Les rolling stones n'amassent pas mousse

29-07-2015 SOCIETE LIBRE
Le célèbre groupe de rock & blues anglais n'est pas concerné par cette étrange affaire. Mais la tentation était trop forte, comment nommer autrement des pierres qui roulent sinon rolling stones ? Il faut dire que c'est un phénomène très particulier et ce qui le rend plus étrange encore, c'est qu'il se déroule dans un des lieux les plus insolites de la planète : le Parc national de la vallée de la Mort aux USA.

Ce parc est l'un des plus célèbres du monde. Il est vrai qu'il abrite de très nombreuses curiosités géologiques. Parmi les plus surprenantes, figure celle du lac Racetrack Playa. Lac est un bien grand mot pour cette surface d'une longueur de 3,5 km asséchée la plupart du temps.

Depuis la fin des années 40, des scientifiques cherchent à comprendre pourquoi des rochers de tailles différentes se déplacent sans explication, parfois même sur des centaines de mètres, en laissant tels des escargots, de longues traces derrière eux.

Le plus étonnant, réside dans le fait que les "pierres qui roulent" proviennent toutes d'une colline adjacente. Elles déboulent de la pente, s'immobilisent au bord du lac asséché et ne commencent leur parcours du combattant que bien plus tard.

Les nombreuses études menées n'ont pas permis d'expliquer ce curieux phénomène. Parmi les différentes hypothèses émises par les géologues, celle du vent poussant les pierres sur la boue sèche du lac a été assez vite repoussée car le poids des rochers écarte cette possibilité. Idem pour la glace qui prend lac et pierres en hiver et qui emprisonne l'une dans l'autre empêchant tout mouvement.

En 2011, des scientifiques décident d'installer une station météo et équipent plusieurs gros rochers d'un système de localisation permettant de suivre leur trajectoire à la trace et de détecter le moindre mouvement. En effet, comme les déplacements se déroulent sur plusieurs années, et que l'aridité du lieu empêche d'y rester trop longtemps, personne n'a encore pu voir les rochers bouger.

L'équipe scientifique est dirigée par un certain Richard Norris, océanographe californien. Jusqu'en décembre 2013, rien ne se passe, aucun mouvement n'est enregistré. Les chercheurs reviennent sur le site afin de vérifier leurs instruments de mesure et changer leurs batteries.

Une surprise de taille les attend. A la place du lac sec et aride, ils découvrent une étendue gelée recouvrant environ un tiers du site dont la colline d'où proviennent les "pierres qui roulent". Les hommes décident alors de s'installer pour quelques temps afin de mieux comprendre la situation.

Au bout de quelques jours, un beau soleil fait son apparition et commence à faire fondre la glace qui se brise en plusieurs endroits. Des craquements sinistres envahissent le site et, contre toute attente, les chercheurs médusés assistent à un incroyable spectacle. Les blocs de glace qui se détachent, sous l'action du soleil, glissent vers les pierres et les heurtent de plein fouet. Le choc est tel que les pierres bougent et la plus "rapide" de toutes a parcouru 224 mètres en quelques heures.

Non seulement, les scientifiques ont enfin l'explication du phénomène, mais ils possèdent la preuve que les traces découvertes derrière les pierres ne proviennent pas des rochers déplacés, mais de la glace qui se détache de la colline et qui raye profondément le sol lors de sa descente.

Un seul mystère demeure : Pourquoi certains blocs changent-ils brutalement de direction après avoir suivi un chemin parallèle aux pierres voisines ? Les observations actuelles ne permettent pas encore d'apporter une réponse satisfaisante...



Depuis 1999 au service des associations

Abonnez-vous à LettrassoPlus

Abonnez-vous au Forum Juridique

Le pack Lettrasso + et Forum Juridique