Les associations : les oubliées du Grand Débat National

14-01-2019 SOCIETE LIBRE
C'est une constante chez le président de la République, sa difficulté à appréhender les corps intermédiaires dont les associations sont partie intégrante. La lecture de sa "Lettre ouverte aux Français" est, à ce titre, édifiante. Le mot "association" n'est pas cité une seule fois. Oublier un corps intermédiaire qui représente, en pourcentage de la population française, 25% de bénévoles actifs et 38% intéressés par le bénévolat, est pour le moins étonnant.

L'association des maires ruraux de France, autre corps intermédiaire ignoré, a déclaré : "On organise pas le grand débat. On met des moyens matériels à disposition. On est facilitateurs, sans ingérence politique ou idéologique".

Parce que le président avait boudé le 101ème Congrès des Maires de France fin 2018, André Laignel, vice-président de l'AMF a été encore plus explicite : "C'est une manoeuvre d'enfumage. Vous conviendrez que les maires de France ne se sentent en aucun cas engagés par ce débat et ne sauraient être à quelque niveau que ce soit co-organisateurs [...] C'est une totale incohérence et c'est surtout une volonté de communication, de campagne et non pas un véritable débat sérieux sur lequel quelque chose pourrait déboucher." (FranceInfo du 10-01).

Les associations oubliées, les maires révoltés, les Gilets Jaunes opposés, le "Grand Débat National" serait-il mort-né ? Sans prédire de l'avenir, il semble que les Français ne soient pas dupes. Ils sentent parfaitement que c'est un moyen, pour le président, de reprendre la main sur un mouvement social qui lui a dicté de force des "concessions financières" (prime d'activité, heures supplémentaires, etc.) qu'il n'avait absolument pas l'intention de faire.

Plus troublant est le rôle que l'exécutif semble vouloir faire jouer au débat. Alors que les Gilets Jaunes demandent une augmentation du SMIC, le président dans sa lettre leur répond "Laïcité". Alors que la rue réclame un "Référendum d'initiative citoyenne", la lettre propose "Immigration". Last but not least, la demande du "rétablissement de l'ISF" reçoit un curieux "Suppression de services publics". Trois thèmes qui n'ont jamais été traités par les Gilets Jaunes.

La pédagogie du président sur l'impôt est un modèle du genre. Alors que pour ne pas augmenter le SMIC, il défiscalise les heures supplémentaires, la prime exceptionnelle (ce qui représente un manque à gagner certain pour l'Etat), il nous explique que "L'impôt est au coeur de notre solidarité nationale. C'est lui qui finance nos services publics". Merci monsieur le professeur. Puis il rajoute l'air de rien : "Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ?". Quelle gentillesse.

Cette question est destinée à amorcer le coeur de sa philosophie : "Nous ne pouvons, quoi qu'il en soit, poursuivre les baisses d'impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique". Et de poursuivre finaud : "Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ? Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ?"

La santé, l'Education, les aides sociales coûtent effectivement un "pognon de dingue". Le président l'a dit et répété. Avec cette lettre, voici le message subliminal qu'il nous adresse : "seule une privatisation de certains services publics permettrait une baisse d'impôts". Hélas pour lui, les Français ont de la mémoire. De nombreux services, qui étaient auparavant publics, ont déjà été vendus au privé : la privatisation des autoroutes par exemple. Nos impôts ont-ils baissé pour autant ?

Quant à la promesse exprimée par le président de prendre en compte les propositions des Français, il ne faut se faire aucune illusion. Comment pourra-t-il faire la synthèse entre toutes les propositions qui seront forcément contraires ? En faisant du "en même temps" ? Ne pas oublier que ce président fraîchement élu, en 2017, avait promis zéro SDF à la fin de cette même année. L'association "Collectif Les Morts de la Rue" nous annonce déjà 15 décès de SDF depuis le 1er janvier 2019 et 422 en 2018.

Les 35 questions que le président de la République pose aux Français montrent une réalité que l'homme avait cherché à cacher avec sa posture jupitérienne. Il ne sait pas. Il ne sait rien. Il est perdu. Il demande à son peuple une direction qu'il est dans l'incapacité de prendre depuis que son bréviaire néolibéral ne fonctionne plus. En fait, dès le départ, il ne savait pas où emmener la France et les Français. Il n'a jamais su. Il déroulait simplement, avec talent, le programme économique européen.

