Les temps sont durs, votez Mou

03-04-2018 SOCIETE LIBRE
Beaucoup l'ignore, mais l'inventeur du mot "Schmilblick", c'est lui. Un "Schmilblick" qui "ne sert absolument à rien et peut donc servir à tout. Il est rigoureusement intégral" qui sera ensuite repris par Guy Lux et son célèbre jeu et enfin par Coluche lorsqu'il en fera une parodie. Lui, c'est M. André Isaac plus connu sous son nom de scène : Pierre Dac. Pourquoi parler de lui aujourd'hui ? Parce que les temps sont durs...

Le Roi des Loufoques, comme ses amis le surnommaient, a toujours su traquer l'absurde des situations les plus noires. Ce pince-sans-rire à la voix chaude, servait avec la même verve calembours et aphorismes.

Sa vie est un roman avec des hauts très bas et des bas très hauts. Il mettra deux ans pour rejoindre Londres et les gaullistes avec de nombreux séjours en prison aussi bien en France qu'en Espagne le long de la route. Puis, il sera à partir d'octobre 1943, l'une des voix françaises de "Radio Londres" sur la BBC. On lui doit le célèbre refrain (chanson écrite par Jean Oberlé sur l'air de la Cucaracha) : "Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand."

Il sera également la voix des messages personnels en direction de la résistance française, puis celui qui clouera le micro à l'un des chantres de la collaboration : "Philippe Henriot". Ce dernier reprochait à Pierre Dac d'être juif et de n'avoir aucun intérêt pour la vraie France. Le français Isaac lui répondit : "Sur la tombe de mon frère [mort pendant la 1ère guerre mondiale NLDR] on y trouve bien l'inscription "Mort pour la France". Sur la vôtre, on pourra y lire "Mort pour Hitler, fusillé par les Français". Philippe Henriot sera abattu par la résistance quelques jours plus tard.

A la libération, il formera rapidement le génial duo avec Francis Blanche qui fera rire les années 50 et 60. Mais cet homme inquiet et dépressif fera aussi quatre T.S. comme on dit aujourd'hui.

Les temps sont durs, votez Mou
Le 11 février 1965, le gaulliste Pierre Dac se déclare candidat à la présidentielle avec son MOU (Mouvement Ondulatoire Unifié). Ainsi, quinze ans avant Coluche, il sera le premier comique à oser défier le monde politique. Lors d'une conférence de presse mémorable, il présentera les futurs ministres de son gouvernement : Jacques Martin Premier ministre, Jean Yanne à l'intérieur et René Goscinny à la santé.

Comme pour Coluche, sa popularité grandissante dans les sondages inquiète le Général dont un conseiller lui demande de se retirer. Pierre Dac accepte par fidélité au chef de la France libre. Il aura cette formule pour expliquer son renoncement : "Je viens de constater que Jean-Louis Tixier-Vignancour [Il sera le mentor de Lepen NLDR] briguait lui aussi, mais au nom de l'extrême droite, la magistrature suprême. Il y a donc désormais, dans cette bataille, plus loufoque que moi. Je n'ai aucune chance et je préfère renoncer."

On lui doit tellement de bons mots, de rires, de journaux (l'Os à Moelle), de sketchs, de feuilletons radiophoniques, etc. que la place manque ici. Pierre Dac, avec ses amis, avait pris "Le Parti d'en rire". On ne peut que le suivre sur cette voie. Il est mort le 9 février 1975 d'un cancer. Comme l'écrivait Alphonse Allais : "La mort est un manque de savoir-vivre". Ce fut la seule fois que M. Pierre Dac en manqua.






Depuis 1999 au service des associations

Communic'Asso : pour communiquer auprès des associations

Logiciel comptable pour associations : Comptasso-win TXA

Votre site internet complet à un prix associatif