre attention détournée soit rétablie, nous découvrons ébahis que le sieur Castaner est toujours en place et que plus personne n'évoque sa possible démission. Existe-t-il un lien de cause à effet entre une fake-news et la rémission du ministre ? Sans doute le saurons-nous un jour.

Le temps des marronniers journalistiques a bien changé.
Jusqu'à l'arrivée tonitruante des chaînes d'information en continu, le marronnier journalistique était aussi bien la première rentrée des classes en maternelle, la première baignade, la première neige, les embouteillages du mois d'août, le salaire des cadres, les francs-maçons, comment perdre 3 kg avant l'été, etc. Aujourd'hui, il ne s'agit pas de remplir une actualité un peu vide, mais de détourner l'attention en jouant avec des sujets clivant. Et c'est ainsi que lorsque le sot regarde le "voile islamique", le gouvernement vend les "bijoux de famille" aux amis.

"La liberté de la presse n'est qu'un des visages de la liberté tout court et l'on comprendra notre obstination à la défendre si l'on veut bien admettre qu'il n'y a point d'autre façon de continuer à vivre debout."
Camus

En savoir plus
Un manifeste inédit d'Albert Camus sur la liberté de la presse



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Coronavirus : les dernières précisions législatives pour les associations

La semaine dernière, nous avons expliqué, en deux articles, l'impact économique de la crise du Covid19 sur les associations et les moyens mis en oeuvre par l'Etat pour y remédier

Une association loi de 1901 peut-elle avoir plusieurs présidents ?

Si la loi de 1901 ne prévoit rien quant à l'organisation interne d'une association, son article 1 précise tout de même "qu'elle est régie, quant à sa validité, par les principes

Les améliorations à venir du Portail unique association : Compte Asso

Pour les associations qui utilisent le Portail unique association nommé Compte Asso (1), la pauvreté des propositions qu'il offre peut déconcerter. En effet, en dehors du dépôt de

Coronavirus : l'impact économique sur les associations - Partie 2

Dans la première partie de ce dossier, nous avons expliqué comment bénéficier des aides, que le gouvernement a mis à la disposition des entreprises, quand on est une association.

Coronavirus : l'impact économique sur les associations - Partie 1

Partie 1 : Vaincre cette épidémie est une priorité. Mais que restera-t-il des associations après ce tsunami sanitaire ? Les conséquences financières seront délétères notamment

Révision des valeurs locatives des locaux professionnels : les associations pénalisées

Depuis le 1er janvier 2017 (1), chaque local professionnel (hors industrie) entrant dans le champ de la RVLLP (Révision des valeurs locatives des locaux professionnels) dispose

Attention au harcèlement moral des salariés au sein des associations

L'article 222-33-2 du Code pénal (1) donne une assez précise définition du harcèlement moral : "Le fait de harceler autrui par des propos ou comportements répétés ayant pour objet

Service Civique : missions d'intérêt général ou main-d'oeuvre peu coûteuse ?

Le Service Civique fête ses 10 années d'existence aujourd'hui 10 mars 2020. Mais assiste-t-on à un dévoiement de sa fonction première ? L'article L.120-9 du code du service

Sauvegarde du patrimoine : taux de TVA sur les travaux de rénovation

En France, le patrimoine impacte la vie de 500.000 salariés et attire 90 millions de visiteurs (1). Il s'agit donc d'un secteur important de l'activité économique du pays. Les

Le droit de la concurrence et le droit des associations

Depuis le temps que les associations sont contraintes et forcées de se comporter comme des entreprises, ne serait-ce que pour continuer à survivre, il était évident que, tôt ou

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Ce n'est pas le moment de polémiquer

Ce titre est-il une provocation à sourire ou une réalité ? Le gouvernement nous demande l'union sacrée. On oublie tout et on respecte les consignes de confinement. Nous ne pouvons

Voyage autour de ma chambre de confiné

"Voyage autour de ma chambre" est un beau récit du savoyard Xavier de Maistre. Ecrit en 1794, ce roman nous raconte l'histoire d'un jeune officier (l'auteur a 27 ans), mis aux