Alors, il faut le dire, ce grand débat n'a pas d'autre objectif que d'endormir la rue en proposant des thèmes (immigration, laïcité, etc.) dont personne ou presque ne parle mais qui auront l'avantage de diviser, de cliver et de faire monter l'extrême droite pour se présenter en rempart de celle-ci lors des élections européennes. Cette attitude est irresponsable dans une France aussi divisée. Elle est indigne d'un chef d'Etat d'un pays comme le nôtre.

En savoir plus
Lettre aux Français



Depuis 1999 au service des associations
Jurisprudence, décrets, lois, etc.

Le nouveau mode d'emploi complet de la subvention

16-07-2024

Une association déclarée peut bénéficier de subventions versées par l'État, par une collectivité territoriale ou par un établissement public. Certes, c'est de plus en plus

La gouvernance bénévole et l'activité salariée au sein des associations

16-07-2024

En France, entre 1,4 et 1,5 millions d'associations étaient en activité en 2022/2023. Parmi elles, 146 740 associations emploient 1,8 million de salariés, soit près d'un salarié

Panorama associatif numéro 105 : juillet 2024

16-07-2024

Le Panorama associatif de Loi1901 a pour objectif de vous détailler plusieurs mesures qui ne peuvent pas faire l'objet d'un article complet, à l'unité, car trop courtes. Au

Requalification d'un CDD en CDI : nouvelle jurisprudence

09-07-2024

Selon l'article L 1242-12 du Code du Travail (1), un contrat de travail à durée déterminée (CDD) doit être établi par écrit, faute de quoi il est réputé conclu pour une durée

Réduction d'impôt pour dons : la protection animale en question

09-07-2024

L'objet social d'une association ne suffit pas à lui conférer le statut d'organisme à caractère philanthropique. En d'autres termes, même si ses activités peuvent se concevoir

Action de groupe : nouvelle jurisprudence

09-07-2024

L'action de groupe est une procédure de poursuite collective qui permet aux victimes d'un préjudice identique, de la part d'une même entreprise, de se regrouper devant les

Une nouvelle jurisprudence pour les pièces comptables communicables

02-07-2024

La communication des documents relatifs aux comptes et aux subventions accordées aux associations se réfère à l'article 10 de la loi du 12 avril 2000 (1), et pour les documents

Pourquoi et comment valoriser le bénévolat ?

02-07-2024

Près de 13 millions de personnes ont eu des activités bénévoles en 2023, soit presque un ­Français sur quatre. Cette générosité dans le don de temps libre semble importante. Mais

Associations : comment agir devant le juge administratif ?

02-07-2024

Comment déterminer si une association peut ou ne peut pas saisir le juge administratif ? Ce n'est pas qu'une question de droit. Il faut remplir plusieurs conditions pour avoir une

Urgence absolue pour révoquer un président : comment la caractériser ?

25-06-2024

Comment caractériser une urgence absolue ? Prenons un exemple concret : une association dont le président donne des cours de théâtre à de jeunes enfants, reçoit des plaintes de

Découvrir 10 autres articles
La société dans tous ses états

Pecunia non olet

16-07-2024

L'empereur romain Vespasien, pour trouver un moyen rapide de renflouer les caisses de l'empire, se trouva dans l'obligation de lever différentes taxes dont une le fit passer à la

La Joconde est définitivement Française

09-07-2024

Par les temps qui courent, posséder la nationalité française peut aider. Alors qu'être double-national n'offre pas des garanties suffisantes, être porteur de notre carte

Descendre à une gare qui n'existe pas

02-07-2024

Il y a parfois, dans la vie, des petits plaisirs qui ne se refusent pas. L'été est enfin là. Un été pas encore trop chaud mais avec parfois quelques gouttes qui viennent nous

Elections législatives : Les acteurs de l'ESS lancent un cri d'alerte

25-06-2024

Fait rarissime, les acteurs de l'Economie Sociale et Solidaire, unanimes, lancent un cri d'alerte face à la menace que fait peser sur l'organisation de la vie civile, la montée de

Peut-on encore s'inscrire sur les listes électorales pour les législatives 2024 ?

