Laïcité, pour ses 110 ans la messe n'est pas dite

14-12-2015 SOCIETE LIBRE
La loi de 1901 est la mère de celle de 1905. Sans la première, la seconde n'aurait pas pu voir le jour. La loi de 1905 est celle de la séparation des Eglises et de l'Etat dite loi de la Laïcité. La France est donc devenu un pays laïc il y a seulement 110 ans. Il aura fallu, pour en arriver là, plusieurs guerres civiles où l'horreur et le meurtre se cachaient derrière les Croix. Combien de "Saint Barthélémy" pour que les Eglises de l'époque cèdent enfin à la raison ?

110 ans et la France n'est toujours pas apaisée du côté d'une laïcité qui gratte et irrite encore beaucoup de monde.

Ce qui s'est passé lors des manifestations contre le "mariage pour tous" en dit bien plus long que tous les discours convenus sur le sujet. Et "nos racines chrétiennes" plébiscitées par certains responsables politiques démontrent que notre avenir laïc commun n'est pas gravé dans le marbre. Sans oublier un ancien président de la République qui estimait le 20 décembre 2007 que : "....dans la transmission des valeurs et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur..." (1)

Pas de laïcité à géométrie variable
La séparation des Eglises et de l'Etat ne doit souffrir aucune exception. Tous les citoyens, croyants ou non, doivent être égaux devant cette loi qui délimite les contours de la sphère privée, qu'elle soit religieuse ou pas. Transiger sur l'avortement, les menus des cantines scolaires, le contenu d'oeuvres culturelles, l'aménagement des horaires de piscine, l'installation de lieux de cultes dans des entreprises publiques, etc. pour complaire à l'un ou l'autre est inacceptable.

La laïcité est une loi de liberté qui assure la coexistence pacifique des religions et des associations agnostiques ou bien athées. La laïcité est une loi d'égalité parce que toutes les associations de pensées, qu'elles soient religieuses ou antireligieuses, ont un droit d'existence garanti par l'Etat. La laïcité est une loi de fraternité car elle a mis fin à des siècles de guerres aussi horribles que stupides.

Des migrants vont arriver dans notre pays. Ils seront sans aucun doute très nombreux. On peut ériger tous les murs, nous ne pourrons pas empêcher cela, sauf à tirer dans le tas. Aucune démocratie ne prendra ce risque et c'est heureux.

Connaissez-vous l'expression "mettre les patins" ?
C'était la phrase favorite de ma tante. A peine avais-je eu le temps d'ouvrir la porte, que je l'entendais crier : "tu as mis les patins" ? Son parquet était sans doute un prolongement boisé de sa personne. Toujours est-il que j'avais intérêt à les "mettre", ces fameux patins.

Les réfugiés qui vont arriver chez nous pour y vivre en paix ne seront pas reçus sans de profondes réticences et c'est normal. Ils doivent comprendre, pour que l'accueil soit un peu plus cordial, qu'ils devront faire l'effort de "mettre les patins".

Les Français ne demandent pas aux musulmans de renoncer à leurs croyances, à leurs prières, à leur refus de manger du porc, à leurs particularismes religieux dans la mesure où cela reste compatible avec nos règles de vie. De la même façon, ils n'ont pas à nous demander de renoncer à pratiquer, dans une France laïque, l'athéisme, le catholicisme, le protestantisme, le judaïsme et tous nos "ismes" à nous.

Ils doivent savoir, ces migrants qui vont arriver, qu'ils entreront dans un pays où des valeurs très fortes ne peuvent en aucun cas être contestées :
- l'égalité entre les hommes et les femmes,
- la liberté de penser, d'écrire, de filmer, de dessiner, etc. ce que l'on veut et comme on le souhaite,
- la possibilité de croire ou de ne pas croire,
- le respect de l'espace public,
- l'apprentissage de notre langue,
- et tout ce qu'ils découvriront au fur et à mesure...

Si les migrants oublient de mettre les patins, une guerre civile n'est pas à exclure. Ils risquent alors de retrouver ici ce qu'ils ont fui chez eux...