Et je me tue à vous dire que l'on ne va pas tous mourir

Covid-19, Coronavirus, pandémie coronarienne, interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes (à 999, aucun problème), le drame est posé, tous aux abris. Lisez cet

La croisade de Croizat

Nous sommes le 17 février 1951 à Paris. Dans la rue, c'est comme un fleuve où le tricolore émerge avec peine, de la brume noire du deuil. Il y a des lilas partout, des couronnes

GendNotes : application mobile de prise de notes

C'est par un petit décret paru le 20 février 2020 (1) que nous avons appris que nos gendarmes se voyaient offrir un beau jouet : le GendNotes. Et à quoi va servir cette

Mobilizon : une alternative aux événements et groupes Facebook

Framasoft est une association à but non lucratif créée en 2004, qui se consacre à l'éducation populaire et aux enjeux du numérique. Elle a lancé, en 2016, le projet Dégooglisons

Qu'est-ce qui se cache derrière la Cour multilatérale d'investissement ?

A partir du moment où un pays signe un accord commercial avec un autre pays, il faut, pour arbitrer un éventuel conflit entre les deux parties, une Cour spécifique dédiée au

Recrutement 2020 pour le Service National Universel

Selon la définition du dictionnaire, le mot universel se dit de ce qui peut s'appliquer à toutes et tous, qui peut être reconnu par le monde entier comme utilisable. Par exemple :

Le Sénat lance un site de pétitions en ligne

On a de la peine à imaginer M. Gérard Larcher, président du Sénat, en surfeur. Son embonpoint ne lui permettant pas de tâter de la vague ni de trouver une planche à sa mesure. Et

Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?

Des journaux comme Le Monde ou encore Libération, Le Parisien, etc. commencent à s'interroger : "Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?" Et cette question

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Quand la crise sanitaire devient aussi culturelle

L'épidémie de Coronavirus, par son intensité, pénalise le pays dans son entier. Et il ne s'agit pas ici de dire qu'un domaine est plus en danger qu'un autre. Nous sommes tous dans

L'armée est appelée en renfort pour faire face au coronavirus

Alors que la polémique enflait autour du maintien ou pas du premier tour des élections municipale, le gouvernement a publié un décret (1) relatif aux organismes susceptibles

Deux poids et deux mesures

C'est la circulaire du 15 mai 2018 (1) qui précise les obligations des associations organisatrices de manifestations sportives ou culturelles en ce qui concerne l'indemnisation du

Le retour des supermarchés coopératifs : une belle histoire

La coopérative est l'une des plus anciennes organisations humaines. Certains historiens font remonter la première coopérative au 13ème siècle. Il s'agit des "Coopératives

La prime Macron sera également versée aux associations d'intérêt général

Pour que la prime "Macron", dans sa version 2020, soit exonérée d'impôt sur le revenu et de cotisation sociale ou tout autre contribution, les textes posaient plusieurs conditions

Je redresse la barre avant qu'il ne soit trop tard

France Active a décidé de publier, avec le Centre de ressources Financement du Dispositif local d'accompagnement (DLA), un guide à destination des dirigeants associatifs et de

Quel avenir pour l'allocation d'adulte handicapé ?

Le 4 février dernier, le journal Libération faisait paraître une tribune d'un certain nombre d'associations qui dénoncent, de façon assez virulente, le semblant de concertation

Pour une lucrativité associative assumée ?

Selon une enquête Ifop réalisée durant le mois de janvier pour le Mouvement associatif, neuf Français sur dix considèrent les associations comme des acteurs importants de la vie

Municipales 2020 : élection importante pour les associations

S'il y a une élection qui concerne les associations au premier chef, c'est bien l'élection municipale. En effet, le financement qu'apporte les communes représente 11,3% des

Que serait la France sans ses associations ?

La première qualité du secteur associatif, c'est sa pérennité, qu'il doit à son statut plus que centenaire (119 ans). Une qualité trop souvent moquée ou ringardisée dans une

Découvrir 10 autres articles