18-06-2024

Les 30 juin et 7 juillet prochain auront lieu les élections législatives. Le délai extrêmement court entre la parution du décret 2024-527 du 9 juin 2024 portant convocation des

La dite solution d'une dissolution

11-06-2024

Nous recevons beaucoup de courriers de nos lecteurs. Souvent, il faut bien le reconnaître, c'est pour nous morigéner sur certaines de nos prises de position. Parfois, on nous

1 an de nettoyage social avant les Jeux Olympiques de Paris 2024

04-06-2024

Le 31 octobre 2023, nous avons publié un article intitulé : "Le revers de la médaille". Il s'agissait alors de relayer le cri d'alarme lancé par Médecins du Monde et plus de 70

Dérives sectaires : le renforcement du rôle des associations

28-05-2024

La loi n° 2024-420 du 10 mai 2024 (1) visant à renforcer la lutte contre les dérives sectaires et à améliorer l'accompagnement des victimes, a été publiée au Journal Officiel le

C'est pour la bonne cause

21-05-2024

Le sociologue Simon Cottin-Marx a publié, en septembre 2021, un livre au titre évocateur : "C'est pour la bonne cause" (1). Un ouvrage destiné à penser le travail associatif avec

Protection de l'enfance : hébergement, mentorat, parrainage et mensonges

14-05-2024

Depuis l'entrée en vigueur de la loi du 7 février 2022, dite loi "Taquet", le parrainage et le mentorat sont enfin reconnus et font maintenant partie intégrante du dispositif de

Découvrir 10 autres articles
Un peu d'ESS dans nos associations

Financer une association en donnant des jours de congés

16-07-2024

Depuis la loi 2024-344 du 15 avril 2024 (1), il est possible pour un salarié de renoncer à ses jours de congés payés pour en faire don à une association RUP ou d'intérêt général.

Contexte économique et générosité

09-07-2024

Pour les associations et fondations, c'est la saison des premiers bilans. Quid de la générosité de vos donateurs ? Selon le Baromètre 2024 de la générosité Novos-France

Vive la 19ème édition de La France bénévole

02-07-2024

L'édition 2024 de La France bénévole est présentée, pour la 1ère fois, sous une forme synthétique illustrée. Cette nouvelle étude s'appuie sur les résultats des 2 baromètres qui

La 22ème édition du Baromètre de la finance solidaire

25-06-2024

Le 19 juin 2024, l'association FAIR (1) a publié son 22ème baromètre de la finance solidaire. Et c'est une bonne surprise. En effet, l'épargne solidaire poursuit sa progression et

Cautionnement associatif : les recours possibles

18-06-2024

Une association peut-elle se porter caution ? Oui, une personne morale peut aussi se porter caution. Par exemple, une association d'aide aux locataires peut se porter garant en

Financement des associations : le cri d'alarme du CESE

11-06-2024

Le 28 mai 2024, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a adopté à l'unanimité un avis qui alerte (c'est un euphémisme) sur la situation critique des associations.

Certificat de formation à la gestion associative : l'indispensable Sésame

04-06-2024

C'est en 2005, que l'ex Conseil National de la Jeunesse devenu aujourd'hui Conseil d'orientation des politiques de jeunesse (COJ) a souhaité mettre en place une formation

Association syndicale libre : le respect des statuts avant tout

28-05-2024

Bien qu'elles répondent aux mêmes objets que les autres associations syndicales de propriétaires, les associations syndicales libres (ASL) ont un régime de déclaration très proche

La finance solidaire au service des associations

21-05-2024

Qu'est-ce que c'est que la "Finance Solidaire" ? La finance solidaire relie les épargnants qui cherchent à donner du sens à leur argent à des entreprises et associations dont

Faut-il partager la valeur dans les structures de l'ESS ?

14-05-2024

La loi 2023-1107 du 29 novembre 2023 transpose l'accord national interprofessionnel (ANI) sur le partage de la valeur en entreprise (conclu en février 2023 entre les syndicats et

Découvrir 10 autres articles
Abonnez-vous à Lettrasso+