Les croyants moins généreux que les non-croyants

09-11-2015 SOCIETE LIBRE
On savait que les pauvres étaient plus généreux que les riches. Mais quid des croyants et des non-croyants ? Toutes les religions prônent l'empathie, l'altruisme ou encore la charité envers son prochain. De fait, on pourrait fort logiquement s'attendre à ce que cet idéal se transpose dans la vie réelle. Or, il n'en est rien. C'est en effet la conclusion, pour le moins paradoxale, à laquelle arrive une étude publiée le jeudi 5 novembre 2015 dans la très sérieuse revue scientifique américaine Current Biology.

Current Biology (1) est une revue scientifique américaine de biologie cellulaire éditée depuis décembre 1991. Elle est l'une des plus importantes aux USA et son impact scientifique est de 9.571 sur 10. Ce ne sont donc pas des amateurs.

L'enquête a été réalisée dans six pays : le Canada, la Chine, la Jordanie, la Turquie, les Etats-Unis et l'Afrique du Sud. 1.170 enfants âgés de cinq et douze ans ont été utilisés. L'objectif de l'étude était de mesurer si la religion est un élément qui renforce "les comportements d'aide dirigés vers autrui".

L'échantillon a été divisé en 3 groupes :
- les chrétiens,
- les musulmans,
- les non-religieux (dont les athées).

Le jeu du dictateur (2)
Pour enquêter, les chercheurs américains se sont inspirés du jeu du dictateur, un jeu économique basé sur la négociation afin de mettre en évidence les comportements altruistes. Chaque enfant avait droit à 30 auto-collants. Il pouvait en choisir 10 pour lui et distribuer les autres. Le résultat est sans appel : "le nombre d'auto-collants distribués par les enfants athées était plus important que chez les croyants".

Plus intéressant encore, plus la pratique religieuse est importante, moins les enfants sont généreux.

Ils sont moins généreux et beaucoup plus sévères
Après le jeu, les enfants étaient amenés à visionner une vidéo qui montrait des enfants qui s'amusaient à en faire trébucher d'autres dans une cour de récréation. Après la projection, il était demandé aux enfants de graduer la méchanceté des individus et les châtiments qu'ils méritaient. A chaque fois, "les enfants élevés dans la religion proposaient des punitions plus sévères".

En conclusion de l'étude, il était demandé aux parents de juger l'empathie et la sensibilité de leurs enfants. Le paradoxe est de taille : tous les parents croyants ont une image altruiste de leur progéniture à contrario des parents athées.

En savoir plus
(1) L'association négative entre religiosité et l'altruisme des enfants dans le monde (étude en anglais)

(2) Le jeu du dictateur est une variante simplifiée du jeu de l'ultimatum. Inventé en 1994 par les chercheurs Forsythe, Horowitz, Savin et Sefton, il est utilisé pour étudier le comportement pro-social altruiste de l'un des acteurs de la négociation. Le jeu du dictateur



Depuis 1999 au service des associations

Inscrivez votre association dans l'Intranet et rejoignez les 29 062 associations inscrites

L'annuaire des 29 062 associations inscrites dans l'Intranet du site

Pour déposer gratuitement vos offres d'emploi ou bien les consulter

L'annuaire BlogAsso : 262 sites internet sélectionnés

Présentation de toutes les subventions allouées par l'Etat aux associations

Veuillez activer Javascript sur votre navigateur. [ ? ]