110 ans et combien de renoncements ?
Le 17 novembre 1918, la cathédrale de Paris est noire de monde, plus une seule chaise de libre. La foule se presse et entonne en choeur une Marseillaise d'une rare ferveur patriotique. Seule absence remarquable : tous les membres du gouvernement ! Cette histoire se déroule 6 jours après la signature de l'armistice. Le président du Conseil, un certain Georges Clemenceau, s'est opposé au nom de la loi de 1905 à la présence de ses ministres à cette cérémonie religieuse pourtant hautement symbolique.

Le 15 novembre 2015, au même endroit et pour honorer les morts des attentats, la Marseillaise est jouée par les grandes orgues sous lesquelles se presse tout le gratin politique, ministres en tête. 97 ans séparent ces deux dates et combien de renoncements ?

En savoir plus
(1) Pour bien comprendre les menaces qui pèsent sur notre laïcité, et les renoncements politiques qui ne cessent de l'affaiblir, je vous conseille la lecture du discours qu'a prononcé Nicolas Sarkozy au Palais du Latran le 20 décembre 2007. Il était alors président d'une République laïque et démocratique.
Discours de Nicolas Sarkozy au Palais du Latran le 20 décembre 2007 - Le Monde



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Exclusion d'un membre d'une association : le doute se cache dans les détails

Au mois d'octobre 2019, nous avons traité ici de l'exigence d'impartialité (1) qui doit être prise en compte lors de l'exclusion d'un membre d'une association en confrontant

Quel statut pour les bénévoles occasionnels : responsabilités et risques juridiques

Ces dernières années, il y a eu un changement important au sein des associations : l'arrivée des bénévoles occasionnels. Si nos bénévoles sont encore 45% à s'investir

La mort est un marché très lucratif

C'est encore une association (1) qui révèle un curieux commerce, dont personnellement, j'ignorais tout. Comment imaginer que certains puissent gagner de l'argent (entre 500 000 et

Assiste-t-on à une baisse significative du budget alloué au Service Civique ?

Visiblement, l'articulation budgétaire entre le Service Civique et le Service National Universel (SNU) semble se dérouler au détriment du premier. Alors même que le SNU n'a pas

Remboursement des frais : les bénévoles sont-ils tous égaux ?

Nous le savons tous, le bénévole qui effectue une dépense pour le compte d'une association peut, et c'est bien normal, demander à cette dernière le remboursement des frais

Panorama législatif des associations pour 2020

Le panorama législatif des associations pour 2020 a-t-il beaucoup changé ? Bien sûr, il y a les augmentations de différents plafonds (sécurité sociale, forfaits divers, etc.).

Associations : attention aux faits reprochés utilisés pour justifier un licenciement

Le licenciement d'un salarié, surtout au sein d'une association de petite taille, n'est pas sans conséquences sur le fonctionnement de la structure. D'autant plus si les faits qui

Travailleurs handicapés : le point sur les nouvelles règles d'embauche

Depuis le 1er janvier 2020, la réforme portée par la loi de septembre 2018 (1) apporte des modifications profondes sur l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés (OETH). Si

Le point sur le développement des monnaies locales complémentaires

Les monnaies locales complémentaires et citoyennes (MLCC) sont reconnues par l'autorité de contrôle prudentiel de la Banque de France et par la loi 2014-856 du 31 juillet 2014

Droit au compte bancaire pour les associations et droit de gestion pour les présidents

Les banques sont aujourd'hui toutes puissantes et de très nombreuses associations ont du mal à en trouver une qui accepte de gérer "un compte sans intérêt" comme il a été répondu

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Le Sénat lance un site de pétitions en ligne

On a de la peine à imaginer M. Gérard Larcher, président du Sénat, en surfeur. Son embonpoint ne lui permettant pas de tâter de la vague ni de trouver une planche à sa mesure. Et

Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?

Des journaux comme Le Monde ou encore Libération, Le Parisien, etc. commencent à s'interroger : "Le droit de manifester est-il toujours garanti en France ?" Et cette question

Au secours, mon robot de cuisine a été piraté

Ce qui est bien avec mes concitoyens, c'est qu'il y a toujours matière à sourire. Même si parfois, ce sourire bienveillant se transforme en rire jaune. Vous souvenez-vous du

Loi de finances 2020 : quoi de neuf pour les associations ?

Le Mouvement associatif (1) avait, dès la parution du projet de loi de finances pour 2020, tenté de proposer des mesures en faveur des associations. Une demande qui ne pouvait que

Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre

Le Registre des Malformations en Rhône-Alpes (REMERA) est une association qui mène une double mission : de santé publique en décrivant l'incidence des malformations congénitales

Quand la ruche dit oui

La ruche qui dit oui est une entreprise commerciale française (Equanum SAS avec un agrément ESUS) issue de l'Économie collaborative au même titre que Uber, Rn&B et autres

Les Sentinelles de la Nature

L'idée est toute simple, encore fallait-il y penser. Nous avons presque tous un smartphone. Nous aimons tous nous promener dans la nature. Et nous sommes tous accablés de

Le baromètre de la fraternité en forte hausse

Les inondations dans le sud de la France nous font découvrir des images de désolation. Entre ceux qui ont tout perdu sauf la vie et ceux qui pleurent un proche disparu, les images

Le coeur des soignants

L'enfant pleure, allongé sur un brancard, dans le couloir neutre du CHU de Rennes. Dans quelques minutes, il sera endormi puis opéré. Ses parents n'ont pas pu l'accompagner

Le projet de Terminal 4 à l'aéroport de Roissy

Lors du sommet climat le 24 septembre 2019 à l'assemblée générale de l'ONU, le président de la République a fait un discours remarquable et remarqué sur les moyens de lutter

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Municipales 2020 : élection importante pour les associations

S'il y a une élection qui concerne les associations au premier chef, c'est bien l'élection municipale. En effet, le financement qu'apporte les communes représente 11,3% des

Que serait la France sans ses associations ?

La première qualité du secteur associatif, c'est sa pérennité, qu'il doit à son statut plus que centenaire (119 ans). Une qualité trop souvent moquée ou ringardisée dans une

Le CDD multi-remplacement : pourquoi faire ?

Le 18 décembre 2019 a été publié, au Journal Officiel, le décret n° 2019-1388 chargé de lister les secteurs d'activité autorisés à mettre en oeuvre l'expérimentation du CDD

La campagne 2020 du Fonds pour le développement de la vie associative est lancée

Depuis le décret 2018-460 du 8 juin 2018 relatif au fonds pour le développement de la vie associative, le FDVA se voit confier deux modalités de financement distinctes : le

Les Mutuelles de France appellent à manifester le 17 décembre

La Fédération des Mutuelles de France est née le 31 janvier 1986 d'une scission entre la Fédération Nationale des Mutuelles de Travailleurs et la Fédération Nationale de la

Le rôle des retraités dans les instances dirigeantes des associations

Alors que la réforme des retraites s'avance à pas de loup depuis que la contestation gagne du terrain, il est utile de s'intéresser au rôle des retraités dans les instances

La réforme des retraites : c'est François Fillon qui en parle le mieux

Vous vous demandez sans doute ce que vient faire François Fillon dans la réforme actuelle des retraites. Réforme qui risque bien de mettre des millions de Français dans la rue.

Mesurer l'Impact Social d'une association : une évaluation malaisée et malhonnête

Selon l'Avise, grande papesse du concept d'impact social, "Evaluer son impact social permet de démontrer que son activité est utile pour la société, d'affirmer son identité,

Service civique : les premiers chiffres de la grande enquête d'ampleur 2017-2018

C'est sous l'impulsion de l'Agence du Service Civique que l'INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire) a mené la première enquête statistique

BénévaLibre : le logiciel libre et gratuit pour faciliter la gestion des bénévoles

Quelle est la principale ressource d'une association ? Ce sont ses bénévoles naturellement. Et plus ils sont actifs en son sein, et mieux se porte la structure. Le bénévolat, par

Découvrir 10 autres articles